Nouvelle publication : “Spinoza, Locke et l’idée de citoyenneté” par Christophe Miqueu

Ce livre propose de comprendre le renouveau de l’idée de citoyenneté mis en œuvre par deux philosophes majeurs, appartenant à la même génération, Locke (1632-1704, anglais) et Spinoza (1632-1677, hollandais), plus d’un siècle avant les révolutions américaine et française. Ils apparaissent ici sous un nouveau jour: deux républicains modernes pour qui la logique nouvelle des droits n’est pas incompatible avec la logique ancienne des devoirs du citoyen.

 

Informations techniques:
Éditeur: Classiques Garnier
Collection: Les Anciens et les Modernes – Études de philosophie
ISBN: 978-2-8124-0387-3
EAN: 9782812403873
Date de parution : 24/04/2012
Nombre de pages : 549
Prix : 49€

 

TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE par Jean TERREL 9

NOTE LIMINAIRE 13

INTRODUCTION 17

DES  PORTRAITS INACHEVÉS 35
Deux philosophes hors du temps ? 35
Locke et les droits de l’individu 38
Spinoza et la liberté de penser 46
Spinoza et son cercle républicain 53
Locke, compagnon  du radicalisme politique 72
Conclusion : quant à l’absence supposée d’un vocable 86

TRADITION RÉPUBLICAINE, MODERNITÉ HOBBESIENNE 91
La citoyenneté républicaine : un héritage européen 91
Cicéron vs Aristote 100
La rupture  hobbesienne ? 107
Le principe individualiste 112
L’évidence du citoyen chez Hobbes 118
Conclusion : au-delà du républicanisme, en deçà du libéralisme 125

LA CITOYENNETÉ CLASSIQUE MISE À L’ÉPREUVE 135
L’idée républicaine en crise 135
Être républicain en Europe du Nord-Ouest à l’âge classique 137
La République  hollandaise à son âge d’or 142
La richesse du républicanisme anglais 147
Une philosophie pratique de la république? 151
Un sort commun 156
Le langage de l’intérêt 166
Mises en scène du « je », exclusion du « nous »  175
L’individu contre la communauté, ou la sujétion nécessaire 179
Le déclin de l’aristotélisme  politique 189
Du pouvoir souverain au pouvoir arbitraire 194
Du mystère divin aux arcanes de l’État 203
Conclusion : la naissance d’une pensée pré-révolutionnaire 210

LE MOMENT  HOBBESIEN 215
L’animal politique abandonné 215
Le refus de la citoyenneté républicaine 226
Un républicanisme  momentané de Hobbes? 235
Sujétion ou citoyenneté ? 244
Conclusion : l’évacuation définitive du désir de citoyenneté 262

LUTTER  CONTRE LA DOMINATION À propos de l’homme  libre 269
L’homme avant la cité 269
Un individualisme  raisonnable 281
Une sociable insociabilité 287
Transformer l’homme  en citoyen 297
Citoyenneté de la raison, citoyenneté des passions 308
Conclusion : la citoyenneté comme affranchissement de l’individu 326

CONCILIER L’INDIVIDU ET LA SOCIÉTÉ POLITIQUE À propos du gouvernement  civil 329
Constituer un peuple libre 329
La république des Hébreux 341
Gouverner par la loi 351
De la liberté à la sécurité 361
La citoyenneté contre l’esclavage 372
Conclusion : la citoyenneté comme droit naturel universel à l’existence 388

CONQUÉRIR  L’AUTONOMIE À propos des droits et des devoirs du citoyen 389
La citoyenneté entre droits et devoirs 389
Le combat pour la liberté de penser 398
De la tolérance à l’éducation  du citoyen 409
L’institution dynamique de l’égalité politique 426
La république face à l’inégalité économique 450
Conclusion : la citoyenneté comme émancipation collective 478

CONNAÎTRE  L’ESPRIT DES LOIS À propos de la vertu civique 479
La vertu civique dans les limites de la simple obéissance 479
De la désobéissance civique, ou la vertu de résister 501
Conclusion : la citoyenneté comme recherche du bien commun 521

CONCLUSION 523

SÉLECTION  BIBLIOGRAPHIQUE 537

INDEX NOMINUM 543


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search