Séminaire “Psychanalyse et théorie sociale II”, mars 2012, Paris

Dans le cadre du Collège international de Philosophie, Claire Pagès organise un séminaire extérieur intitulé “Psychanalyse et théorie sociale II”.

Dates et lieux:

Lundi 5 mars 2012, 18h30-20h30 (Salle JA05, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris)
Lundi 12 mars 2012, 18h30-20h30 (Salle JA01, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris)
Lundi 19 mars 2012, 18h30-20h30 (Salle JA01, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris)
Lundi 26 mars 2012, 18h30-20h30 (Salle N34, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris)

Pour les séances de séminaire se déroulant au Carré des sciences, vous devez donner votre nom et présenter votre pièce d’identité ou votre passeport, à l’exclusion de tout autre document, au vacataire du Collège.

 

 

« Psychanalyse et théorie sociale (II) » (2011-2012)

Dans la première année du séminaire, nous avons réfléchi à tout ce qui faisait obstacle à une contribution de la psychanalyse à la théorie sociale et qui rendait celle-ci problématique. Ils sont nombreux alors à avoir conclu à l’asocialité de la théorie psychanalytique classique, en invoquant des motifs comme son modèle solipsiste, monologique ou monadologique, son caractère anhistorique, ou sa théorie des pulsions biologisante et naturalisant, dans le cadre de la seconde topique, la tendance à l’agression. Parallèlement, cherchant s’il était fait droit et place à une étiologie sociale critique au sein de cette théorie, nous avons insisté a contrario sur ce qu’il en coûte de vouloir socialiser ou sociologiser la psychanalyse pour la rendre immédiatement compatible avec la théorie sociale. S’il en coûte le caractère proprement psychanalytique de la doctrine, s’il faut abandonner l’étrangeté de l’inconscient, la théorie des pulsions, la sexualité infantile, le fantasme, etc., la démarche est de peu d’intérêt.

Il s’agit maintenant de se tourner vers les usages positifs de la psychanalyse dans le champ des sciences humaines et sociales. Comment la psychanalyse a-t-elle été mobilisée de façon fructueuse sans que cette mobilisation se soit opérée au prix d’un affaiblissement ou d’un affadissement de la doctrine ? Quels thèmes sont plus spécifiquement empruntés à la psychanalyse ? Lesquels de ses principes doivent être infléchis ? Quelles logiques et quels problèmes sociaux sert-elle plus particulièrement à comprendre ? Les usages de la psychanalyse freudienne en particulier par les sciences humaines et sociales sont nombreux. Pourtant, pour analyser la question du devenir de la psychanalyse dans ce champ-là, nous proposons de nous arrêter d’abord seulement sur deux projets, très différents l’un de l’autre, mais qui attestent tous deux du point de vue de la théorie sociale d’une nécessité et d’une actualité de la psychanalyse. D’abord, la sociologie de Norbert Elias (Cf. La civilisation des mœurs, La dynamique de l’Occident, Au-delà de Freud). Ensuite, le courant de la psychodynamique du travail initié par Christophe Dejours en particulier au CNAM (Souffrance en France, Travail, usure mentale, Le facteur humain, Travail vivant).

 

« Théorie sociale et psychanalyse (I) » (2010-2011)

S’interroger sur les rapports entre théorie sociale et psychanalyse, et demander s’il y a une théorie sociale en psychanalyse, une théorie sociale formulée et formulable par la ou les théories psychanalytiques, exige d’affronter deux représentations à la fois opposées et très répandues. La première tient pour une évidence l’existence d’une théorie sociale psychanalytique : Freud n’est-il pas celui qui a fait de la répression des pulsions la condition de la culture et de l’exercice collectif de la liberté ? Selon la seconde, la psychanalyse est une théorie de l’individu, de ses fantasmes et mécanismes animiques, qui promeut la causalité psychique là où l’on invoquait les incidences de la réalité. Que ce soit pour la récuser ou pour faire valoir son originalité, on pose alors que la psychanalyse est science de la vie psychique et non de la vie sociale et de ses interactions. On interrogera ces deux assertions en commençant par se demander pourquoi l’existence d’une théorie sociale psychanalytique est théoriquement problématique. L’enjeu de la discussion est de taille. En effet, s’il n’y avait pas de théorie psychanalytique du social, quelle actualité et quel avenir donner à la psychanalyse, dès lors qu’on veut défendre, d’une part, la structure fondamentalement collective d’existence et de constitution des individualités et, d’autre part, la consistance des souffrances sociales, soit l’existence d’une causalité non strictement intrapsychique ? La question lancinante se pose aujourd’hui de savoir ce que la psychanalyse peut nous dire de ces souffrances sociales. La difficulté tient en retour en partie au coût théorique de la transposition des thèses psychanalytiques dans le champ social, car celle-ci signifie souvent – toujours ? – la perte de la dimension proprement psychanalytique de la théorie. C’est pourquoi la question de savoir s’il peut y avoir une théorie sociale en psychanalyse, qui ne soit pas une psychologie sociale, une socio-psychologie, une psychologie du développement, etc., nous semble avoir la consistance d’un problème.



Citer ce billet
Delphine Mondout (2012, 27 février). Séminaire “Psychanalyse et théorie sociale II”, mars 2012, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugy0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.