Colloque “Un républicanisme social au XVIIIè siècle : l’exception française?”, 1er et 2 juin 2012, Paris

L’école de Cambridge (Pocock et Skinner en particulier), en polarisant les discussions concernant le républicanisme autour des questions de la liberté des individus et des vertus civiques, ont relégué pour le moins celles de la justice sociale, et de l’égalité des conditions au second plan. Par ailleurs, ces auteurs ont presque totalement éludé la notion de souveraineté populaire. Pourtant, les philosophes considérés comme les principaux représentants du républicanisme en France au siècle des Lumières, Rousseau bien sûr mais également l’Abbé de Mably, pour ne parler que des plus connus, ont tous deux insisté sur la nécessaire répartition égalitaire des ressources en régime républicain. Significativement, cette dimension est souvent minorée, voire tout à fait ignorée par les commentateurs contemporains du républicanisme, particulièrement en ce qui concerne Mably.

Notre hypothèse est que dans le deuxième XVIIIe siècle français se met en place en France une doctrine de l’émancipation comme non-domination qui place au centre de ses préoccupations la question sociale et celle de la distribution des biens produits. On ne saurait considérer le langage républicain indépendamment de son contexte d’énonciation, qui comprend non seulement les débats intellectuels de l’époque, mais également, et peut-être avant tout, ce qui les suscite et les alimente, à savoir le paysage social et politique d’ensemble de la France d’Ancien Régime, qui se centre à partir de cette époque autour des problèmes économiques : controverses autour du blé, qui débouchent dans les années 1770 sur la guerre des farines, affirmation politique de la propriété privée des sols. Cette situation est, pour une grande part, ce qui rend possible et génère une nouvelle manière de parler des sources d’oppression et des moyens de s’en libérer.

Dans cette période le langage républicain n’est pas seulement celui de la libération des citoyens par l’empire de la loi, mais se marque aussi, en France, par l’élaboration d’une doctrine forte de la souveraineté populaire et de la maîtrise publique sur la production, la gestion et la distribution des ressources avec les prémisses balbutiantes de l’État et de la propriété sociaux. On pourra donc se demander comment souveraineté populaire et question sociale sont liées l’une à l’autre dans les doctrines des penseurs républicains de cette séquence historique et philosophique cruciale, puisqu’elle débouche, comme on sait, sur les bouleversements de la décennie révolutionnaire. On tâchera ainsi de dégager les caractéristiques d’une forme originale, nationale si l’on peut dire, de républicanisme social, qui aboutit chez certains auteurs au socialisme républicain, avec un projet d’abolition définitive de la propriété privée. Il s’agira de déterminer le degré d’indépendance de ce courant, lui-même pluriel, avec la tradition républicaine atlantique décrite par l’Ecole de Cambridge et ses épigones. Dans ce cadre le contrôle par le politique de la répartition des richesses pourrait apparaître à la fois comme la condition et la conséquence de la souveraineté populaire, c’est-à-dire aussi d’une pensée politique non plus centrée sur l’individu mais sur les collectifs, leur organisation et les relations de pouvoir qui les structurent.

Le colloque s’efforcera de croiser les approches dans une perspective interdisciplinaire en faisant appel à des contributeurs historiens, politistes et philosophes; la participation d’éminents chercheurs venus d’Angleterre et des Etats-Unis permettra également de confronter les points de vue des traditions de pensée « continentale » et anglo-saxonne.

Ce colloque est organisé par le Centre de recherche sur l’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne de l’Université Paris 1, avec le soutien de la fondation Jean Jaurès.

;

Date :
Vendredi 1er et samedi 2 juin

Lieu :
Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne (Paris V)
Vendredi : 14h-18h30 en salle D 631 (Galerie Dumas)
Samedi : 9h-18h30 en Salle Cavaillès

Organisation et coordination :
Stéphanie Roza  
Pierre Crétois

.

Programme :

Vendredi 1er juin
.

14h00 : Accueil des participants. Présidence : Céline SPECTOR (Philosophie, Université de Bordeaux III) :

14h15 : Yannick Bosc (Histoire, IUFM de Rouen): « Républicanisme et protection sociale : l’opposition Paine-Condorcet »

15h00 : Françoise Brunel (Histoire, Paris I) : « La politique sociale de l’An II : un république de « collectivisme individualiste »? »

15h45 : Pause

16h00 : Jean-Numa Ducange (Histoire, Université de Rouen) : « Fonder le républicanisme socialiste : Jean Jaurès et la Révolution Française »

16h45 : Juliette Grange (Philosophie, université de Tours) : titre à préciser.

17h30 : Discussion de la première session.
.

Samedi 2 juin
.

9h00 : Accueil des participants. Présidence : Jean Salem (Philosophie, Paris I)

9h30 : Pierre Crétois (Philosophie, Lyon II), « Rousseau : souveraineté et égalité ».

10h15 : Vincent Bourdeau (Philosophie, Université de Besançon), « Economie politique ou économie morale des républicains ? Débats historiographiques et questions philosophiques au sujet de l’économie politique dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle ».

11h00 : Christophe Miqueu (Philosophie, IUFM de Bordeaux), titre à préciser.

11h45 : Christopher Hamel (Philosophie, Université Libre de Bruxelles), « Diderot et le commerce des blés : la critique de la liberté illimitée ».
.
.

12h30 : Déjeuner
.

14h00 : Troisième session. Présidence : Bertrand Binoche (Philosophie, Paris I)

14h15 : Johnson Kent Wright (Histoire, Arizona State University ) : «L’exception qui confirme la règle : l’Ecole de Cambridge et la France » 

15h00 : Arnault Skornicki (Science politique, Paris X-Nanterre) : « Le moment néo-machiavélien dans l’économie politique des Lumières : de Forbonnais à Necker »

15h45 : Pause

16h00 : Thomas Boccon-Gibod (Philosophie, Paris X-Nanterre): « De la volonté générale au service public : continuités et ruptures du républicanisme social français »

16h45 : Stéphanie Roza (Philosophie, Paris I) : « L’exercice de la souveraineté populaire, de Rousseau à Babeuf ».

17h30 : Discussion générale

 

.

 

.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search