Soutenance de thèse : “Traitement social de la criminalité sexuelle pédophile : rapports de pouvoir et lutte des représentations entre agents chargés du contrôle et condamnés” par Guillaume Brie, 21 septembre 2012

 

Guillaume Brie, doctorant en sociologie au laboratoire Sophiapol, soutiendra vendredi 21 septembre 2012 sa thèse de doctorat “Traitement social de la criminalité sexuelle pédophile : rapports de pouvoir et lutte des représentations entre agents chargés du contrôle et condamnés”, sous la direction de M. Philippe Combessie.

Date
Vendredi 21 septembre 2012 à partir de 14h30

Lieu
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment B, salle à préciser
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Membres du jury
Bessette  Jean-Michel, Professeur à l’Université de Franche-Comté, rapporteur
Combessie  Philippe,  Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, directeur
Deschamps  Catherine,  Maître-assistante  (HDR) à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Val de Seine, examinatrice
Fassin Eric, Professeur à l’Université Paris 8, examinateur
Le Gall  Didier, Professeur à l’Université de Caen Basse-Normandie, examinateur
Morin  Jean-Michel, Maître de Conférences  (HDR) à l’Université Paris Descartes, rapporteur

 

Résumé
Les violences sexuelles perpétrées sur les enfants conduisent de plus en plus d’hommes en prison. Les interventions institutionnelles sur ces questions rappellent fortement l’indignité qui frappe ces individus-là : lourdeur des peines prononcées, surveillance et rétention de sûreté, par exemple. À partir de données issues d’une recherche empirique, j’analyse comment s’organise la société contemporaine par rapport à ce type de comportement. Le travail de terrain se déroule principalement par entretiens.  D’abord avec des détenus condamnés pour ces faits. Puis avec des agents de détention (psychologues, psychiatres, conseillers d’insertion et de probation, surveillants, et juge de l’application des peines). Enfin avec des agents chargés de la prévention et de la répression : des gendarmes spécialisés sur les auditions de mineurs victimes (brigade de prévention) et des gendarmes enquêteurs spécialisés sur la traque de « pédophiles » sur Internet  (brigade territoriale et de recherche). L’analyse des discours recueillis permet d’identifier les processus qui co-construisent la pluralité des points de vue.  Et de comprendre comment les rapports de force se constituent autour de la question des comportements de violence sexuelle sur les enfants aujourd’hui. Aux résultats, il apparaît une lutte des représentations entre les différents agents rencontrés et les condamnés autour de la figure du « pédophile ». Les analyses de ces représentations croisées permettent d’expliquer, notamment, dans quelle mesure la force des dispositifs de prise en charge des condamnés affecte leurs capacités d’agir et déclenche, chez eux,  une aspiration profonde à entrer dans l’espace du légitime et du « normal ».

Mots clefs : représentations ; pédophilie ; rapports de pouvoir ; contrôle social ; violence sexuelle.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.