Nouvelle publication : “Politiser le care?” par Marie Garrau et Alice Le Goff (dir.)

Quatrième de couverture
Le concept de «care», qui désigne tout à la fois une attitude morale – l’attention à l’autre, la sollicitude à son égard – et un ensemble de pratiques destinées à prendre soin des autres, a fait une entrée remarquée dans le débat public au printemps 2010. Tandis que certains y ont vu le pivot d’un projet de société alternatif, d’autres ont immédiatement répliqué que le care ne présentait aucun intérêt politique, voire constituait un concept écran masquant sous une rhétorique en vogue un ensemble de problèmes politiques sérieux, tels que l’accroissement des inégalités ou la permanence des rapports de domination. Face à la polarisation du débat, comme aux malentendus concernant le care auxquels il a donné lieu, cet ouvrage collectif voudrait poser une double question : les théories du care sont-elles dotées d’une portée politique ? Et si tel est le cas, en quoi consiste cette dernière ?

En réunissant les contributions de sociologues et de philosophes qui pensent les pratiques sociales par le biais du concept de care et des théories du care, cet ouvrage souhaite ainsi interroger ce que le care fait au politique et à nos manières de le concevoir, ou autrement dit, comment la prise en compte des activités de care et de l’éthique sociale qui leur est immanente peut faire surgir de nouvelles questions comme de nouvelles perspectives dans notre manière de définir ce que serait une société juste ou décente.

 

Les auteurs
Marc Bessin est professeur de sociologie à l’EHESS et directeur du laboratoire IRIS/CNRS
– Fabienne Brugère est professeur de philosophie à l’Université Bordeaux III et membre du CREPHINAT
Philippe Chanial est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris-Dauphine et membre du laboratoire Sophiapol
Aurélie Damamme est maître de conférences en sociologie à l’Université de Paris VIII et membre du CRESPPA-GTM
Estelle Ferrarese est maître de conférences à l’Université de Strasbourg et membre du laboratoire LCSE
– Marianne Modak, est professeur de sociologie à l’Haute Ecole de Travail Social et de la Santé de Lausanne et membre du laboratoire EESP.

Alice Le Goff est maître de conférences en philosophie sociale et politique à l’Université Paris Descartes. Ses recherches se situent à la croisée de la théorie de la reconnaissance et de la théorie démocratique. Elle est, entre autres, co-auteure avec Marie Garrau de Care, justice et dépendance. Une introduction aux théories du care, Paris, PUF, 2010.

Marie Garrau est agrégée de philosophie et enseigne actuellement dans le secondaire. En 2011, elle a terminé une thèse, effectuée à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Laboratoire Sophiapol) sous la direction de Christian Lazzeri, intitulée “L’importance de la vulnérabilité. Essai sur la signification et les implications de la catégorie de vulnérabilité dans la philosophie morale et politique contemporaine”. Ses recherches portent sur les théories du care, de la reconnaissance et le néorépublicanisme. Elle est, entre autres, co-auteure avec Alice Le Goff de Care, justice et dépendance. Une introduction aux théories du care, Paris, PUF, 2010.

 

Table des matières
INTRODUCTION
PAR MARIE GARRAU & ALICE LE  GOFF (p. 7)
Enjeux et questions (p. 7)
Rappels (p. 9)
Parcours (p. 13)

PREMIÈRE PARTIE (p. 19)
LE CARE  EN  PRATIQUES : ÉCLAIRAGES SOCIOLOGIQUES

ENTRE MESURE ET DÉMESURE : LES  ENJEUX SEXUÉS  DE LA MISE EN VISIBILITÉ DU CARE CHEZ  LES ASSISTANTS ET ASSISTANTES SOCIALES
PAR MARIANNE MODAK (p. 21)
Le métier d’AS dans le contexte de transformation des systèmes de protection sociale (p. 22)
Le travail émotionnel en situation de coprésence (p. 26)
Deux parcours professionnels contrastés (p. 33)
À l’aune de la professionnalisation dans l’« État social actif “, un «bon»  et un «mauvais» care ? (p. 37)

POLITIQUES DE LA PRÉSENCE : LES ENJEUX TEMPORELS ET SEXUÉS DU CARE DANS LE TRAVAIL SOCIAL
PAR MARC BESSIN (p. 41)
Le care détourne-t-il du politique ? (p.41)
Enjeux politiques : temporalisation et sexuation (p. 47)
La présence sociale face à l’esprit  gestionnaire (p. 54)

ÉTHIQUE DU CARE ET DISABILITY  STUDIES : UN  MÊME  PROJET POLITIQUE ?
PAR AURÉLIE DAMAMME (p. 59)
Processus de care et rapports de pouvoir (p. 60)
De quelle autonomie parle-t-on ? (p. 64)
Care et connaissances (p. 72)
Réflexions sur les conditions d’une politique du care démocratique (p. 74)
Conclusion (p. 78)

DON ET CARE : UNE  FAMILLE (POLITIQUE)  À RECOMPOSER?
PAR PHILIPPE CHANIAL (p. 79)
Sur quelques airs de famille (p. 80)
Le care vu du don (p. 85)
Conclusion. (Re)politiser le care par le don ? (p. 94)

DEUXIÈME PARTIE (p. 99)
REPENSER  LE POLITIQUE DU POINT DE VUE DU CARE : PERSPECTIVES PHILOSOPHIQUES

CARE, PARTICIPATION  ET  DÉLIBÉRATION : POLITIQUES  DU CARE ET  POLITIQUE DÉMOCRATIQUE
PAR ALICE LE GOFF (p. 101)
Du niveau micro au niveau macro: la question des “échelles” du care (p. 102)
Care, démocratie et citoyenneté chez J. Tronto (p. 105)
Vers une articulation entre care et démocratie délibérative ? (p. 108)

LE   CARE EST-IL  SOLUBLE DANS LA NON-DOMINATION ?
PAR MARIE GARRAU (p. 115)
La vulnérabilité comme préoccupation commune (p. 119)
L’apport du néorépublicanisme : démocratie de contestation et culture des vertus civiques (p. 124)
L’irréductibilité de la perspective du care au cadre néorépublicain (p. 130)

QUELLE POLITIQUE DU « CARE »  DANS UN MONDE NÉOLIBÉRAL ?
PAR FABIENNE  BRUGÈRE (p. 133)
Ce dont le care néolibéral est le nom (p. 136)
L’éthique du care et l’humain vulnérable (p. 139)
Une politique de l’égalité des voix (p. 144)

L’ÉLOGE DE L’IMPURETÉ
LE POLITIQUE VU DES THÉORIES DU CARE
PAR  ESTELLE FERRARESE (p. 149)
Un objet politique, et pourtant moral, et pourtant né dans la domination, et pourtant moral, et pourtant politique, etc. (p. 152)
Contre leurs meilleures intuitions. La fausse piste d’une nouvelle anthropologie (p. 160)

Bibliographie indicative (p. 166)

 

Informations techniques:
Éditeur: éditions Le Bord de l’eau
Collection: Diagnostics
Format : 13 x 20
250 pages
ISBN : 978-2-35687-153-4
Prix de vente public : 17 € TTC

 

Voir aussi:
La journée d’études “Politiser le care ?”
, Université Paris Ouest, Laboratoire Sophiapol, 8 février 2011

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.