Colloque « La réalisation de la philosophie à l’époque du Vormärz », 17 et 18 février 2012, Paris et Nanterre

 

Du Congrès de Vienne à l’échec du printemps des peuples, en mars 1848, la vie intellectuelle allemande connaît une effervescence particulière. Les grandes philosophies qui se sont construites pour dépasser Kant, avec Schelling, Fichte et Hegel, autorisent bon nombre de penseurs allemands à considérer l’Allemagne comme étant philosophiquement en avance sur son temps, ou tout au moins à la pointe de la modernité. Cette avance théorique tranche pourtant avec la réalité politique. Au sortir du Congrès de Vienne, les aspirations à l’unité allemande, à davantage de liberté, à des institutions plus modernes sont déçues. Au regard de l’Angleterre ou de la France, l’Allemagne paraît accuser un certain retard pratique. Une solution de cette contradiction dans laquelle se retrouve l’Allemagne semble alors résider pour certains auteurs dans l’idée suivant laquelle il ne resterait plus à l’Allemagne qu’à réaliser sa philosophie. Heinrich Heine écrit ainsi en 1834 :

« ne riez point du poète fantasque qui attend dans le monde des faits la même révolution qui s’est opérée dans le domaine de l’esprit. La pensée précède l’action comme l’éclair le tonnerre. Le tonnerre en Allemagne est bien à la vérité allemand aussi : il n’est pas très leste, et vient en roulant un peu lentement ; mais il viendra, et quand vous entendrez un craquement comme jamais craquement ne s’est fait encore entendre dans l’histoire du monde, sachez que le tonnerre allemand aura enfin touché le but. (…) On exécutera en Allemagne un drame auprès duquel la révolution française ne sera qu’une innocente idylle. Il est vrai qu’aujourd’hui tout est calme, et si vous voyez çà et là quelques hommes gesticuler un peu vivement, ne croyez pas que ce soient les acteurs qui seront un jour chargés de la représentation. Ce ne sont que des roquets qui courent dans l’arène vide, aboyant et échangeant quelques coups de dent, avant l’heure où doit entrer la troupe des gladiateurs qui combattront à mort.»

(Heine, De l’Allemagne, 1, in Œuvres de Henri Heine, V, Paris, Eugène Renduel, 1835, p. 237-238.)

Feuerbach soutient en 1842 que :

« Pour être vrai, faire un avec la vie et l’homme, le philosophe doit être de sang gallo-germanique. (…) L’inspiration du cœur (…) est française ; l’inspiration de la tête (…) est allemande. Le cœur fait les révolutions, la tête les réformes ; la tête met les choses en état, le cœur les met en mouvement. »

(Feuerbach, Thèses provisoires pour la réforme de la philosophie, in Ludwig Feuerbach, Manifestes philosophiques, L. Althusser, §47, Paris, PUF, 1960, p. 121.)

En 1843, Moses Hess fait quant à lui remarquer :

« En théorie, c’est en Allemagne que l’on est le plus avancé – en théorie seulement, hélas ! Chez l’Allemand domine par trop l’esprit, l’universel, pour s’intéresser aux conditions de vies concrètes et déterminées. Il est si éminemment non pratique qu’il n’ose même pas tenter d’introduire ses idées dans la vie… Tandis que d’autres peuples – les Français pendant la première Révolution par exemple – surpassent par leurs actes leurs propres idées, les Allemands n’osent même pas effleurer l’écume pratique de leurs sentiments et pensées. »

(Moses Hess, « Socialisme et communisme », in La philosophie, le socialisme : 1836-1845, G. Bensussan, Paris, PUF, 1985, p. 153-154.)

Marx écrit enfin en 1843/1844 :

« De même que la philosophie trouve dans le prolétariat ses armes matérielles, le prolétariat trouve dans la philosophie ses armes intellectuelles. Et dès que l’éclair de la pensée aura pénétré au fond de ce naïf terrain populaire, les Allemands s’émanciperont et deviendront des hommes. (…) L’émancipation de l’Allemand, c’est l’émancipation de l’homme. La philosophie est la tête de cette émancipation, le prolétariat en est le cœur. La philosophie ne peut être réalisée sans la suppression du prolétariat, et le prolétariat ne peut être supprimé sans la réalisation de la philosophie. Quand toutes les conditions intérieures auront été remplies, le jour de la résurrection allemande sera annoncé par le chant éclatant du coq gaulois. »

(Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, J. Molitor, Paris, Allia, p. 39-40)

 L’objet de notre journée d’étude est de favoriser l’analyse des différentes formes que prend le thème de la réalisation de la philosophie dans la pensée de divers intellectuels ou penseurs de l’époque (notamment chez les jeunes hégéliens : Ruge, les frères Bauer, Hess, Stirner, Feuerbach, Marx, etc., ou chez les penseurs de la Jeune Allemagne comme Heine). Suivant les orientations politiques des auteurs, le décalage entre la réalité politique allemande et la philosophie qu’il s’agit de réaliser peut aussi bien être interprété en un sens conservateur qu’en un sens progressiste ; de même que la résorption de ce décalage peut aussi bien être envisagée dans une perspective nationaliste que dans une perspective plus universaliste ; enfin l’idée même de la réalisation de la philosophie peut aussi bien être considérée de façon idéaliste, comme une tâche tout entière immanente à la philosophie, que comme quelque chose impliquant la reconnaissance d’une extériorité depuis laquelle opérer cette réalisation.

Afin de mettre en exergue cette diversité, il pourra aussi s’agir de s’intéresser aux différentes influences subies par ces auteurs, aux interlocuteurs avec lesquels ils ont pu dialoguer, ou encore à l’influence qu’eux-mêmes ont pu avoir sur d’autres.

Langues du colloque : français, allemand, anglais.

 

Organisation : Raphaël Chappé (Paris Ouest/Sophiapol/Prix d’Amsterdam/UvA/ASCA), Anne Durand (Paris I/CHSPM), Edouard Pacaud (Paris I/CHSPM)

Contact :
Raphaël Chappé

Anne Durand
Edouard Pacaud

Cadre institutionnel : CHSPM (Paris I / Séminaire Marx), et SOPHIAPOL (Paris Ouest)


Dates :
Vendredi 17 et samedi 18 février 2012

Lieux :

Vendredi 17 février :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment B, salle des conférences
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

samedi 18 février :
Université Panthéon-Sorbonne
Galerie Jean-Baptiste Dumas (Sorbonne)
Amphithéâtre Lefebvre
1, rue Victor Cousin 75005 Paris

 

 

Programme:

~ Vendredi 17 février ~
(Nanterre, salle des Colloques, bâtiment B)

Matinée
Présidence : Anne Durand


9h00 : Ouverture par Raphaël Chappé (Université Paris Ouest (SOPHIAPOL) / Prix d’Amsterdam 2011 / Université d’Amsterdam (ASCA))

9h30-10h15 : Emmanuel Renault – ENS Lyon (CERPHI)
« Droite/gauche, jeunes/vieux, les scissions de l’école hégélienne entre 1837 et 1843. »

10h15-11h : Isabelle Garo – Chercheuse associée au CHSPM Paris 1
« Marx et les Jeunes Hégéliens : un affrontement philosophique et politique. »

Pause (salle de convivialités)

11h15-12h : Raphaël Chappé – Université Paris Ouest (SOPHIAPOL) / Prix d’Amsterdam 2011 / Université d’Amsterdam (ASCA)
« Réalisation de la philosophie et réalisation de l’homme selon Feuerbach »
.

Après-midi
Présidence : Christian Berner
.

 14h30-15h15 : Andreas Arndt – Université Humboldt, Berlin (Faculté de théologie)
« Die Hegel-Kritik des frühen Marx. »

15h15-16h : Ursula Reitemeyer – Université de Münster (WWU), (Institut für Erziehungswissenschaft)
« Die Fortsetzung der Aufklärung im Vormärz am Beispiel der Religionskritik Ludwig Feuerbachs. »

Pause

16h15-17h : Michael Jeske – Université de Mayence (Schopenhauer-Forschungsstelle)
« Auf dem Weg nach Utopia . Philosophie vor und nach dem Scheitern des Übergangs zu weltverändernder Praxis »

 

~ Samedi 18 février ~
(Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre)

Matinée
Présidence : Christian Lazzeri

.
10h15-11h : Philippe Sabot – Université de Lille III (Savoirs, Textes, Langage)
« Stirner, Marx et la question de la propriété »

Pause

11h15-12h : Christian Berner – Université de Lille III (Savoirs, Textes, Langage)
« Philosophie de l’histoire et philosophie de l’avenir chez Feuerbach »

 12h-12h 45 : Anne Durand – Universités de Paris 1  (CHSPM) et Münster (Institut für Erziehungswissenschaft)
« Qu’est-ce que philosopher sous le Vormärz ? Pratiques et perspectives chez les Jeunes Hégéliens. »
/

Après-midi
(dans le cadre du Séminaire « Marx au XXIème siècle »)

Présidence : Isabelle Garo
.

 14h30-15h15 : Norbert Waszek – Université Paris VIII/ EA 1577 – Les mondes allemands : régions, histoires, cultures
« Hegel face au saint-simonisme (Hegel, Gans, Heine) »

15h15-16h : Jean-Christophe Angaut – ENS Lyon (Triangle)
« Hess, Bakounine et la philosophie de l’action (1842-1843) »

Pause

16h15-17h : Edouard Pacaud – Université Paris 1 (CHSPM)
« Le jeune Marx face à l’épistémologie feuerbachienne »

17h- 17h45 : Frédéric Monferrand – Université Paris Ouest (SOPHIAPOL)
« L’ontologie sociale du jeune Marx. »

Conclusion par Anne Durand (Universités de Paris 1  (CHSPM) et Münster (Institut für Erziehungswissenschaft))

 

Télécharger:

 

L’affiche

 

 

 

 

Livret Vormärz

 

 

 

Voir les vidéos des communications

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.