Soutenance de thèse “Sujet, corps, émancipation. Les limites de l’intersubjectivisme dans la philosophie d’Axel Honneth” par Marco Angella, 7 juin 2012

Marco Angella, doctorant en philosophie au laboratoire Sophiapol, soutiendra, jeudi 7 juin 2012, sa thèse : Sujet, corps, émancipation. Les limites de l’intersubjectivisme dans la philosophie d’Axel Honneth, sous la direction de Stéphane Haber.

 

Date:
Jeudi 7 juin 2012, 14h

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment B, salle René Rémond (B015)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus et trajet vers le bâtiment
 

 

Directeur de Recherche:
Stéphane Haber, Professeur des Universités

Membres du Jury:
Robin Celikates
, Professeur des Universités, Universiteit van Amsterdam
Jean-Philippe Deranty, Professeur d’Enseignement Supérieur, University Macquarie Sidney – Australie
Stéphane Haber, Professeur des Universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Christian Lazzeri, Professeur des Universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Stefano Petrucciani, Professeur d’Enseignement Supérieur, Univ. Degli Studi di Roma ‘La Sapienza’ 

Résumé:
Dans cette thèse, nous abordons la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth selon une double voie. En la considérant comme le renouveau de la tradition de la Théorie critique, nous y voyons, d’une part, un paradigme très fort, qui a réussi à continuer cette tradition tout en en renforçant, sous plusieurs aspects, les perspectives critiques. Nous soutenons cette hypothèse en établissant un lien entre ce renforcement et la récupération des problématiques liées au corps : pour augmenter son potentiel critique, la théorie doit se servir d’un concept fort de sujet, auquel elle ne peut parvenir qu’en se concentrant sur les multiples facettes de sa vie somatique, psychique et affective. Or, Honneth nous semble avoir emprunté un tel chemin – ce que montre une comparaison avec ses prédécesseurs de l’école de Francfort (Horkheimer, Adorno, Habermas) – dans un contexte qui lui a permis de donner à nouveau un sens à l’idée d’un « savoir émancipateur » comme but de la théorie. Cependant, cette reprise du corps présente selon nous des limites structurelles qui s’expliquent par les fondements méthodologiques que Honneth a instauré au commencement de son œuvre. La reprise du corps et, avec elle, le renforcement du sujet et du potentiel critico-négatif de la théorie, doivent se trouvent limités par un intersubjectivisme très marqué et peu souple. C’est pourquoi nous visons, d’autre part, à mettre en évidence non seulement ces limites, mais aussi les manières dont elles peuvent être dépassées. Cela demande  un changement de paradigme. Nous cherchons à accompli les premiers pas dans la direction de ce changement en esquissant les lignes principales d’une philosophie du sujet qui intègre l’intersubjectivisme sans renoncer aux multiples interactions extra-intersubjectives (de l’intrapsychique à l’interaction avec le monde non humain, animé ainsi qu’inanimé), le but étant une radicalisation de la Théorie critique, indispensable selon nous au sein du contexte économique, politique et social actuel.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.