Soutenance de thèse “Lieux de prostitution. Une analyse sociologique de la prostitution de rue à Luxembourg” par Sibylla Mayer, 26 janvier 2012, Luxembourg

Sibylla Mayer a le plaisir de vous annoncer la soutenance publique de sa thèse Lieux de prostitution. Une analyse sociologique de la prostitution de rue à Luxembourg, pour l’obtention du Doctorat de sociologie (section CNU :19 – Sociologie, démographie).

 

Date:
le 26 janvier 2012 à 14 heures

Lieu:
Université du Luxembourg
Campus Walferdange, Salle Coménius  (BIO 2/3)

 

Le jury sera composé de:
Michèle Baumann (directrice de thèse)
Jean-Michel Chaumont (examinateur)
Philippe Combessie (directeur de thèse)
Christian Laval (examinateur)
Lilian Mathieu (rapporteur)
Colette Parent (rapporteure)

 

Résumé de la thèse :

À partir d’une recherche ethnographique réalisée sur les lieux de prostitution de rue dans le quartier de la gare à Luxembourg, la première partie de la thèse propose une analyse des situations de prostitution qui se focalise sur les contraintes et les ressources avec lesquelles composent les personnes qui se prostituent dans l’espace public. Aussi les lieux de prostitution sont-ils appréhendés sous leurs dimensions interactionnelle, matérielle, spatio-temporelle, légale et réglementaire. Afin de saisir la place de la prostitution de rue dans la ville et dans la société, la seconde partie mobilise une perspective sociohistorique. En prenant appui sur un corpus de documents d’archives et d’entretiens, on retrace les processus de mobilisation et de problématisation auxquels la prostitution a donné lieu au Luxembourg depuis les années 1990. L’accent est alors mis sur les moyens et les arguments par lesquels les populations locales ont contribué à mettre en forme et à porter sur la scène publique la présence de la prostitution dans les quartiers d’habitation comme un problème qui nécessite l’intervention des pouvoirs publics, et notamment des autorités communales. Les définitions du « problème de la prostitution » qui en résultent mettent en jeu des théories explicatives et des jugements moraux et donnent lieu à différentes formes d’action publique. Enfin, la troisième partie de la thèse montre comment la distinction entre lieux interdits et lieux autorisés à l’exercice de la prostitution – distinction imposée au nom de l’ordre public – concourt à redéfinir les rapports de force locaux et contraint les personnes qui se prostituent dans l’espace public à renégocier l’ordre social. D’une manière transversale, on interroge les tensions sociales et la production de jugements moraux qui se cristallisent autour de l’articulation entre la sexualité et l’argent d’une part, et leur visibilité sociale d’autre part.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.