Pour François Vourc’h

François Vourc’h est décédé ce vendredi 23 mars. Chargé de recherches au CNRS, il a d’abord travaillé à l’Université Paris X, notamment avec Catherine Paradeise et Maryse Tripier, puis à l’URMIS (CNRS-Université Paris VII) notamment avec Véronique De Rudder, Christian Poiret et Simona Tersigni. Il a ensuite demandé son affiliation au GRASS (CNRS-Université Paris VIII) où j’ai eu le plaisir et l’honneur de co-animer avec lui plusieurs séances du séminaire des jeunes chercheurs. Il est revenu à Nanterre début 2009 : il faisait partie des membres fondateurs de l’équipe LASCO, au sein du laboratoire SOPHIAPOL (EA3932). Sur le plan professionnel, on retiendra ses travaux sur la discrimination au travail. Pour en avoir discuté avec lui à la rentrée 2011, quelques mois avant la découverte de cette maladie qui aujourd’hui l’emporte, je sais qu’il était particulièrement fier de l’article intitulé « Quelles statistiques pour quelle lutte contre les discriminations ? », co-écrit avec Véronique De Rudder et paru dans  L’Homme et la société en 2007 ; ce n’est pas son article le plus récent, mais il y tenait beaucoup. Sur le plan personnel, on n’oubliera jamais son humanité, sa sensibilité, sa discrétion et sa gentillesse, qualités trop rares dans la société contemporaine.

Philippe Combessie

 

Une cérémonie  aura lieu au crematorium du cimetière du Père Lachaise, mardi 27 mars à 10h30.



Citer ce billet
Delphine Mondout (2012, 26 mars). Pour François Vourc’h. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugyt

2 réflexions sur « Pour François Vourc’h »

  1. I was very distressed to hear of the death of François. I am sorry that I only recently heard of this, and so missed the opportunity to come to pay my respects at the service at Père Lachaise. I worked with François on research projects during the 1990s. He was an outstanding colleague and a delight to work with. I will always remember his abilities and insights, his sensitivity and friendship, and his wonderful sense of humour. There will never be another like him. Please give sincere condolences to François’ wife and family on behalf of my wife Sheila and myself.

  2. J’ai été très bouleversé et peiné d’entendre parler de la mort de François. Je suis désolé que je n’est que récemment entendu parler de cela, et ainsi de manquer l’occasion de venir présenter mes hommages au cérémonie au Père Lachaise.
    J’ai travaillé avec François sur les projets de recherche au cours des années 1990. Il était un collègue hors pair et un plaisir de travailler avec. Je me souviendrai toujours de ses capacités et des connaissances, sa sensibilité et de l’amitié, et son merveilleux sens de l’humour. Il n’y aura jamais un autre comme lui.
    S’il vous plaît donner plus sincères condoléances à l’épouse de François et de la famille au nom de mon épouse et moi-même Sheila.
    (Please excuse the possibly bad translation, using Google)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.