Appel à communications : séminaires “La démocratie est-elle en crise ?”, Paris/Turin

 

Dans le cadre d’un partenariat entre les Ecoles Doctorales de Science Politique de l’Université Paris 1 et de l’Université de Turin, une série de séminaires et un colloque international seront mis en place en 2013, visant a interroger la question de la « Crise » et des transformations de la démocratie représentative, ainsi qu’a pointer les perspectives de recherche sur la question.

La date limite de renvoi des propositions est fixée au 2 juillet 2012.
La langue de travail commune sera l’anglais. Les frais de déplacement, de logement ainsi que les repas seront pris en charge.
Télécharger l’appel au format pdf

 
Appel à communications

La démocratie représentative est-elle « en crise » ?
États des lieux et perspectives de recherche en France et en Italie  
Programme de recherches doctorales Paris/Turin 2012-2013

 

Dans le cadre de cette initiative, des séminaires de recherche seront organises a Paris et a Turin, durant lesquels les candidats sélectionnes présenteront une communication écrite et orale en anglais devant l’ensemble du groupe. Ensuite, les doctorants travaillant sur des sujets proches travailleront en binômes, dans une approche comparative, sur un objet commun en vue de la conférence internationale et de la publication finale.

L’objectif de ce projet ambitieux est de mobiliser des doctorants et des post-doctorants des deux pays travaillant sur cet objet, dans le cadre de terrains qui ne doivent pas obligatoirement être français et italiens.  Les axes et pistes de réflexion envisagés sont : représentation et institutions de la démocratie représentative, désaffection et défiance politique, conflits et crises politiques en démocratie, démocratie et ses frontières, démocratie à plusieurs échelles, cadrage des problèmes publics, technocratie, mouvements sociaux, médias et démocratie, démocratie électronique, démocratie participative.

Nous espérons que les propositions de communication permettront de mener une réflexion collective et internationale sur ces questions afin de mettre en place une coopération entre chercheurs travaillant sur des sujets proches, dans l’optique de la conférence internationale et de la publication finale.

 Calendrier

  • 2 juillet 2012 — Date limite d’envoi des propositions de communication (5000 signes maximum), à envoyer à l’adresse: paris.turin@yahoo.com
  • Toutes les informations et l’appel à communications sur la page web dédiée à ce programme de recherche :
    http://www.afsp.info/programmes/paristurin/20122013.html
  • 9 juillet 2012 — Sélection des candidats et réponse des organisateurs
  • octobre 2012 – juin 2013 — Séminaires à Turin et à Paris (au moins deux de deux jours, le nombre de séminaires dépendra des propositions reçues).
    Le premier séminaire sera organisé en octobre 2012.
  • automne 2013 — Conférence internationale à Paris
  • 2014 — Publication

Séminaires

A titre de suggestion de pistes, un certain nombre d’axes est envisage. Cette liste non exhaustive pourra être modifiée en fonction des propositions reçues des candidats. La sélection sera effectuée par le conseil scientifique de chaque partenaire.

Représentation et Institutions de la démocratie représentative
Les questions liées à la représentation sont nombreuses : comment s’opèrent les mécanismes de représentation ? Qui sont les acteurs qui entendent représenter des groupes sociaux ? Les représentants sont-ils représentatifs ? Tous les segments de nos sociétés parviennent-ils à être représentés ? Si non, pourquoi ? De manière plus générale on peut s’interroger sur une notion centrale en science politique: la démocratie représentative. Quelles institutions assurent cette représentation ? Comment concilier participation politique et démocratie représentative ?

Désaffection et défiance politiques
Comment expliquer la perte de crédit et de confiance des représentants politiques auprès des citoyens ? Les phénomènes de désinvestissement politique des citoyens touchent-ils uniquement les individus les plus dépolitisés ? Peut-on au contraire identifier plusieurs types de scepticisme et de rapports critiques au politique ? Ceux-ci touchent-ils toutes les dimensions du politique ? Observe-t-on, au cours de certaines périodes et/ou chez certains individus, des velléités de réinvestissement ?

Conflits et crises politiques en démocratie
Les communications pourront également s’intéresser aux conflits en démocratie : la remise en cause de la représentation peut-elle amener à des conflits ou à des crises en son sein ? De quel type sont-ils ? Comment naissent-ils ? Comment aboutissent-ils ?

Démocratie et ses frontières
Bien que la démocratie ne soit ni une forme d’État, ni une forme de gouvernement, en Europe occidentale les trajectoires de la démocratie sont historiquement liées à celles de l’État-nation. Les communications pourront s’attacher à l’analyse de la production des frontières matérielles et symboliques, extérieures comme intérieures, en s’intéressant à des notions telles que la souveraineté, la citoyenneté, les migrations, mais aussi aux questions concrètes auxquelles elles renvoient: marchés du travail, insécurité de l’emploi, illégalité/informalité, exclusion/invisibilisation, etc.

Démocratie à plusieurs échelles
Les communications pourront s’intéresser à l’étude des différents niveaux et lieux de décision et d’action publique (locaux, nationaux, mondiaux). Elles pourront analyser leur multiplicité et leur degré d’imbrication, et leurs implications concrètes, quant à la gestion des ressources notamment, à l’apparition de communautés épistémiques, ou encore au renouvellement de la dynamique de la démocratie et de la participation.

Cadrage des problèmes publics
Les communications pourront s’intéresser au cadrage des problèmes publics, compris comme une transition d’une « condition », d’un « fait » à un « problème » devant être pris en charge. Quel est le rôle des acteurs et des institutions ? Comment s’opère la représentation des idées et la définition des alternatives ? Qui décide ? Qui parvient à faire imposer sa propre définition du problème ? Comment s’opère la mise sur agenda ?

Technocratie
Le mot « technocratie » est délicat à manier en sciences sociales tant il est chargé d’une connotation péjorative. Dans le langage courant, il désigne le plus souvent une forme de dévoiement de l’idéal démocratique. Il serait intéressant de restituer la variété et la complexité des relations entre administration et politique. Peut-on vraiment parler d’une politisation de la haute fonction publique ? Dans quelle mesure la technicisation des politiques publiques concourt-elle à redéfinir les termes de la compétition politique ? Quels sont les usages politiques et sociaux auxquels se prête la notion de «technocratie » ?

Mouvements sociaux
Les communications pourront en particulier s’intéresser aux nouveaux mouvements sociaux (indignados, Occupy Wall Street, etc.): comment et pourquoi naissent-ils? Comment et par qui se forment-ils? Dans quelle mesure sont-ils des formes alternatives de la démocratie?

Médias et démocratie
Quelle est l’influence des médias sur les citoyens ? Peut-on parler d’un outil au service de la diversification des opinions? Quid de la place du citoyen dans le travail des journalistes? Par leur travail de cadrage de l’information (sélection des thèmes en une, titres et contenus des articles, sources…) et de mise sur agenda, ne sont-ils pas plutôt des adjuvants au pouvoir en place ?

Démocratie électronique
La notion de « démocratie électronique » a émergé dans le contexte même de la « crise » de la démocratie représentative. Il convient de se demander quels sont les nouveaux clivages théoriques, les nouveaux lieux de politisation et de participation de nouveaux acteurs politiques liés à l’apparition des technologies de l’information et de la communication.

Démocratie participative
La notion de démocratie participative soulève de nombreuses questions. La notion de démocratie participative est-elle pertinente pour comprendre le fonctionnement de nos démocraties modernes ? Quelles sont alors les modalités de participation ? Qui participe, sous quelles formes et à quelles conditions ? La comparaison de régimes démocratiques fait-elle émerger différents types de démocratie participative ? Comment et pourquoi les partis politiques développent-ils des mécanismes relevant de la démocratie participative ? Quelle place occupe alors le citoyen dans ces dispositifs participatifs ?

Les dates et le programme complet des séminaires seront disponibles début septembre 2012.


Comité scientifique : Silvano BELLIGNI, professeur, Université de Turin ; Giuliano BOBBA, chercheur, Université de Turin ; Luigi BOBBIO, professeur, Université de Turin ; Jean-Louis BRIQUET, directeur de recherche au CNRS, Université Paris 1, CESSP ; Daniel GAXIE, professeur, Université Paris 1, CESSP ; Nicolas HUBE, maître de conférences, Université Paris 1, CESSP ; Alfio MASTROPAOLO, professeur, Université de Turin ; Frédéric SAWICKI, professeur, Université Paris 1, CESSP ; Stéphanie WOJCIK, maître de conférences, Université Paris Est Créteil, CEDITEC.

Comité d’organisation : Nicolas AZAM, doctorant, ATER, Université Paris 1, CESSP ; Martin BALOGE, doctorant, Université Paris 1, CESSP ; Daniela BARBERIS, doctorante, Université de Turin ; Cecilia GOSSO, doctorante, Université de Turin Ewa ;  KRZĄTAŁA-JAWORSKA, doctorante, Université Paris 1, CESSP ; Chiara MARITATO, doctorante, Université de Turin ; Nazli NOZARIAN, doctorante, Université Paris 1, CESSP ATER à l’Université Paris 3;  Cecilia RUBIOLO, doctorante, Université de Turin.

 

 



Citer ce billet
Jérémy Lemarié (2012, 18 juin). Appel à communications : séminaires “La démocratie est-elle en crise ?”, Paris/Turin. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh03

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.