Appel à communications : XIXe congrès de l’AISLF “Penser l’incertain”, CR1 Identité, espace et politique

Les appels à communications pour le XIXe Congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, qui aura lieu à Rabat du 2 au 6 juillet 2012, sont lancés.

La date limite de retour des propositions est fixée au 15 février 2012.

 

Appel à communications du CR1 Identité, espace et politique

Territoires de l’incertain et redéfinitions démocratiques

Après avoir travaillé sur la sociologie de la frontière, on constate qu’existent des volontés manifestes d’élever d’autres murs et des interdits, ce que René Girard appelait le sacré. C’est l’effacement des différences qui engendre la violence, écrivait-il. L’interdit, on le sait, c’est l’interdit des mélanges, de l’incertain. Des limites, telles les religions et le politique, sont donc érigées et des rites sont institués pour endiguer les passions dont la spirale vengeresse serait infinie.

Avec la mondialisation et la croissance démographique, l’évolution des droits de la personne devient le moyen extraordinaire de communication et de changements politiques actuels. Un esprit d’ouverture questionne la définition de la démocratie et, par conséquent, les territoires perdent graduellement le sens accordé à leurs limites nationales pourtant bien établies et reconnues. Les populations « autochtones » doivent s’accommoder au jour le jour d’une limite devenue incertaine. D’autres populations posent de plus en plus, sous le couvert d’un populisme encore mal défini, la question de leur sécurité assurée par des institutions qui étaient l’enceinte nationale à partir duquel les rites et les coutumes définissaient des « nous » et des « autres ». Par ailleurs, des populations soumises à des dictatures où le religieux se confond au politique osent braver l’insécurité pour redéfinir une nouvelle façon de voir et de constituer la démocratie au risque d’ouvrir de nouveaux chapitres sur la pensée coloniale.

Atelier 1 – Quand les identités nationales et territoriales deviennent incertaines
Avec le virtuel une « expérience cognitive » partielle des liens d’interdépendance et des réseaux de communication, l’incertitude s’est accrue à tel point qu’elle questionne les multiples notions de société, tant la société locale que nationale, et ce basée sur les liaisons du civil et du social issues de l’expérience et de l’action. Comment se tissent les espaces de transition entre les civilisations (Europe/Afrique, Maghreb) ? Est-ce par les modes d’échange et de transmission (Amselle) ? Est-ce par le conflit et la domination néo coloniale ? Est-ce par de nouveaux modes de reconnaissance et d’échange culturel (Honneth, Arnason) ? Il est possible de faire le point sur les partenariats entre Europe et Maghreb, sur les dépassements des étapes du post-colonialisme et du développement séparé.

Atelier 2 – Les apories de l’unité politique
La nation s’efface, le territoire est devenu pluriel, les petites patries se multiplient, les frontières sont poreuses ou effacées, la souveraineté de l’État s’intègre à celle de l’Europe, bref les figures de l’unité se sont brouillées. La séparation entre l’ordre intérieur et l’ordre international n’est plus tranchée et suivant la perspective de Julien Freund : l’espace de l’ami est brouillé et celui de l’ennemi est ouvert. N’y a-t-il pas lieu de retenir une indétermination croissante de l’idée d’Unité politique, désormais en manque de représentation et de réalités sociétales ? Dès lors ne faut-il pas pointer la déconstruction à l’œuvre, voire une certaine détresse des politiques, dont l’objet central se désagrège ?
Aux caractères flottants de l’Unité politique s’ajoutent l’effacement de la Nation. N’est-il pas la manifestation du retour du multiple suivant, en notre temps, l’individualisme ? Ce qui pose le problème de la reconstitution de l’unité politique ? Ne voit-on pas émerger un « local planétaire » qui rend toutes les frontières poreuses ? Dans ce contexte comment traiter de la relation « intégration/exclusion » posée au fondement de l’unité politique ? Ne faut-il pas examiner comment se régulent les espaces réticulaires alors que les espaces aréolaires, les territoires, se dérégulent ? Comment penser l’Unité contemporaine du multiple et celle de l’identité nationale.

Atelier 3 – Les droits de la personne comme gestion de l’incertain ?
Les Droits de la personne humaine peuvent-ils gérer l’incertain, et ce aux temps de la mondialisation et des mutations économiques, sociales et culturelles ? Que ce soit pour les « droits » des travailleurs émigrés, des sans-patrie et des sans-papiers, des « droits » des minorités dans des espaces géopolitiques nouvellement ouverts (cf. les Roms en France), les conflits entre les Droits de la personne, la pensée universaliste et le multiculturalisme surgissent comme on le constate dans les zones actuellement en guerre armée. Comment la vieille figure du « citoyen » semble faire place à une « nouvelle économie morale », celle de l’humanitaire (Fassin, Reichman) et celle des « commissions de la réconciliation et de la vérité » ?
Cet atelier vise à analyser des processus et à réfléchir sur le rôle que les États, les O.N.G. (locales, nationales et transnationales), les Médias, les institutions religieuses, les universités, etc. peuvent jouer dans ce domaine afin de participer sinon à leur promotion, pour le moins à leur compréhension, dans la discussion ouverte sur un dialogue productif.

Atelier 4 – Qui sont les insoumis? Les secrets et le pouvoir : réseaux virtuels et enjeu spatial
Avec la mondialisation et l’altermondialisation, les portes nationales se sont ouvertes, les moyens électroniques de communication transfrontalière en sont un indicateur formidable si on songe au « Printemps arabe » de 2011, et ce sans oublier la Birmanie, la Chine, etc. Mais, avec l’ouverture des frontières, d’autres fermetures s’opèrent, pourquoi ? Quelles incertitudes révèlent-elles ?
À l’idée d’imposer la différence comme restauration contemporaine de l’ordre qui effectuerait des parades contre l’indistinction sociale en imposant des critères éthiques, des actions culturelles (cultural politics) occupent l’espace urbain tant dans les pays en émergence que dans les pays occidentaux. Le refus d’une transgression posée comme ouverture humaniste est-elle nécessaire au désarmement des violences intercommunautaires ? À l’encontre de l’hyper individualisme, des insoumis traquent la violence d’une vérité hier fondatrice d’une collectivité unie sous le joug du même secret. Que sont les « indignés » actuels et quels risques encourent-ils de s’objecter ? Comment la vérité de la violence doit-elle rester méconnue ? La culture, en l’absence de « religion d’État », occupe-t-elle la fonction de « déshumanisation de la violence (…) en soustrayant à l’homme sa violence afin de l’en protéger » ?

Correspondant : Pierre-W. BOUDREAULT
pierre-w_boudreault@uqac.ca

Les propositions doivent être en rapport avec la thématique du CR ou du GT et s’articuler avec celle du Congrès.
Elles ne doivent pas être envoyées directement aux CR ou aux GT, mais soumises en ligne sur le site http://congres2012.aislf.org.



Citer ce billet
Delphine Mondout (2012, 18 janvier). Appel à communications : XIXe congrès de l’AISLF “Penser l’incertain”, CR1 Identité, espace et politique. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugx7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.