Conférence discussion du dernier ouvrage de Catherine Colliot-Thélène, 22 mars 2012, Paris Ouest Nanterre


Dans le cadre du cycle de conférences, “Démocratie, droits de l’homme et contrôle de constitutionnalité” animées par Jean-Marie Denquin et Véronique Champeil-Desplats (programme ANR néo-rétro constitutionnalisme), le CREDOF reçoit Catherine Colliot-Thélène pour une présentation et une discussion de son ouvrage La démocratie sans “demos”, Paris, PUF, 2011.

Date :
Jeudi 22 mars 2012, 10h30-12h30. 

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle F 141 (salle des Actes)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

L’auteur

Catherine Colliot-Thélène, ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégée de philosophie, est professeur à l’Université Rennes I et membre senior de l’Institut universitaire de France. Elle a été chercheur invité au Hamburger Institut für Sozialforschung en 2008. Elle a notamment publié Le désenchantement de l’État. De Hegel à Max Weber (1992), Études wébériennes. Rationalités, histoires, droits (2001), et La sociologie de Max Weber (2006).

L’ouvrage

Penser la démocratie sans demos implique de dénouer le lien solidement établi au XIXe siècle entre les concepts de démocratie et de souveraineté du peuple. Cela, la mondialisation contemporaine ne cesse de nous y inciter. Le procès continu de démocratisation de l’État moderne a été rendu possible par l’individualisation du sujet de droit, elle-même résultat de la destruction des droits particuliers des sociétés d’Ancien Régime par l’action centralisatrice d’un pouvoir de type territorial. Mais en s’imposant comme la seule instance garante des droits, l’État moderne a aussi nationalisé la citoyenneté. Or, il est certain qu’aujourd’hui, l’érosion du monopole juridique et judiciaire de l’État s’accompagne d’une multiplication et d’une hétérogénéité croissante des pouvoirs auxquels les individus peuvent et doivent s’adresser pour obtenir la reconnaissance et la garantie des droits qu’ils revendiquent.
Cette situation nous fait obligation de dénationaliser la citoyenneté sans sacrifier pour autant cette forme spécifique de subjectivité politique qu’est l’individu sujet de droits, sans renoncer par conséquent aux ressources émancipatrices dont cette figure du sujet politique a fait la preuve au cours des deux derniers siècles.

Table des matières

Introduction

Premier chapitre. — Les droits subjectifs
Les droits subjectifs : une notion disputée
Kant : le droit privé, une doctrine des droits subjectifs
L’individualisation des droits
Marx, l’égalité juridique et la démocratie

Deuxième chapitre. — La démocratie, de Rousseau à Hegel
Quelques éléments sur l’histoire moderne du terme démocratie
La démocratie comme gouvernement du peuple, ou : Rousseau était-il démocrate ?
De Rousseau à Kant
Les critiques de la démocratie : peuple, populace, population

Troisième chapitre. — La démocratisation des démocraties
La statutorisation des droits subjectifs
Les droits de l’étranger

Quatrième chapitre. — La démocratie sans demos
De Schmitt à Kant
Individualisme libéral et démocratie
Les solidarités de lutte : l’impossible « quotidianisation »
Adieu à tous les communautarismes ?

Cinquième chapitre. — L’avenir du sujet de droit dans le contexte de la mondialisation
Citoyenneté et solidarité
La dénationalisation de la citoyenneté
Les nouvelles scènes de l’inventivité citoyenne : la ville
Les nouvelles scènes de l’inventivité citoyenne : le monde ?

Conclusion

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search