Séminaire “Pratiques des idées”, séance 6, 22 juin 2011, Paris Ouest Nanterre

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de  présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant  et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Notre cinquième séance du séminaire de méthodologie de la recherche en philosophie (« Pratique des Idées ») pour l’année 2010-11 sera consacrée à la présentation des travaux de Marco Angella (Paris Ouest Nanterre, Sophiapol).

Titre de la communication: “L’individualisation par la socialisation. Quelle place pour la psychanalyse? Corps et créativité chez Habermas et Honneth”. Répondante: Alice Le Goff (maître de conférence en philosophie sociale à l’université Paris V- Paris Descartes).

 

Date:
Mercredi 22 juin 2011, 10h30-12h30.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b.
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Raphaël Chappé
Aurélien Chastan
Cécile Lavergne
Eva Debray

 

Présentation de la thèse de Marco Angella, sous la direction de Stéphane Haber.
Négativité et critique. Expérience, corps et raison dans la théorie critique de l’école de Francfort”

Notre thèse vise à mettre au jour le rôle du « corps » dans l’école de Francfort et plus spécifiquement dans la philosophie d’Axel Honneth. Il s’agit de repenser l’évolution de la Théorie critique depuis ses débuts dans les années trente jusqu’à Honneth, en faisant un lien entre cet élément essentiel et les modifications internes que subit cette théorie en ce qui concerne son statut, ses buts et son potentiel critique. Peut-on relier – et comment ? dans quelle mesure ? – cet élément du corps aux variations dans le potentiel critique que la théorie arrive à mobiliser ? Ces variations ne seraient-elles pas plutôt liées au changement dans le paradigme de rationalité survenu entre la première et la deuxième génération de la théorie critique ? D’ailleurs, n’y aurait-il qu’une seule réorganisation importante dans ce paradigme, celle marquée par le passage entre le modèle classique de la « philosophie de la conscience » et le modèle intersubjectif inauguré par Habermas, ou bien un paradigme méthodologique différent caractériserait-il le travail de chaque théoricien critique ? Quel est le lien entre ces transformations et le rôle du corps dans la théorie ?

En un sens d’abord général, référé à la théorie de la connaissance, le mot « corps » désigne son moment matériel, où le côté émotionnel, affectif ou encore empathique s’accompagne d’une dimension cognitive. Mais à partir de cette considération, la manière dont on fait du sujet de la connaissance le centre d’un réseau d’interactions avec soi-même, avec autrui et avec son environnement, peut être déclinée différemment. En nous concentrant sur la théorie de la reconnaissance de Honneth, nous voudrions alors mettre en relief les interrelations entre les changements de paradigme internes à la théorie critique, son potentiel critique et l’importance donnée au corps dans ses multiples facettes. Depuis le début de ses recherches, Honneth a préparé le terrain pour le projet ambitieux de renouveler, du moins méthodologiquement, une tradition qui date désormais de quatre-vingt-dix ans, mais qui n’a pas encore épuisé sa force critique. Si, grâce notamment à l’attention renouvelée qu’il a donné au « corps », sa tentative a atteint d’importants résultats, le contexte socio-politique contemporain, caractérisé, entre autres, par une forte offensive néolibérale, par des crises écologiques et des différents formes de terrorisme, demanderait selon nous de s’engager davantage dans une critique politiquement plus incisive. Le but de notre thèse est alors d’enquêter sur les possibilités d’un tel renforcement de la critique dans l’horizon théorique de cette tradition.

Informations sur les séances du séminaire Pratique des Idées 2010-11 sur le site de Paris Ouest.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cécile Lavergne (16 juin 2011). Séminaire “Pratiques des idées”, séance 6, 22 juin 2011, Paris Ouest Nanterre. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugux


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.