Appel à communications, “Les mondes du soin”, Poitiers


Ce colloque aura lieu du 25 au 27 avril 2012 à l’Université de Poitiers, il est organisé par la Faculté de Médecine et de Pharmacie  de l’Université de Poitiers.

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 15 décembre 2011.

.
Appel à communications

Le soin, rapporté aux trois ordres de la Cura comme exercice inquiet du souci du monde, d’autrui et de soi, de la Cure comme vigilance, catharsis et thérapeutique, du Care comme geste de sollicitude, est le modèle des pratiques d’intervention médicale et de santé publique: le geste de soin est l’art, au sens de la technè grecque, d’une mise en œuvre du tact. L’éthique du soin ne s’accommode pas d’échappatoire : il faudrait prendre soin, avec attention, prudence, bienveillance. Mais si soigner c’est remédier aux dysfonctionnements, ou prévenir les dérives, c’est aussi engager l’action, c’est convoquer exigence de réflexivité et philosophie pour vivre. Le soin serait alors attention à la santé conçue comme bonheur humain. Il s’agit d’une cause commune : mais si l’accord sur sa nécessité est unanime, encore faut-il savoir comment une philosophie du soin peut s’articuler à l’authenticité de l’action.


Traiter les maladies, soigner les malades, améliorer la santé de la population sont les trois objectifs du système de soins français. L’histoire montre que le premier objectif est le seul qui soit réellement pris en compte à la fois par les professionnels pour des raisons socio-culturelles et tenant à leur formation, et par les gouvernements pour des raisons tantôt pratiques – la lutte contre les inégalités de santé et le gaspillage des ressources est difficile –, tantôt politiques – s’opposer aux intérêts des professionnels et des industriels serait impopulaire. Cette conception biologique de la médecine est encore aujourd’hui en développement en raison de l’appui fourni par les structures universitaires, les industriels, les gouvernements, soucieux de satisfaire la majorité des professionnels, et par de nombreux citoyens devenus des consommateurs de soins. Quant aux malades, déçus d’une médecine toute entière tournée vers la biologie, ils sont de plus en plus nombreux à adhérer aux médecines parallèles qui apportent à une forte proportion de patients ne souffrant pas d’une maladie mais des vicissitudes de l’existence, comme aux malades atteints d’une pathologie chronique ou grave, réconfort et espoir.

Comment soigne-t-on aujourd’hui les personnes malades ? Peut-on rabattre l’épreuve de ceux qui souffrent à une simple série de signes cliniques, seuls censés être objectifs, neutres et rationnels ? Quelle est la place de l’usager au sein de l’hôpital ? Quelle est la signification des soins que la médecine offre aujourd’hui aux personnes qui souffrent ? Si l’homme malade a besoin d’être reconnu, quelle est cette reconnaissance ?

Hier avant tout réparatrice, répondant à une plainte ou à une maladie, la médecine est devenue pour une bonne part, d’un côté une médecine d’accompagnement – voire éducative – de patients porteurs de maladies chroniques, de personnes âgées et/ou en fin de vie ; de l’autre une médecine préventive souvent sans demande directe de la personne concernée. Hier basée sur des attitudes de type paternaliste entre un médecin porteur du savoir et un patient demandeur de soin, la relation est devenue de nature partenariale avec un patient porteur de connaissances et demandeur d’un partage des informations et de la décision qui le concerne, ceci dans le cadre d’une évolution sociétale importante. Fondée sur des données scientifiques et technologiques sans cesse évolutives, porteuses de bénéfices comme de risques et de coûts, et par là porteuses d’incertitudes sur le rapport bénéfice/risque et coût/efficacité, la décision médicale, conclusion de la rencontre, devra gérer le doute et l’incertitude qui lui sont consubstantiels. Or, aucune loi, aucune règle, aucun logiciel ne se substituera à l’homme dans cette recherche du juste soin. Renoncer à guérir ne signifie pas renoncer à soigner et le prendre soin revêt alors une signification particulière en raison de l’extrême vulnérabilité de la personne malade, notamment en fin de vie. Le soin exige-t- il la non-souffrance ? Pour quelle qualité de vie ? Le soin refuserait-il de séparer la prise en charge du médicale – guérir – de l’accompagnement infirmier – soigner ? Y aurait-il alors des sphères du soin ?

Tout se passe comme s’il fallait actualiser la nécessité du soin – qui touche ce à quoi profondément nous aspirons – et souligner son caractère spécifique.

En cela, le soin se rapporterait à une stratégie générale de nous-mêmes sur nous-mêmes : veiller à ce que nous sommes, et à ce que nous devenons. Les figures traditionnelles du soin et des soignants méritent donc d’être questionnées : quels sont les mondes du soin à l’œuvre aujourd’hui ? Comment confronter l’idée même du soin à celles du prendre soin, de l’aide, de l’accompagnement et, nouvelle venue, de la « bientraitance » ? Le soin serait- il le point où s’articulent médecine et sciences humaines et sociales, à la fois dans les expériences, les pratiques et les institutions ?

Les communications attendues traiteront de la question des mondes du soin ou pourront traiter de tout autre élément du champ du soin. A titre d’exemple :

  •  dimension théorétiques et praxéologiques du soin.
  •   les principes du soin
  •   le soin comme rapport à l’imaginaire, au corps, etc.
  •   les modèles de prise en compte de l’altérité.
  •   la contextualisation des pratiques soignantes sous divers angles
  •   Anthropologie du soin, sociologie du soin, psychologie du soin, économie, etc.
  •   le sujet du soin, etc.

.

Comité d’organisation :

  • Virginie Migeot –  MCF Praticien Hospitalier à la faculté de Médecine-Pharmacie de Poitiers
  • Stéphanie Ragot –  MCF Université Poitiers
  • Jacques Aries –  MCF Praticien Hospitalier à la faculté de Médecine-Pharmacie de Poitiers
  • Benoit Pain –  ATER, Université de Poitiers

Comité scientifique :

  • Le bureau du COSHEM (Collègue des Enseignants de Sciences Humaines et Sociales en Faculté de Médecine)
  • Anne Marie Begue-Simon – Université de Rennes
  • Catherine Draperi –  Université d’Amiens
  • Claudie Haxaire – CESAMES, Université de Brest
  • Catherine Legrand-Sebille –  Université Lille 3
  • Anne-Laurence Penchaud – Université d’Angers
  • Christian Bonah – Université e Strasbourg
  • Jérôme Goffette – Université de Lyon 1
  • Jean-Marc Mouillie – ITEM, Université d’Angers
  • Laurent Visier – CADIS, Université de Montpellier 1

 

Renseignements pratiques :

Les résumés en français (300 mots maximum) sont à envoyer avant le 15 décembre 2011 à shspoitiersavril2012@gmail.com

.
.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search