Séminaire “Pratiques des idées”, séance 1, 26 janvier 2012, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de  présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant  et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Le séminaire est organisé dans le cadre des activités de l’Ireph-Dipsa, du Créart-Phi et du Sophiapol.

Notre première séance du séminaire de méthodologie de la recherche en philosophie (« Pratique des Idées ») pour l’année 2011-12 sera consacrée à la présentation des travaux de Mathilde Lequin (Paris Ouest Nanterre, Ireph-Dipsa).

Titre de la communication: “La bipédie humaine : comment articuler une épistémologie de la paléoanthropologie à une anthropologie philosophique ?”

Enseignant-chercheur discutant : Jean-Michel Salanskis (Paris Ouest Nanterre, Ireph-Dipsa)

.
Date :
Jeudi 26 janvier 2012, 14h00-16h00.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 102 (premier étage)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Eva Debray
Pinar Karaoglu
Cécile Lavergne

Mathilde Lequin

Frédéric Monferrand

.
Présentation de la thèse de Mathilde Lequin, sous la direction de Thierry Hoquet

Mon travail a eu pour point de départ la confrontation entre la bipédie comme critère philosophique  de définition de l’humain, et la bipédie comme critère paléoanthropologique d’attribution d’un fossile à la lignée humaine. Dans cette dernière discipline, la bipédie, conçue en référence à la bipédie de l’Homo sapiens, a longtemps constitué un critère d’interprétation relativement fiable : un fossile présentant des caractères morphologiques associés à la bipédie humaine était interprété comme « humain » (considéré comme un ancêtre de l’espèce actuelle Homo sapiens), tandis qu’ un fossile présentant des caractères morphologiques associés au grimper arboricole ou à un déplacement quadrupède était interprété comme « simien ». De nouvelles découvertes fossiles ont remis en question ce cadre théorique, en mettant en évidence les limites de cette utilisation du critère de la bipédie, qui repose sur la seule référence à la bipédie exclusive et très spécialisée de l’humain moderne : la bipédie d’un hominidé fossile est établie d’après sa ressemblance anatomique avec Homo sapiens, ce qui problème au regard des fossiles très anciens (jusqu’à 7 millions d’années), présentant des caractères traditionnellement associés à la bipédie, et pour certains plus affirmés que ceux de fossiles plus récents.

Prenant acte du problème que constitue la référence exclusive à la bipédie humaine actuelle pour l’interprétation des fossiles d’hominidés, je m’intéresse aux conditions sous lesquelles il est possible de formuler des inférences valides, concernant le fonctionnement d’un système anatomique qui n’est connu qu’au travers de données fossiles partielles et fragmentaires. J’étudie pour cela les méthodes d’analyse susceptibles d’accentuer ou de contourner les biais interprétatifs mentionnés, ainsi que les cadres théoriques dans lesquels s’inscrit l’analyse des fossiles d’hominidés ; je m’interroge aussi sur la notion de modèle en paléoanthropologie, c’est-à-dire sur la possibilité de décrire et de prédire la variation et la structure des données anatomiques envisagées.

Parmi les questions de méthode, j’aborderai la difficulté d’articuler une réflexion philosophique sur l’humain à un travail d’épistémologie de la paléoanthropologie, le dialogue entre une anthropologie philosophique et une anthropologie qu’on appelle « physique » ou « biologique » constituant l’un des enjeux de ce projet. J’évoquerai également les problèmes d’expression liés à ce type de travail, qui exige d’intégrer à mon raisonnement des données anatomiques très techniques, ainsi que la délimitation chronologique de ce projet, qui tient pour l’instant à l’histoire de la paléoanthropologie. Enfin, je m’intéresserai à la possibilité de faire émerger une interrogation philosophique à partir d’une enquête épistémologique sur les modalités et les méthodes d’interprétation des fossiles en paléoanthropologie : j’esquisserai ce questionnement dans une perspective herméneutique, touchant au rapport entre fragment et totalité ainsi qu’à la notion de signification en paléoanthropologie, et dans une perspective ontologique, autour du statut de ces hominidés fossiles représentés en « ancêtres de l’homme ».

 

Présentation du séminaire Pratique des Idées  sur le site de Paris Ouest.

Affiche de la première séance du séminaire “Pratique des Idées” 2011-2012

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.