Atelier doctoral en sociologie, 28 novembre 2011, Paris Ouest

Pour la première séance de l’année, Simon Borel, doctorant au Sophiapol, présentera une communication intitulé “L’idéologie des réseaux et la socialité virtuelle : entre réalités sociales et impensés éthico-politiques”. Le rôle du discutant sera occupé par Christian Laval, professeur de sociologie politique à Paris Ouest (Sophiapol).

L’atelier doctoral en sociologie du Sophiapol est un espace de réflexion et de discussion ouvert aux doctorants pour qu’ils puissent présenter leurs travaux en cours et les problèmes méthodologiques et/ou théoriques qu’ils rencontrent.

L’exercice a pour but de confronter le travail parfois solitaire de la thèse au regard des collègues (enseignants, doctorants ou étudiants de master) et de nourrir, par l’échange autour de sujets divers des questionnements communs à tous. Chaque séance est consacrée à l’intervention d’un doctorant suivie d’une discussion avec un enseignant-chercheur répondant puis avec la salle.

.

S. Borel, L’idéologie des réseaux et la socialité virtuelle : entre réalités sociales et impensés éthico-politiques (Résumé)
Discutant : Christian Laval (Paris Ouest Nanterre, Sophiapol)

Le devenir réseau du monde est, depuis une dizaine d’années et dans le sillage d’Internet, admis comme une évidence. Le concept de réseau apparaît dès lors comme un fait social total théorisée et investi par des chercheurs, auteurs, essayistes, militants, soit pour interpréter la société-monde en émergence (positivement ou négativement) – penser la postmodernité réticulaire –, soit pour la sauver des périls qui la menacent – militer pour un post-modernisme réticulaire –, le réseau apparaissant comme la forme démocratique et émancipatoire enfin trouvée.

Ces approches plurielles et contradictoires s’articulent toutes, implicitement, autour de l’idée de l’émergence d’une socialité virtuelle – type de rapport social où les relations  à distance et immédiates priment sur les relations en face et face et institutionnalisées – et de la place qui y est dévolue au don, à la gratuité, à la reconnaissance et à la dynamique démocratique.  Régénérescence, recomposition et/ou déliquescence ?

Sans donner raison à une interprétation plus qu’à une autre, ce travail tente de dégager un diagnostic des vérités que chacune recèle en les confrontant aux études empiriques nombreuses sur les réseaux sociaux virtuels (enjeux sociotechniques, pratiques sociales des acteurs en ligne, recomposition des collectifs, usages socioculturels du Web social…).
Cette recherche fait l’hypothèse que la socialité virtuelle peut se comprendre comme une oscillation, une tension entre réponses aux crises sociales, morales et symboliques des sociétés démocratiques occidentales – utilitarisme généralisé et « parcellitarisme » – et radicalisation de celles-ci.

Dès lors, cette thèse repose sur trois piliers : une sociologie de la connaissance (de la postmodernité et du postmodernisme réticulaire) et une sociologie du temps présent (de la socialité virtuelle), problématisées au regard de questionnements théoriques et éthico-politiques maussiens (la question de la place de la reconnaissance, du don et de l’idéal démocratique dans les sociétés contemporaines).

.

Date:
lundi 28 novembre 2011, de 16h00 à 18h00.

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 102
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contact :
Axel Barenboim


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.