Colloque « L’art de voir les choses invisibles », 14 et 15 juin 2012, Université Paris Ouest

En 1706, Jonathan Swift écrit dans Pensées sur des sujets moraux et divertissants que “la vision est l’art de voir les choses invisibles”. Dans cet apparent paradoxe se loge un point de questionnement et d’investigation du monde et du social : les limites de la vision humaine et l’existence de choses invisibles, qu’elles soient trop éloignées, trop petites, ou encore impossibles à voir sans un art approprié et/ou la mise en œuvre de médiations techniques ou symboliques (créant nécessairement des distinctions entre les initiés et les profanes) permettent d’étendre les limites de ce qui est accessible à la vue, l’appréhension, la compréhension et l’entendement.  De fait, l’idée même d’invisible ne peut prendre sens qu’à partir du constat de l’impossibilité de délimiter une fois pour toutes ce qu’est ou ce que serait le “réel”. Si tout était visible, rien ne serait invisible…
Partant du constat que l’invisible est un objet relevant de plusieurs disciplines – les sciences dites dures, les sciences historiques, humaines et sociales, mais aussi la philosophie et l’histoire de l’art – ce colloque se propose d’interroger la catégorie de l’invisible dans sa pluralité, dans sa labilité historique et anthropologique, mais aussi dans son importance au regard de la vie sociale et psychique des uns et des autres. “Qu’est-ce que l’invisible ?” est une question qui implique de comprendre plus simplement ce que signifie voir. A partir de ce point de départ, le colloque déploie trois pistes : la représentation de l’invisible, les moyens d’y accéder et les modes d’organisation de cette vision de l’invisible.

Ce colloque est organisé par le centre de recherche Histoire des Arts et des Représentations (EA 4414) et le laboratoire Sophiapol (EA 3932) de l’Université Paris Ouest.

Date:
Jeudi 14 et vendredi 15 juin 2012

Lieu:
Université Paris-Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, rez-de-chaussée, salle des conférences
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus et trajet vers le bâtiment

tél du secrétariat : 01.40.97.73.78

Comité d’organisation:
Julien Bernard
, Stéphane Dufoix,  Nicole Edelman

 

Programme

JEUDI 14 JUIN 2012

9h00    Accueil des participants et introduction du colloque par les organisateurs

Qu’est-ce que l’invisible, qu’est-ce que voir ?
9h30-12h30

Dr Philippe Dublineau (Ophtalmologie)
Et si la vision n’était que perception ? Approche physiologique d’une histoire de malvoyance

Gérard Jorland (Directeur de recherches au CNRS, CRH)
Une histoire de la vision: géométrie et physiologie de Ptolémée à Helmholtz

10h 45-11h Pause

Philippe Hamou (Professeur de philosophie, Université Lille III, UMR Savoirs, textes langages)
Repousser les limites de la vision : sur quelques enjeux philosophiques de l’invention des instruments d’optique

Evgen Bavcar (Photographe et artiste conceptuel)
Pour une dialectique du visible et de l’invisible dans le monde oculocentrique

12h45-14h15 Déjeuner

Représenter l’invisible
14h15-17h30 

Laurence Schifano (Professeur d’études cinématographiques, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, HAR)
Quatre plans pour l’invisible : A travers le miroir (Bergman, 1961); Blow up (Antonioni, 1967); Le Septième ciel (Benoît Jacquot, 1997) et Mulholland Drive (Lynch, 2000)

Itzakh Goldberg (Professeur d’histoire de l’art, Université de Saint-Etienne, Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Expression Contemporaine)
L’invisible abstrait

15h 45-16h Pause

Delphine Mondout (Docteur en histoire de l’art, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Aveugles et aveuglements dans l’oeuvre de Sophie Calle

Arnaud Morvan (membre du programme « Anthropologie de la perception » au Laboratoire d’Anthropologie sociale)
Invisibilité et abstraction dans les peintures kija du nord-ouest australien

 

VENDREDI 15 JUIN 2012

Des moyens d’accès à l’invisible
10h00-12h30

Stéphane Dufoix (Maître de conférences en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol)
Voir au-delà des mots. Les expériences psychédéliques d’Aldous Huxley

Julien Bernard (Maître de conférences en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol)
(Se) représenter la mort: le travail des cultures pour figurer l’invisible

12h45-14h15 Déjeuner

Voir ce qui n’est pas visible
14h15-17h30

 Nicole Edelman (Professeur d’histoire contemporaine, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, HAR)
Un nouvel invisible pour la renaissance de la voyance ?

Stéphanie Sauget (membre associé au Centre de Recherches en histoire du XIXe siècle, Universités Paris 1 – Paris 4)
Qu’y a-t-il à « voir » dans les maisons hantées au XIXe siècle ?

15h45-16h  Pause

Barbara Glowczewski (Directrice de recherche au CNRS, Laboratoire d’Anthropologie sociale)
Emergences de l’invisible : paysages oniriques chez les Aborigènes australiens

Delphine Bellis (Post-doctorante à l’Université de Gand)
Voir l’invisible : la représentation corpusculaire de la nature dans la physique cartésienne

 

Crédits photo : Konstantin Datz, Rubiks Cube for Blind Persons, 2010

 

 

 

 

Télécharger l’affiche

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.