Soutenance de thèse : “Humanisation de l’espace et solidarités dans deux quartiers populaires de Téhéran et de Paris” par Sepideh Parsapajouh



Sepideh Parsapajouh soutiendra lundi 19 septembre 2011 sa thèse de doctorat, intitulée Humanisation de l’espace et solidarités dans deux quartiers populaires de Téhéran et de Paris, sous la direction d’Anne Raulin.

.

Date:
Lundi 19 septembre 2011, à partir de 14h30

Lieu:
Université Paris Ouest – Nanterre,
Bâtiment B, salle B015 (René Rémond)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Jury:

Monsieur Michel AGIER, Directeur d’études, E.H.E.S.S
Madame Marie-Claude BLANC-CHALEARD, Professeure des universités, Université de Paris Ouest
Monsieur Christian BROMBERGER, Professeur des universités, Université de Provence
Monsieur Nasser FAKOUHI, Professeur des Universités, Université de Téhéran
Madame Colette PETONNET, Directrice de recherche, C.N.R.S.
Madame Anne RAULIN, Professeure des universités, Université de Paris Ouest

.

Résumé :

Basée sur la méthode d’observation ethnographique suivant une approche emic, cette étude a pour objet l’humanisation de l’espace et l’invention des formes de solidarité à travers les pratiques minimes de la vie quotidienne. Cette recherche a commencé sur le terrain d’Islamâbâd, un quartier auto-construit qui fut d’abord un bidonville, situé en banlieue de Téhéran, habité par une population précaire issue de l’exode rural. Une étude compréhensive a porté sur tous les aspects de la vie de ce quartier. Puis le parcours personnel de la chercheuse l’a conduite à un  nouveau terrain, le quartier parisien de Saint Blaise, marqué par de grands ensembles de logements et une population, souvent immigrée, vivant des minimas sociaux. On s’est alors demandé ce qu’il en était de la solidarité et de l’appropriation de l’espace dans la capitale française d’aujourd’hui. Cette recherche a ainsi pris la forme d’une étude comparative des pratiques quotidiennes d’interaction dans deux systèmes étatiques et sociaux aussi différents que l’Iran et la France. Les résultats montrent que les usages de la solidarité, exemplairement la relation don/contre-don, et les efforts d’appropriation de l’espace, sont caractéristiques de ces deux sociétés, en dépit de toutes leurs différences sensibles.

Mots clés : Culture de pauvreté, solidarité, quartier auto-construit, don/contre-don, Téhéran, Paris.

Abstract :

Based on the methods of ethnographic observation and according to an emic approach, this study is meant to understand the humanization of space and the invention of the forms of solidarity through the tiny practices of the everyday life. This research started on the field of Islamâbâd, a self constructed community which was initially a shantytown, located in suburbs of Teheran, inhabited by a precarious population resulting from the rural migration. This is a whole study related to all of the aspects of the life of this community. Then the personal experience of the researcher led her to a new field: the Parisian community of Saint Blaise, marked by great public and social housing with an often immigrant population living of the social minimums. One of the questions was about the signification of the solidarity and appropriation of space in the actual situation of French capital. This research thus took the form of a comparative study of the everyday practices of interaction in two official and social systems as different as Iran and France. The results show that the uses of solidarity, particularly the relation “don/contre-don”, and the efforts of appropriation of space, are characteristic of these two societies in spite of all their obvious differences.

Key words: Culture of poverty, solidarity, self-constructed community, public housing, Tehran, Paris.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.