Séminaire 2011-2012 “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 5e séance, 29 mars 2012, EHESS

Cette 5e séance du séminaire “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, sera consacrée au premier des deux volets  “Faire et défaire la totalité”. Elle accueillera Michel Agier (IRD et EHESS) et Jean-François Coulais (Arts et Métiers ParisTech, CNRS, Le2i, Institut Image).

Date :
Jeudi 29 mars 2012, 9h-13h00.

Lieu:
EHESS, salle M. et D. Lombard
96  bd Raspail
Paris 6e
Métro : Notre Dame des Champs (ligne 12)

Organisation:
Michel Agier
 (EHESS) avec Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

 

Programme de la séance

Faire et défaire la totalité 1/2

Jean-François Coulais. Des vues aériennes aux villes virtuelles : Perception et signification des nouvelles visibilités calculées − Comment peut-on aujourd’hui habiter les lieux de la ville virtuelle ? On interrogera les fonctions de la vue aérienne et de l’image numérique dans les pratiques contemporaines de la ville et des territoires, en partant de leur statut dans l’histoire des représentations urbaines. L’analyse de plusieurs « situations expérimentales du regard » permet de situer notre enquête au cœur des systèmes symboliques et techniques formant les milieux humains à une époque et dans une culture visuelle et technique données. Chaque milieu possède ses propres véhicules de transmission, par lesquels de nouveaux horizons s’ouvrent ou au contraire se dérobent aux regards. En moins d’un demi-siècle, celui de l’imagerie aérienne et numérique s’est emparé de nos visibilités. Il bouleverse notre expérience du visible et les mécanismes par lesquels se construit notre image de la ville, et au delà, de la réalité.

Michel Agier. La ville comme hologramme. Deux parcours anthropologiques (Lomé, Salvador de Bahia) − Parcours, fragments et lieux décomposent la totalité invisible de la grande ville avant de lui donner une autre forme, sensible, et ainsi les moyens d’une identification aux noms du lieu reconnu comme hologramme personnel. Dans cette anthropologie des espaces de la ville, les « régions morales » se doivent d’être un concept fluide rendant compte de réalités changeantes dans l’histoire d’une ville, s’écartant du principe fonctionnaliste de la « zone » afin de servir au déplacement des représentations entre différentes échelles et entre les limites incertaines des lieux.

 

Dernière séance à venir : 31 mai 2012. Faire et défaire la totalité 2/2 avec Paola Berenstein Jacques et Philippe Gervais-Lambonny 
(Le 3e et 5e jeudi du mois de 9h à 13h, salle Lombard, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris).

 

Voir aussi:
Le programme des séances précédentes et à venir sur le site internet de l’EHESS.



Citer ce billet
Jérémy Lemarié (2012, 27 mars). Séminaire 2011-2012 “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 5e séance, 29 mars 2012, EHESS. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugyv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.