Les conceptions contemporaines de la domination, séminaire Sophiapol 2011-2012, 4e séance, 6 février 2012, Paris Ouest

La prochaine séance du Séminaire de philosophie sociale et politique du SOPHIAPOL, consacré cette année aux conceptions contemporaines de la domination , accueillera Béatrice Hibou (CERI-Sciences Po) dont la conférence s’intitulera: « Autour d’Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011″.

 

Date :
Lundi 6 février 2012, 14h-16h

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

 Présentation de l’ouvrage de Béatrice Hibou sur le site de l’éditeur:
Qu’est-ce que la domination ? Comment s’exerce-t-elle ? Par quels mécanismes se reproduit-elle ? Quels sont les critères et les pratiques qui permettent aux pouvoirs de se légitimer ? De quelles manières y participons-nous ?…
En relisant Marx, Weber, Gramsci et, plus près de nous, Bourdieu ou Foucault, Béatrice Hibou s’affronte à son tour à l’une des questions centrales de la théorie politique et sociale, celle de l’exercice de la domination d’État. Dans cet ouvrage, l’auteure renouvelle cette problématique avec une approche alliant comparatisme, analyse du quotidien et économie politique.
Elle met en évidence les dispositions, les compréhensions et les pratiques qui rendent la domination concevable, supportable, voire acceptable ou rassurante. Celle-ci apparaît d’autant plus insidieuse et indolore qu’elle renvoie souvent à la question du désir d’État.
Pour mener à bien cette démonstration, Béatrice Hibou s’appuie sur une analyse de situations autoritaires ou totalitaires – en particulier sur la reprise des cas paradigmatiques du fascisme, du national-socialisme et du socialisme soviétique – qui nous permet aussi de saisir ce qu’est la domination dans le cadre démocratique contemporain. Ce faisant, elle nous fournit les instruments nécessaires à l’élaboration d’une critique renouvelée des dérives du politique dans la cité contemporaine.
Voir aussi  l’introduction (en texte intégral) et le sommaire

 

« La suite dans les idées », France Culture, samedi 16 avril 2011:
Béatrice Hibou était l’invitée de Sylvain Bourmeau, à l’occasion de la parution de son ouvrage Anatomie politique de la domination. Réécouter l’émission

 

Présentation du séminaire 2011-2012

La sociologie, l’économie et la philosophie contemporaine se sont partagé l’analyse des phénomènes de domination et en ont proposé des approches variées. La théorie marxienne a surtout insisté sur la forme économique de la domination de classe en localisant celle-ci dans l’accaparement des moyens de production et la capacité à faire de l’ensemble des sous-systèmes sociaux des conditions de reproduction du processus d’accumulation. La sociologie de Max Weber a procédé à un classement des principales formes d’exercice de la domination en les distribuant sur les formes d’articulation de la classe et du statut ; l’approche sociologique des néo­machiavéliens comme Mosca, Pareto ou Michels a tenté de construire le concept de domination (Pareto) à partir d’une théorie des élites sociales et de leur circulation qui recourt à des stratégies de justification réductibles à des rationalisations de leur position sociale fondées sur des logiques de «dérivation» pseudo argumentatives à partir des « résidus » affectifs. De son côté, la sociologie critique -celle de Bourdieu par exemple- a moins tant recouru à une classification des formes de domination et au vocabulaire de la justification qu’elle n’a mis l’accent sur l’incorporation des formes d’obéissance liée à l’inégale distribution des statuts, des différents capitaux sociaux et à leurs effets structurants sur les habitus, construisant les concepts de pouvoir et de violence symbolique qui expriment l’essentiel des phénomènes de domination.

Du côté de la philosophie, c’est principalement vers l’analytique du pouvoir de Michel Foucault qu’il faut se tourner ainsi que vers la théorie habermassienne des sous-systèmes sociaux. La première constitue une conception historico-anthropologique qui a principalement mis l’accent sur les dispositifs institutionnels et les techniques de pouvoir qui ont largement utilisé les savoirs des sciences sociales, des sciences administratives et des sciences humaines pour mettre en oeuvre des programmes décentralisés de gouvernement des conduites. La seconde met surtout en avant la fonctionnalité des deux sous-systèmes sociaux caractéristiques du capitalisme moderne, l’argent et le pouvoir conçus comme des médiums de coordination stratégique des acteurs qui exercent une réification sur le monde vécu conçu de manière interactionniste à partir des structures de l’interaction communicationnelle. Les phénomènes de domination et de réification se produisent lorsque ces deux sous-systèmes colonisent le monde vécu en vertu de l’extension de leurs logiques autonomes de reproduction en formulant des injonctions d’adaptation du monde vécu aux mutations du marché, par exemple, pour juguler la crise et en viennent ainsi à coordonner eux-mêmes avec leurs propres médiations les secteurs sociaux dont la coordination relève des compétences de l’interaction comme la culture, l’éducation ou l’information.

Il serait sans doute difficile de trouver un dénominateur commun à l’ensemble de ces approches, et l’un des intérêts du séminaire serait de chercher à formaliser un concept de domination à partir de ces travaux. De ce point de vue, on peut noter que la discussion autour des phénomènes de domination a été relancée, depuis une quinzaine d’années, par les théories néo-républicaines ou les théories du pouvoir qui ont cherché à construire des définitions formelles des rapports de domination, compatibles avec des approches économiques et sociologiques. Les travaux de Ph. Pettit, de F. Lovett pour le néo-républicanisme ou ceux de Th. Wartenberg ou de St. Lukes constituent autant de tentatives de construire un tel concept.

Le séminaire de l’année 2011-2012 pourrait se donner pour tâche la reprise et l’évaluation de l’ensemble de ces approches en essayant de les faire interagir : Peut-on construire un concept de domination capable de fournir des critères précis pour en évaluer l’effectivité ? L’approche sociologique du néo-machiavélisme est-elle compatible avec celle du néo-républicanisme ? Comment penser de manière précise l’articulation de la théorie marxienne de la domination et de celle de la sociologie critique ? Comment articuler ensemble des phénomènes de domination, de réification et d’aliénation ? La classification wébérienne des formes de domination permet-elle de préciser le concept néo-républicain de domination ? Les théories contemporaines de la reconnaissance peuvent-elles fournir des instruments pour penser les rapports de domination ? Ce sont ces questions, dans leur généralité théorique qui seront abordées par les différentes interventions, en insistant sur l’effet de clarification qu’elles peuvent produire quant à la question de la domination liée au travail.

Consulter le calendrier des  séances

Podcasts:


 Ecoutez, téléchargez les séances précédentes

 

 

Comité d’organisation :
V. Bourdeau (Logiques de l’agir – UFC Besançon)
M. Garrau (Sophiapol)
S. Haber (Sophiapol)
Ch. Lazzeri (Sophiapol)
A. Le Goff (Univ. Paris Descartes)

Contact:
Marie Garrau
Alice le Goff

 

 

Télécharger l’affiche (format pdf)

 

 

 

 

Voir aussi :

Les programmes du séminaire d’équipe Sophiapol
– 2010-2011 Pour une épistémologie du capitalisme
– 2009-2010 La construction sociale des identités
– 2008-2009 Identités, conflits, mobilisations


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search