Séminaire 2011-2012 “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 3e séance, 16 février 2012, EHESS

Cette 3e séance du séminaire “Frontières et mouvements de la ville.Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, dernier volet des “Métabolismes urbains” sera consacrée aux “Décombres et ruines. Réalités et symboliques de la destruction/reconstruction”. Elle accueillera Anne Raulin (Université de Paris Ouest), Alessia de Biase (ENSAPB) et Sophie Brones (LAU/IIAC).

Date :
Jeudi 16 février 2012, 9h-13h00

Lieu:
EHESS, salle M. et D. Lombard
96  bd Raspail
Paris 6e
Métro : Notre Dame des Champs (ligne 12)

 

Organisation:
Michel Agier
(EHESS) avec Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

 

Programme de la séance

Décombres et ruines. Réalités et symboliques de la destruction/reconstruction

Anne Raulin , Résilience urbaine : un concept de secours ?

Les attentats du 11 septembre 2001 ont réactivé, dans le sens commun et dans le sens savant, la métaphore du corps pour qualifier la ville blessée, mutilée. Le terme de résilience s’est alors imposé comme concept de secours, afin de  mettre en évidence les capacités de New York à surmonter cette épreuve : il en est résulté une possible assimilation des démolitions antérieures dues à la spéculation immobilière avec la destruction du moment. On s’interroge sur les rapports entre ces registres de la violence économique et de la violence politique qui semblent pouvoir se confondre dans certaines situations.

Sophie Brones, Le chantier urbain : Beyrouth entre destructions, reconstructions et démolitions.

L’enquête menée entre 2005 et 2010 à Beyrouth, soit plus de quinze ans après le début de la reconstruction qui a succédé à la guerre civile (1975-1990), met en évidence l’imbrication des destructions liées aux conflits armés et des démolitions liées à la spéculation foncière ou entreprises en vue de reconstructions. Nous verrons en quoi les ruines de Beyrouth constituent le signe de tensions intercommunautaires passées et de la fragmentation territoriale et communautaire des mémoires collectives. Leur patrimonialisation s’inscrit dans des stratégies de légitimation culturelle et politique que nous aborderons aussi à travers quelques exemples.

Alessia de Biase, Démolition vs. disparition : ou de la nécessité de sortir de l’événement.

Aux 4000 sud de La Courneuve une vraie guerre aux modèles urbains modernes s’est déclenchée depuis 1986 : la cité est dynamitée pour enfin « créer » de la ville (tant dans le sens physique ou matériel que dans celui de créer de l’urbanité). Nous proposons d’analyser l’histoire de ce site à travers la catégorie de la « disparition » qui met en crise le principe cathartique de la démolition instantanée, en l’insérant dans un processus beaucoup plus long complexe et violent de « disparition de la ville ». Disparaître, c’est cesser de paraître, cesser d’être visible. Cet arrêt de visibilité peut être instantané en provoquant un choc d’absence, mais aussi se déployer dans une durée : un objet ou une image peuvent commencer à disparaître lorsqu’ils sont encore complètement visibles et tangibles.

 

Séances à venir : 15 et 29 mars, 31 mai 2012
(Le 3e et 5e jeudi du mois de 9h à 13h, salle Lombard, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris).

 

Voir aussi:
Les deux séances précédentes consacrées aux “Métabolismes urbains”:
– 15 décembre 2011 :“Ce que la ville produit/recycle” avec Agnès Jeanjean et Bénédicte Florin

– 19 janvier 2012 : “Ce que la ville rejette/reçoit” avec Ferdinando Fava, Virginie Milliot, Michel Kokoreff

 



Citer ce billet
Delphine Mondout (2012, 10 février). Séminaire 2011-2012 “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 3e séance, 16 février 2012, EHESS. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugxo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.