Regards croisés sur la crise grecque : Panagiotis Grigoriou et Ana Dumitrescu, octobre 2012

En ce début de mois d’octobre, sortent simultanément un livre de Panagiotis Grigoriou, Le cheval des Troïkans et un film d’Ana Dumistrescu, Khaos, les visages humains de la crise grecque (sortie en salles le 10 octobre) qui interrogent la crise grecque.


Panagiotis Grigoriou, Le Cheval des Troïkans, Chronique de la crise grecque 2010-2012

En mai 2010, le Fonds monétaire international, l’Union européenne et la BCE, ont missionné leurs experts et mis le pays sous leur tutelle : la « Troïka » et ses « Troïkans » étaient entrés dans la place. Leurs traitements de cheval – faits de coupes budgétaires et de privatisations à tout crin – allaient mettre à genoux tout un peuple. Les existences, les comportements, bref toute la société allaient en être profondément modifiés. Ces transformations sous forme de « thérapie de choc» engendrent une nouvelle situation dans un contexte d’accélération des «temps nouveaux», accélération à la fois redoutée et pourtant acquise – dans les faits et dans tous les esprits – entre 2010 et 2012, et bien au-delà.

 Ce livre dessine une progression chronologique dans les petites histoires, de la Grèce contemporaine. À ce point, il suggérera une première exégèse de la crise, dépassant les stéréotypes. Non, la crise ne s’est pas abattue sur les Grecs, causée par leurs errements réels et avérés. Par contre, la thèse ici, est que la Grèce a été choisie comme cheval de Troie des… Troïkans, justement parce que ces mêmes errements, offraient aux élites un argumentaire simpliste et stéréotypé, justifiant les mesures d’austérité et de mise en faillite en somme, de toute la société. Ces arguments ont été alors facilement reproduits et diffusés, tant en Grèce qu’à destination des opinions publiques, en France, en Allemagne et ailleurs.

 In fine, cet essai se veut également une réflexion sur le projet européen et ses incohérences, voire ses faillites. Qui plus est, dans une conjoncture où la crise grecque inaugure une temporalité plus ample, et une géopolitique de la crise, touchant l’ensemble ou presque des pays de la zone euro.

 Panagiotis Grigoriou fait la chronique de la vie effroyable en temps de crise financière. La portée des événements grecs sur les affaires planétaires semblerait minime, et pourtant tout le monde (ici et ailleurs) ressent la nouvelle situation comme potentiellement imprévisible et gravement inconnue. Saisir ces moments, ces instants, les faits et gestes du quotidien, apporter l’éclairage nécessaire à leur compréhension, en saisir aussi la profondeur historique, analyser les attitudes et représentations collectives de soi et des autres, voilà en somme ma démarche, motivée par le fait que le monde doit savoir l’impact réel d’une crise.

 Ces histoires sont celles de la classe moyenne qui disparaît partiellement du monde du travail, actifs plus ou moins qualifiés, tous touchés par le chômage ; des petits commerçants, des étudiants, des diplômés ou encore des retraités, en somme de la majorité de la société grecque, à la recherche de stratégies de rechange, souvent dérisoires ou impossibles. Quitter le pays, changer de secteur d’activité, se ré-politiser, se dé-socialiser ou encore, se suicider ou se laisser mourir… Telles sont les options envisagées individuellement. Il sera également question de la fracture entre la Grèce des campagnes et des iles, et celle d’Athènes ou des grandes villes. La perception de la crise diffère parfois, ses effets ne se conjuguent pas de la même façon ici et là. Et pourtant, certaines solidarités naissantes sont déjà en marche, au départ certes, hésitantes.

L’auteur :
Anthropologue et historien, Panagiotis Grigoriou, a effectué ses premières enquêtes de terrain en mer Égée. En historien des « mentalités en guerre » dans les Balkans (1912-1923), il a valorisé de sources directes, comme les écrits du front. Il a aussi porté un regard d’historien et d’ethnographe sur l’actualité française, comme correspondant en France de la revue Némésis (1999-2008). Installé en Grèce depuis 2008, il poursuit son « observation participante » à travers son blog sur le quotidien de la crise (www.greek-crisis.gr ou www.greekcrisisnow.blogspot.com), prenant part au débat récurrent sur notre modernité en crise. Il a enfin contribué (2011-2012), à l’élaboration du film documentaire d’Ana Dumitrscu « Khaos – Human faces of the greek crisis ».

Fiche technique:
Éditeur : Fayard
Date de parution : 06 octobre 2012
ISBN : 2213671109
Prix: 19 €

 

Khaos, les Visages Humains de la Crise Grecque film d’Ana Dumitrescu aborde – à partir de nombreux témoignages et portraits – sans fards, la vie quotidienne du peuple grec, avec Panagiotis Grigoriou – historien et blogueur de guerre économique – pour fil conducteur.

 Présentation du film, dossier de presse avec entretien de la réalisatrice… sur le site du film Khaos.

 

Voir aussi :
Le blog de Panagiotis Grigoriou
Le site du film Khaos



Citer ce billet
Delphine Mondout (2012, 5 octobre). Regards croisés sur la crise grecque : Panagiotis Grigoriou et Ana Dumitrescu, octobre 2012. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh0t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.