“À quoi l’Europe sert-elle encore ? Un débat entre l’Allemagne, la France et le Portugal”, 2 et 3 décembre 2011, Paris

La crise économique qui affecte une partie du monde a relancé le débat sur la solidité de l’Union européenne et le rôle qu’elle peut jouer aussi bien sur le plan interne que mondial. À quoi cette Union sert-elle encore ? Il ne faut pas voir dans cette interrogation un quelconque signe de découragement. Au contraire, il s’agit de lancer un défi pour le présent et l’avenir.

Si l’instauration d’un espace économique partagé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale visait avant tout à empêcher de nouveaux conflits militaires, quels nouveaux buts l’Union peut-elle se donner désormais ? Et comment ces buts contribueront-ils à renforcer les liens entre les différents pays membres de l’Union d’un côté et à permettre à l’Union d’occuper une place dans le monde, de l’autre côté ? Les philosophes, les scientifiques, les écrivains, comme souvent la majeure partie des citoyens, ne sont que rarement invités à s’exprimer publiquement sur ces sujets. En dehors des élections, ces questions sont en général happées par les femmes et hommes politiques.

À l’encontre de cette situation, le Collège international de philosophie en coopération avec différents partenaires français et étrangers réunit à Paris une vingtaine d’auteurs ayant contribué à deux livres : Vivre en Europe : philosophie, politique et science aujourd’hui (Paris, 2010) et La Citoyenneté européenne : désirs d’Europe, regards des marges (Paris/Berlin, 2011). Venant d’horizons différents, ils s’attacheront à relancer la force imaginative de transformation de l’Europe. Se demander « à quoi l’Europe sert-elle encore ? » est faire un appel à réinventer le présent du continent, au-delà de l’espace (plus restreint) de l’Union européenne. Cette interrogation fait signe vers une invention et une revendication de droits, dans un exercice où la réflexion mûrie et l’attention à notre vie commune vont de pair.

 Les travaux se dérouleront en français.

 

Date:
Vendredi 2 et samedi 3 décembre 2011, 9h-18h

Lieu:
Fondation Calouste Gulbenkian,
39 boulevard de La Tour-Maubourg,
75007 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Métro : ligne 8, La Tour-Maubourg, et ligne 13, Varenne
RER C, Invalides
Bus : 28, 63, 69, 93
Renseignements au n° 01 44 41 46 80 et à l’adresse collectif@ciph.org

 

Comité scientifique et organisation:
Sous la responsabilité de Diogo Sardinha
Comité scientifique: Gunter Gebauer (Berlin), Christiane Montandon (Paris), Nuno Nabaïs (Lisbonne), Bertrand Ogilvie (Paris), Olga Pombo (Lisbonne) et Frieder Otto Wolf (Berlin)

Organisé conjointement par le Collège international de philosophie, l’Université libre de Berlin, le Centre de philosophie des sciences de l’Université de Lisbonne, l’Équipe Normes, sociétés, philosophies de l’Université Paris 1, la Fondation Calouste Gulbenkian et l’Office franco-allemand pour la jeunesse.

 

 

Programme

Vendredi 2 décembre


9h00 – Accueil

9h15 – Ouverture du colloque

 

9h30-11h00  – Être gouverné, gouverner, se gouverner

Gunter Gebauer, Université libre de Berlin

Bertrand Ogilvie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Viriato Soromenho-Marques, Université de Lisbonne

Modération : Sonja Neef, Université Bauhaus de Weimar

 

11h20-12h50 – Réinventer la vie dans la cité

Franck Hofmann, Université libre de Berlin

Emmanuel Picavet, Université de Franche-Comté

António Vieira, Université de Lisbonne

Modération : Bertrand Ogilvie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Après-midi

 

14h30- 16h00 – Qui est le peuple d’Europe ?

Joëlle Marelli, Collège international de philosophie

Soraya Nour, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Diogo Sardinha, Collège international de philosophie

Modération : Frieder Otto Wolf, Université libre de Berlin

 

16h20-17h50 – Quand la périphérie est au centre : la nation, l’immigration et l’éducation

Christiane Montandon, Université Paris Est Créteil

Sonja Neef, Université Bauhaus de Weimar

Pascal Sévérac, Collège international de philosophie

Modération : Olga Pombo, Université de Lisbonne

 

 

Samedi 3 décembre

 

9h30-11h00 – Les langues et les cultures textuelles de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique

Salim Abdelmadjid, Collège international de philosophie

Markus Messling, Université de Potsdam

Olga Pombo, Université de Lisbonne

Modération : Gunter Gebauer, Université libre de Berlin

 

11h20-12h50 – La persistance des nations et la figure de l’étranger

Étienne Balibar, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Marianne Germer-Potratz, Université de Munster

Nuno Nabaïs, Université de Lisbonne

Modération : Christiane Montandon, Université Paris Est Créteil

 

Après-midi

 

14h30- 16h00 – Représentations de la citoyenneté, de l’éthique et de la religion

Christine Delory-Momberger, Université Paris 13/Nord

Bruno Michon, Université de Strasbourg

François Roussel, Lycée Carnot, Paris

Modération : Nuno Nabaïs, Université de Lisbonne

 

16h20-17h50 – L’Union et les États face aux revendications et aux exceptions

Eduardo Ayres Tomaz, Université Paris Diderot

Roberto Nigro, Collège international de philosophie

Frieder Otto Wolf, Université libre de Berlin

Modération : Jean-François Kervégan, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

Télécharger:

Le programme (format pdf)

L’affiche

 

 

 

 



Citer ce billet
Delphine Mondout (2011, 22 novembre). “À quoi l’Europe sert-elle encore ? Un débat entre l’Allemagne, la France et le Portugal”, 2 et 3 décembre 2011, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugw6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.