Séminaire “Pratique des idées”, séances des mois de mai et juin 2012, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de  présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant  et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Le séminaire est organisé dans le cadre des activités de l’Ireph-Dipsa, du Créart-Phi et du Sophiapol.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
salles : voir ci-dessous dans le programme
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Eva Debray
Pinar Karaoglu
Cécile Lavergne

Mathilde Lequin

Frédéric Monferrand

.

Programme des prochaines séances :

.
Jeudi 24 mai 2012
(bâtiment D, salle 314)

14h00-15h30 : présentation des travaux de Olivier Gaudin (Univ. de Poitiers, CRHIA)
Titre de la communication : “Définir les situations urbaines ? Pragmatisme et perception des espaces urbains”
Enseignant-chercheur discutant : Roberto Frega (IEA, Paris)

15h30-17h00 : présentation des travaux de Lauriane Courbin (Paris Ouest, Sophiapol/Université libre de Bruxelles)
Titre de la communication : “Philosophie et ethnopsychiatrie : rencontrer en philosophe une pratique thérapeutique aux prises avec des passages entre mondes”.
Enseignante-chercheuse discutante : Emilie Hache (Paris Ouest, Ireph-Dipsa)
.

Mercredi 30 mai 2012 (bâtiment D, salle 201b)

14h00-15h30 : présentation des travaux de Pinar Karaoglu (Paris Ouest, Sophiapol)
Titre de la communication : “Entre théorie normative et complexité sociale : Difficultés méthodologiques d’une recherche sur le procéduralisme chez Habermas”
Enseignante-chercheuse discutante : Alice Le Goff (Univ. Paris V, CERSES)

15h30-17h00 : présentation des travaux d’Antoine Muller (Paris Ouest, HAR)
Titre de la communication : ” le ‘ sentiment de nécessité’ des musiques familières”.
Enseignante-chercheuse discutante : Michèle Cohen-Halimi (Paris Ouest, Ireph-Dipsa)
.

Mardi 19 juin 2012 (bâtiment D, salle 201b)

09h30-11h00 : présentation des travaux de Olivier Chassaing (Paris Ouest, Sophiapol)
Titre de la communication : “La sanction pénale : morale de la peine versus critique du droit ?”
Enseignant-chercheur discutant : Stéphane Haber (Paris Ouest, Sophiapol)

11h00-12h30 : présentation des travaux de Caterina Gabrielli (Paris 1, Phico/Nosophi)
Titre de la communication : “Retour sur une expérience d’institutionnalisation du savoir des juristes d’après l’œuvre de Maurice Hauriou”
Enseignant-chercheur discutant : Éric Millard (Paris Ouest, CTAD)
.


Résumés des travaux de thèse des intervenants :

Olivier Gaudin (Univ. de Poitiers, CRHIA) : La configuration urbaine. Epistémologie philosophique de la perception des espaces urbains, sous la direction de Patrick Savidan.

Alors qu’on n’emploie plus volontiers le concept de “ville” dans le champ des études urbaines, je travaille sur la situation épistémologique et figurative des espaces urbains. Par le biais d’une étude de la perception, j’étudie l’agencement des relations sociales et des propriétés matérielles dans le contexte des configurations urbaines occidentales au XXe siècle. La construction et la figuration de l’espace urbain reflètent sans doute un état de la société qui le bâtit (histoire, mémoire), mais donnent également corps à des aspirations politiques et sociales (avenir, projection), trouvant des ressources dans une histoire perceptive, une mémoire collective dont l’intelligibilité n’est pas immédiate. Pour la faire apparaître, une mise au jour des cadres de l’expérience perceptive est nécessaire.  L’analyse épistémologique de la notion de cadre perceptif de l’expérience urbaine, au prisme d’une anthropologie pragmatiste, mettra en rapport des problèmes d’esthétique générale (qui relèvent de la perception sensorielle) et des questions politiques (qui concernent l’organisation collective). La réalité urbaine, partage problématique de l’espace social commun, met en jeu l’axiologie esthétique et politique à même le plan de l’expérience perceptive.
..

Lauriane Courbin (Paris Ouest, Sophiapol/Univ. Libre de Bruxelles) : Identités, appartenances, transmission : un parcours philosophique avec l’ethnopsychiatrie, sous la direction de Martine de Gaudemar et d’Isabelle Stengers.

Cette recherche est le récit, à vocation conceptuelle, d’une rencontre – rencontre de la philosophie avec l’ethnopsychiatrie, pratique clinique destinée à la prise en charge psychothérapeutique des patients migrants. Elle s’est déroulée au centre Georges Devereux dont l’équipe a accueilli l’auteure pendant deux ans. Rencontrer l’autre n’est jamais indifférent, cela fait quelque chose : à celui ou celle qui rencontre, à sa pensée et à l’héritage qui est le sien. La question principale est donc celle-ci : qu’est-ce que cela fait – à la pensée philosophique et à celle qui ici la représente – de rencontrer l’ethnopsychiatrie et les mondes qu’elle convoque ?

Cela implique une double exigence : décrire les transformations que subissent, dans la rencontre, des notions comme celles d’« identité », de « personne » ou de « relation », mais aussi de « collectif », de « croyance » et de « transmission », tout en montrant en quoi le récit de ces transformations n’équivaut pas à une enquête introspective et à sa restitution subjective.

La transformation principale réside dans le passage d’une pensée générale à un autre régime de pensée (qualifié de « générique »[1]) qu’il s’agit de caractériser dans la mesure où la pratique clinique, en particulier dans le contexte de multiplicité qu’imposent les passages entre les mondes, semble le supposer. Dans le cadre thérapeutique d’une contrainte à la transformation en effet, les paroles, actes et gestes doivent prendre une consistance propre afin d’être opérants. Cette consistance clinique et le plan de pensée qui l’accompagne sont ce dont ce travail propose de dessiner les principaux traits : immanence, nouveauté et caractère spéculatif.
.

Présentation résumée de l’intervention : « Philosophie et ethnopsychiatrie : rencontrer en philosophe une pratique thérapeutique aux prises avec des passages entre mondes ».

Cette présentation se centrera plus particulièrement sur la question de ce que les anthropologues appelleraient volontiers le « rapport au terrain », et sur l’instauration[2] d’une position de philosophe dans le contexte de cette mise en rapport avec une pratique à vocation thérapeutique dans un contexte de passage entre les mondes : s’agit-il de proposer un cadre théorique à une pratique ? S’agit-il de dégager les implications philosophiques de celle-ci ? D’en faire l’épistémologie ? Comment mobiliser les ressources conceptuelles de chacun des deux domaines sans les cloisonner ni les indifférencier ?

Loin de la figure idéale d’un chercheur-observateur neutre et atopique, s’est dégagée, pour l’auteure de ces lignes, la nécessité d’une « prise » par son objet qui se révéla être une condition de possibilité de toute prise sur cet objet[3] – donc de toute mise en rapport avec lui. Il s’agira tout à la fois de justifier ce positionnement dans sa nécessité, de montrer comment en déjouer certains écueils (notamment de subjectivisme et de relativisme), de décrire le trajet qui a été induit par là et les mouvements de transformation traversés dans un tel cadre jusqu’à ce que surgisse une mise en rapport consistante. Quelle figure d’une éventuelle « interdisciplinarité » cette mise en rapport propose-t-elle ?


[1] I. Stengers, La Vierge et le neutrino, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond / Le Seuil, 2006.
[2]
J’emprunte ce concept au philosophe Étienne Souriau. Je m’appuierai sur le sens qui en est déployé dans sa conférence de 1956, intitulée « Du mode d’existence de l’œuvre à faire », prononcée devant la Société française de Philosophie, et publié désormais dans Les différents modes d’existence, texte présenté par I. Stengers et B. Latour, Paris, PUF, 2009.
[3]
C’est ce type de nécessité qui a si fortement interrogé l’ethnologue J. Favret-Saada dans ses deux ouvrages sur la sorcellerie dans le Bocage normand : Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977 et Désorceler, Éditions de l’Olivier, 2009.
.

Pinar Karaoglu (Paris Ouest, Sophiapol) : Le procéduralisme chez Habermas, sous la direction de Stéphane Haber.

Mes recherches portent sur la notion de procéduralisme dans la théorie politique et juridique de Jürgen Habermas. Il s’agit d’examiner de quelle manière Habermas utilise cette notion pour instaurer une théorie du droit démocratique. L’enjeu consiste à penser les problèmes d’ordre normatif ainsi que d’ordre fonctionnel qui résultent, dans la théorie habermassienne, de l’adoption de cette notion. D’une manière générale, les théories procéduralistes examinent dans quelle mesure la validité normative des décisions démocratiques peut dépendre des procédures légitimes à travers lesquelles ces décisions ont été prises. Pour Habermas les procédures démocratiques peuvent garantir la validité des décisions dans la mesure où elles permettent d’établir un accord entre les individus participants à des discussions réelles.

Un premier volet de ma recherche consiste dans l’étude de cette conception de validité que propose Habermas. Par sa méthode de la reconstruction rationnelle Habermas présuppose que, en ce qui concerne les principes de base de la rationalité et de la validité, un lien épistémique existe entre le participant (l’acteur social) et l’observateur (le théoricien). Néanmoins un des critiques de Habermas, Bernhard Peters, attire l’attention sur le fait que, contrairement à ce que pense le théoricien, à un moment donné dans l’histoire, de la perspective du participant, la validité normative ne dépend pas seulement des procédures mais aussi, et davantage, de la valeur substantielle de la décision[1].

Le deuxième volet de ma recherche concerne la théorie juridique habermassienne du point de vue de son fonctionnalisme. Dans sa théorie juridique, Habermas précise qu’il ne propose pas une justification normative pour le système de droit simplement parce que ce système constitue le seul moyen d’intégration sociale pour les sociétés modernes. Ainsi, il semble que même si nous pouvons et devons discuter la validité normative des jugements substantiels qui se présentent à nous dans le processus de prise de décision démocratique, nous ne pouvons cependant pas discuter la validité de la procédure elle-même.

Enfin, un troisième volet de ma recherche consiste à examiner dans quelle mesure nous pouvons lier le sens normatif du procéduralisme, en ce qu’il comporte un potentiel émancipateur (s’il y en a), à une critique du capitalisme.

 


[1] Peters, Bernhard, « On Reconstructive Legal and Political Thought », ¨Philosophy and Social Criticism, 20, no. 4, 1994.

.
Antoine Muller (Paris Ouest, HAR) : Enregistrement sonore et réminiscences musicales, sous la direction d’Anne Sauvagnargues.

Quelle place la musique prend-t-elle dans la vie quotidienne à l’ère de sa disponibilité numérique ? Pour étudier cette question, une description des pratiques effectives doit côtoyer une réflexion sur l’évolution des types d’expériences possibles découlant des technologies d’écoute qui se sont successivement développées depuis les débuts de l’enregistrement sonore. Un double décentrement est nécessaire pour éviter de s’enfermer dans des catégorisations toutes faites, qui ratent la spécificité de l’objet, en ce qu’il est sonore d’abord, en ce qu’il entretient un rapport particulier à la mémoire, surtout.

Premièrement, il ne faut pas se restreindre à l’écoute, comme acte volontaire, dans lequel une musique est l’objet d’une attention exclusive ou même centrale. Par rapport à la prépondérance du complexe visuel et moteur, l’ouïe revêt un caractère périphérique qui lui permet de mener une vie parallèle. C’est sur ces dispositions physiologiques, prolongées par le type d’existence exigé par le monde socialement construit que nous connaissons, que se greffent les appareils à musique mobiles. Nous sommes exposés à des musiques, notre rapport à la musique doit être pensé comme un ensemble de conduites habituelles, et pas seulement comme une suite d’expériences choisies.

Deuxièmement, les comportements musicaux doivent être abordés sous l’angle de leur répercussions, ou pour employer un terme musical, de leurs échos. Deux phénomènes s’entretiennent et se renforcent ici mutuellement. D’abord, les musiques sont des ensembles qui se développent dans le temps, des séquences continues, aussi lorsque nous assimilons entre eux des vécus sonores, leur identité prend pour nous la forme de la répétition. Notre hypothèse est ici que la pregnance sonore fonctionne moins par renvoi et traduction, comme la pregnance visuelle et sémiotique, que par reprise et incorporation. Ensuite, l’avènement historique de l’enregistrement sonore est un événement historique qui est venu redoubler cette pregnance des séquences, par l’usage que nous en faisons. L’exposition répétée à un enregistrement musical constitue ainsi un produit historique aussi courant qu’inédit, un rapport peut-être sans précédent à des “entités” connues et intégrées – non pas instantanées, mais processuelles. Est-il possible de décrire rigoureusement les caractéristiques de ce type d’expérience, de mesurer en quoi il est effectivement inédit, par rapport à d’autres phénomènes du monde que nous percevons sous la forme d’entités (des visages, des mots ou suites de mots) ? Comment mesurer la nouveauté d’un type de phénomène psychique et connaître les modalités de son déterminisme historique ? Comment, en un mot, penser la mémoire musicale comme phénomène historique ?

Le problème posé est grevé par des difficultés méthodologiques majeures, liées à l’imbrication d’éléments psychiques et socio-historiques. Non seulement leur observation et leur établissement réclame une formation scientifique, et constituerait une recherche à part entière, mais quand bien même l’on disposerait de résultats expérimentaux, leur articulation resterait problématique. Mon pari à ce jour consiste à chercher des outils dans la tradition philosophique, chez des auteurs comme Nietzsche et Bergson, que j’espère pouvoir croiser avec des sources issues de la sociologie, des sciences cognitives, de l’histoire des techniques.

Mon intervention du 30 mars tentera de dégager, dans le corpus nietzschéen, des éléments susceptibles de servir de matériaux au traitement de ce problème. En partant du §334 du Gai Savoir, j’aborderai le modèle de la nutrition, le caractère composite de la culture contemporaine, le rapport entre langage et perception du même, et j’essaierai de poser le problème du rapport entre expérimentation sur soi et observation des marges de la conscience.


Olivier Chassaing (Paris Ouest, Sophiapol), Critiques du positivisme juridique dans les théories de la justice pénale, sous la direction de Christian Lazzeri.

Motivée par la recherche d’un fondement légitime et d’une finalité raisonnable, la philosophie pénale a apporté plusieurs formes de réponse au problème de la justification du droit de punir. On considère classiquement que la peine peut être juste, parce qu’il y a devoir, au sens moral, d’effacer la transgression de la loi, et donc pour cela d’en châtier le coupable (Kant, Leçons d’éthique, 1997). Selon un point de vue antagoniste, on peut estimer que la peine est utile parce qu’il en découle des conséquences, sur les individus pris collectivement, meilleures que celles engendrées par l’impunité. La première conception, dite rétributiviste, pense un lien interne entre le crime et la peine fondé sur l’impératif de justice, et vise à faire du droit pénal le corollaire du respect de la loi comme de la personne du coupable : étant raisonnable, il est responsable et doit donc être puni. La seconde, dite conséquentialiste, pense la peine comme « sacrifice indispensable au salut commun » (J. Bentham, Théorie des peines et des récompenses, 1811), selon un lien externe entre la peine, comprise comme instrument, et ses effets sur la société, mesurés à l’aune de leur utilité pour la maximisation du bien commun.

Malgré leur divergence, ces principes ont en commun de définir la peine en fonction d’une théorie morale et politique antécédente, et non d’en analyser la définition positive et interne à la rationalité juridique. Toute détermination du concept est entachée, dans la langue de Kelsen, d’éléments idéologiques, méta-juridiques, qui sous couvert de décrire le concept procèdent en fait à son évaluation (Théorie pure du droit, 1960). « Lorsque les philosophes écrivent que la peine réprime une faute d’une nature particulière (religieuse, morale, ou purement légale), leur intention n’est pas véritablement de nous informer sur l’usage correct du concept de peine, mais d’initier une théorie de la justification de la peine » (B. Guillarme, Penser la peine, 2003).

Si une généalogie des raisons de punir vise à analyser les tendances historiques et politiques qui mettent en œuvre la confusion entre définition et justification de la peine, notre recherche vise davantage à cerner conceptuellement, dans un souci descriptif et normatif, le type de relation entre coupable et victime qu’inaugure ou est censé résoudre la peine (J. Braithwaite, P. Pettit, Not just Desert, 1990). Les infractions prévues par le droit pénal peuvent-elles être comprises sous la catégorie de la conflictualité sociale, du différend, c’est-à-dire de la relation non réciproque qu’il faut compenser et réparer, grâce à un équivalent au tort commis ? Selon quels concepts d’équivalence ou de compensation la notion juridique de peine peut-elle être interprétée ? La dissymétrie repose-t-elle sur une « dette » que contracte le coupable envers la victime et la société mais qui se trouve par là substituable à un autre (D. Lewis, « Do we believe in penal substitution ? », 1997), ou bien provient-elle d’un désir de réciprocité dans les affects et les émotions issus du tort, désir finalement satisfait par le signe de la souffrance du condamné ? La collusion de tels domaines souvent maintenus à distance les uns des autres – le droit pénal, la conflictualité sociale, le désir de vengeance – doit-elle aboutir à reconnaître une morale interne à la peine (réparatrice ou expiatrice notamment, mais qui permette de prendre position dans le débat entre rétributivisme et conséquentialisme), ou bien à critiquer au contraire le droit de punir à l’aune de ses effets politiques sur la conflictualité sociale et de ses limites ?

Tels sont les problèmes, et les enjeux méthodologiques qu’ils engagent, que nous voudrions aborder dans notre intervention du 19 juin, à partir de certains textes déjà cités et de la lecture que fournit E. Balibar de Freud et de Kelsen sur les formes de subjectivation produites par « l’intériorisation de la culpabilité, ou l’antécédence de la punition par rapport au délit » (Citoyen sujet, 2011).


Caterina Gabrielli (Paris 1, Phico/Nosophi), La théorie de l’institution de Maurice Hauriou et ses fondements dans l’interprétation savante du droit, sous la direction de Jean-François Kervégan.

Notre recherche porte sur le rôle des  pratiques des juristes dans l’énucléation de  la notion de règle juridique en tant qu’elle pourrait s’opposer à la multiplicité et hétérogénéité des cas particuliers. Au cœur de ces pratiques  nous plaçons celles qui ont eu comme protagoniste Maurice Hauriou. En dépit du  rôle qu’Hauriou joua dans la mise au point des principes de doctrine (notamment en matière de décision exécutoire, de domaine public et  de service public),  sa contribution à la science juridique de son époque demeure incertaine, à cause des positions floues qu’il adoptera à l’égard de ces propres constructions. On connait par exemple son « oscillation »  entre la primauté  à accorder au  principe de la puissance publique ou plutôt à celui du service public ; or malgré ce mouvement de  va et vient  Hauriou  ne cessera de considérer son travail comme pourvu d’une logique qui lui serait propre. Elle consiste dans l’idée que le droit se laisse apercevoir seulement en creux, par rapport à son contraire ; bref seulement lorsqu’un pouvoir aura agi en modifiant un état de choses précédent, susceptible de former un premier seuil comparatif. Hauriou déclarera de tenir sa méthode de la sociologie de Gabriel Tarde, de laquelle il reprend notamment le rôle médiateur du droit.

Sur ces bases, il apparaît qu’appréhender la pensée d’Hauriou à partir du rapport de l’institution à l’Etat, et comme si l’un pourrait précéder l’autre et en être l’étalon d’évaluation, revient à ne pouvoir pas s’expliquer la manière dont Hauriou développa effectivement son raisonnement.  L’hypothèse que nous proposons est qu’il serait profitable de considérer que le réseau formé  par les notions d’Etat et d’institution, de puissance publique et de service public  s’engendre au sein d’un seul et même processus interprétatif. Ce processus se trouve aménagé pour la première fois dans l’œuvre sur la Gestion administrative de 1899. Dans cet essai l’on retrouve la notion d’institution associée aux droits subjectifs qu’il faudrait reconnaître aux administrés  du fait  de  leur « collaboration » à l’exécution des services publics. Si cette  notion de collaboration permet d’unifier  les différents cas de sévices publics relevés par la jurisprudence dans une seule et même  notion de « service public », son énucléation de la part d’Hauriou s’appuie sur une hypothèse ultérieure portant sur la manière d’appréhender le principe de la séparation des pouvoirs : celle qui consiste à considérer le pouvoir administratif non pas comme déjà encadré dans le concept de « puissance publique », mais comme participant du pouvoir exécutif  et de son rôle de « balance » des autres pouvoirs, duquel le pouvoir administratif tient ainsi sa force « exécutoire » ;  ensuite à considérer les situations où le pouvoir exécute des services publics  comme le signe qu’un rapport de collaboration s’est établi entre administration et administrés, sur la base duquel des recours de pleine juridiction ( en reformation de l’acte) deviennent pleinement explicable ; on dira alors que les actes attaqués en annulation sont ceux qui, par différence, engagent la puissance publique.

On voit donc que c’est en utilisant un processus qui est inductif et non déductif, sémiotique et non analytique, récursif et non linéaire,  qu’Hauriou forgea le rapport entre puissance publique et service public, comme celui d’un moyen à un but, mais où le moyen garde l’étrange liberté de décider du but. D’autre part, Hauriou considérait que la notion de service public est d’origine « politique » et non économique ( ni « purement juridique » ), sert le projet de l’Etat révolutionnaire de briser les solidarités particularistes en utilisant les ressorts intimes de l’ancien Etat de justice, à partir du  Conseil d’Etat qui cumule fonction juridictionnelle et de gouvernement .Or de toute les élaborations qui entourent celle du service public en la rendant possible  – et spécialement l’idée de droit-institutions –  il n’en resta rien : ces droits subjectifs institutionnels, de nature réelle,  « résistent » seulement dans l’ouvre d’Hauriou,  juste le temps de servir à sa propre construction. Il devait en être ainsi  dans un perspective tardienne qui privilège le local et non le global, le particulier et non le général. De ce point de vue, on peut conclure qu’en essayant de prolonger sa réflexion au sein même du système représentatif, avec une « théorie de l’institution », Hauriou se fait probablement fourvoyer par sa propre construction, par sa fonctionnalité au plan juridictionnel. Son  trait saillant  est de permettre d’entretenir la fiction symbolique de l’unité du représentant et du représenté, alors que les engrenages de l’Etat légal pourvue d’une administration puissante  l’auraient probablement ébranlée à tout profit d’autres logiques.



Présentation du séminaire Pratique des Idées  sur le site de Paris Ouest.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.