Séminaire: “Traduire le peuple et l’exil”, 5 mars 2012, Paris

 

Du triangle instable dont on essaie de faire jouer les tensions (traduction-peuple-exil), il s’agira de dégager des tensions supplémentaires – ainsi entre universel et particulier, religion et ethnicité, mythographie, histoire et contre-mémoire, souveraineté, allochtonie, assignation à résidence et d’autres.

Joëlle MARELLI propose un séminaire “Traduire le peuple et l’exil“. Le 5 mars 2012, le Collège International de Philosophie, avec le soutien du Centre Parisien d’Études Critiques, accueillera Tal Dor (doctorante en sciences de l’éducation à l’Université Paris 13, ancienne directrice de l’association Mahapach-Taghir). Sa conférence s’intitule “Processus de transformation du « je hégémonique » en Israël et en France”.

 

Date :
Le 5 mars 2012 de 18h30 à 20h30

Lieu:
Centre Parisien d’Études Critiques, 37 bis rue du Sentier, 75002 Paris
Salle 1

 

Présentation du séminaire 2011-2012

On cherchera à penser l’identité collective à partir de ses impasses et à thématiser les malaises et inconforts qui s’y associent et se lient plus spécifiquement aux destinées de la « question juive » telle qu’elle se définit notamment à partir du nexus de savoir et de pouvoir que forment l’orientalisme, le sémitisme, le colonialisme, formes de l’anxiété identitaire européenne, geste indéfiniment renouvelé de définition et de filtrage du « non-moi ». Pourquoi « les juifs », après avoir été le prétexte à une meurtrière profusion de discours et de dispositifs agissants, sont-ils devenus aujourd’hui l’imprononçable figure inverse qui recueille en elle toutes les impasses de la politique européenne des identités ? Quelles sont les « communautés » sur lesquelles se focalisent aujourd’hui les plus impératives pulsions d’expertise, la plus frénétique volonté de savoir ? Qu’est-ce qui se dit et se fait, depuis plus de deux siècles, sous le nom injonctif d’« intégration » ou d’« assimilation » ? Qui a intérêt à ce que « les juifs » soient aujourd’hui pris à témoin et de ces développements et invités à y remplir une fonction d’arbitrage ? Qu’est-ce qui s’efface quand le philosémitisme s’associe à l’islamophobie?
On appuiera l’enquête sur des champs de recherche encore mal connus en France, et sur des œuvres littéraires, poétiques et cinématographiques contemporaines qui portent une dimension anamnésique contre-mémorielle.

 

Prochaines séances à venir:

Lundi 14 mai 2012 : Stéphane Bérard (artiste, auteur notamment de L’Enfer, traduction intégrale, éditions Al Dante, 2008, et De Gaulle, mémoires d’espoir, éditions Questions Théoriques, 2011) : “La traduction, pratique poétique et critique de lisibilité”



Citer ce billet
Marie-Claire Willems (2012, 1 mars). Séminaire: “Traduire le peuple et l’exil”, 5 mars 2012, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugy4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.