Appel à communications: colloque « Cosmopolitismes, espaces publics et reconnaissances », Paris Ouest, Nanterre, 22 et 23 novembre 2012

 

Gilles VERPRAET (laboratoire SOPHIAPOL, équipe LASCO) organise un colloque à propos des débats contemporains sur les cosmopolitismes et sur leur portée pratique dans la ville et dans la société. Dans chaque ville et dans chaque État peuvent être précisés les arguments concrets et les arguments urbains du cosmopolitisme (politique, territorial, espace public), les contributions historiques des établissements résidentiels du cosmopolitisme.

Dates:
Colloque : 22 et 23  novembre 2012

Date limite de renvoi des propositions: 30 septembre 2012 à l’adresse email gilles.vv@orange.fr ainsi qu’à  Verp@ehess.fr.
La réponse sera donnée le 10 octobre 2012.

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Appel à communications
Cosmopolitismes, espaces publics et reconnaissances

Objectifs
a. Repérer les axes et les orientations des cosmopolitismes contemporains et leur place dans les politiques nationales, européennes, locales de gestion de la diversité (pratiques urbaines, règles des États, cadres nationaux).
b. Observer et caractériser les modalités d’échanges culturels entre les communautés et les groupes socio-culturels dans le cadre de cette politique de la diversité.
c. Identifier les arguments, les politiques et les institutions qui portent les modèles urbains de gestion de la diversité.

 

Présentation du colloque

 1/ Cosmopolitisme et modes de reconnaissance
La notion de cosmopolitisme implique plusieurs modes de reconnaissance, la reconnaissance individuelle, la reconnaissance dans la différence culturelle, pour surmonter les clivages de catégories entre national et de l’étranger. L’approche sociologique des cosmopolitismes suppose une observation sur les modes de reconnaissance de l’étranger,sur la composition urbaine des populations,  sur les modes d’échange (contact, objet), sur les formes d’échanges culturels avec leurs conséquences sur la forme urbaine.

2/ Les cosmopolitisme urbains
Ils présentent plusieurs courants d’analyse. La première approche de l’ethnographie urbaine insiste sur les frontières urbaines et  culturelles entre les groupes sociaux, sur le rôle spécifique de transition des espaces publics (Strauss, Segaud). Une autre approche du cosmopolitisme urbain examine les conséquences du cosmopolitisme pour les  différents groupes sociaux. Quelles sont les conséquences pour les groupes non cosmopolites ? Il s’agit d’examiner les processus de frontières dans la ville, la constitution d’espaces de passage d’espaces transitionnels et d’enclaves.

3/ Cosmopolitisme, Institutions et Nationalismes
Les cosmopolitismes urbains prennent place dans les Etats nations, qui règlent le rapport aux populations, notamment la gestion des populations, le contrôle migratoire. Les cosmopolitismes urbains seraient formatés à l’intérieur des systèmes étatiques. Il s’agit de préciser les relations entre la citoyenneté cosmopolite et la nature de l’Etat (Etat républicain / Etat multiculturel; Etat pluraliste, Etat centralisé, Etat décentralisé).
Le rapport des groupes ethniques et des groupes culturels aux institutions est un élément  important de la migration et des cosmopolitismes (soutien, support, filtrages). Il est possible de caractériser les critères des institutions sur les groupes ethniques et culturels. Politique d’intégration, politique de cohésion nationale, politique de sélection , Discours de gestion des diversités (canada, Europe)  sont autant de formules à discuter et à préciser
La première démarche est de distinguer sur chaque Etat, parmi les populations urbaines,  entre les migrants établis, les nouveaux arrivants. Il s’agit aussi de reconnaître les autochtones repoussés  en périphérie dans une culture déstabilisée.

4/ Gestion des diversités et cosmopolitismes
Cette démarche d’accueil et d’égalité concrète dans les conditions d’accès, désigne l’accès de ces populations aux espaces publics (liberté de circulation, représentation politique. Le déploiement de cette politique engage une politique de chaque Etat, une politique locale, une politique fédérale. Chaque Etat doit adapter ces principes de gestion de la diversité selon la  composition de population, et définir  leur politique propre de diversité.
Il est  possible d’étudier les institutions et les politiques qui soutiennent des cosmopolitismes, les relations entre la gestion des populations et le  type de cosmopolitismes. Par delà ces observations sociologiques de culture en situation (les multiculturalismes), il convient de préciser les conditions du pluralisme urbain et politique  (le droit relatif à l’accueil, les modalités d’éducation, et d’expression politique des différents groupes migrants et étrangers).

 

Invitations:
Marco Cremaschi, Roma Tre University.
Setha  Low, City University of New York.
Zoltan Szabo, Brno University of Technology.

Bibliographie:
Beck Ulrich, Qu’est ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, 2006.
Kivisto Peter (ed.), Incorporating Diversity, Rethinking Assimilation in a Multicultural Age, Londres, Paradigm Publishers, 2005.
Sandercock Leonie, Towards Cosmopolis, Planning for Multicultural Cities, Chichester, Wiley, 1998.
Tassin Etienne, Un monde commun, Pour une cosmo-politique des conflits,  Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2003.
Verpraet Gilles, « Les différents cosmopolitismes et le droit à la ville », dans Boudreault Pierre-W. et  Dressler Wanda (dir.),  Aux Confins de la Nation pour une Sociologie de la Frontière, Paris, L’Harmattan, 2011.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.