Journée d’études « Les vertus dans la pensée politique moderne », 20 juin 2011, Paris


Les démocraties libérales et les penseurs de celles-ci furent toujours aux prises avec deux importantes questions : celle du maintien de la liberté politique et de l’investissement citoyen; celle des lumières et des motifs qui peuvent orienter cet investissement. Elles se sont constituées sur cet écart paradoxal entre les vertus supposées de leurs dispositifs fondateurs et le désinvestissement civique des citoyens, produit accidentel ou recherché de leur bon fonctionnement. Aussi les conditions de la liberté politique parurent-elles toujours menacées par un régime qui s’en remet volontiers, pour régler les affaires humaines, à des dispositifs et à des procédures collectives comme le marché, le progrès des sciences ou les institutions du régime représentatif. Et ces mêmes institutions économiques, scientifiques ou juridiques, qui tendent à occulter et à diminuer le pouvoir du choix politique, semblent rendre caduque la préoccupation pour la qualité de ce choix; pour l’intelligence, la justice et les sentiments des gouvernants et des gouvernés.
Ces préoccupations sont aujourd’hui d’autant plus vives que depuis un quart de siècle, le sens de l’action et du pouvoir politiques semble s’être rapidement et singulièrement fragilisé. Sensible à ce délitement, la recherche actuelle en sciences humaines interroge pour une grande part les ressorts de l’action politique et de la citoyenneté dans l’histoire et l’évolution du libéralisme. Pensons aux réflexions sur la crise de la représentation, sur les dysfonctionnements de l’économie de marché et sur l’objectivité de l’expertise scientifique. Mais la société elle-même paraît sensible à ce problème, à travers les multiples injonctions morales qui s’y font aujourd’hui largement entendre. L’individu se doit d’être tolérant, courageux et doit avoir souci des autres, quand l’État doit être lui-même charitable, et responsable des dérives économiques. En somme, fait remarquable, c’est en termes de vertus et d’éthique que nos sociétés semblent appréhender les problèmes de notre temps.
Comment interpréter ce phénomène? Il s’agira, au cours de cette journée d’études, d’aborder cette question sous deux angles : celui d’une réflexion sur les formes modernes et contemporaines de la vertu civique, et celui d’une étude des penseurs modernes eux-mêmes. De ces derniers, nous considérerons plus précisément les réflexions sur la valeur, les fondements et les déterminations de l’action citoyenne, dans un monde qu’ils voulurent dépouiller des vertus de la république ancienne et de l’église chrétienne, ou qui en avait déjà fait le deuil.

.

Comité d’organisation :
Cette journée des doctorants en Études politiques de l’EHESS est organisée par Félix Blanc, Benjamin Brice , Jérémie Duhamel , Adrien Louis et Cynthia Salloum.

Date :
Lundi 20 juin 2011, 9h15-17h00

Lieu :
EHESS, 96 Bd Raspail, Paris 6e
Salle Lombard

.

.

PROGRAMME

.


I. Les dispositions politiques à la vertu (9h15-11h)
Discutant : Christopher Hamel (Univ. Paris I)

Jérémie Duhamel (EHESS) : « La vertu politique de modération chez Montaigne ».
Rasoul Namazi (EHESS) : « John Locke et la question de la vertu ».
Pierre Crétois (Univ. de Poitiers) : « Rousseau : fondateur de la conception contemporaine de la vertu.  Entre la vertu antique et la vertu morale : liberté et vertu sont-elles compatibles ? »
.

II. La vertu des institutions politiques (11h15-13h)
Discutant : Charles Girard (Univ. Paris I)

Félix Blanc (EHESS) : « L’hypocrisie dans la délibération collective : vertu ou vice des régimes représentatifs ? »
Marie-Hélène Wirth (EHESS) : « La vertu politique comme mécanisme de modération au sein du gouvernement représentatif : retour sur les modèles institutionnels de deux théoriciens oubliés après la Révolution française, Sieyès et Constant. »
Adrien Louis (UPEC/EHESS) : « Que le peuple souverain garde raison : Madison, Aristote et retour ».
.

III. Les pratiques civiques de la vertu (14h30-17h)
Discutante : Alice Le Goff (Univ. Paris V)

Mélanie Péclat (Paris IV) : « Vertu et justice sociale : la problématique du civisme fiscal ».
Naël Desaldeleer (Univ. de Poitiers) : « Entre modernité et vertu : le néo-républicanisme de Ph. Pettit ».
Wilfried Serisier (Paris VIII) : « Penser la vertu civique à travers son bord dans un territoire à la marge : l’abstention en Seine-Saint-Denis ».
Diego Vernazza (EHESS) : « La théorie tocquevillienne de l’association : entre passions, vertus et intérêts ».

17h : Pot de l’amitié

.



Citer ce billet
Delphine Mondout (2011, 16 juin). Journée d’études « Les vertus dans la pensée politique moderne », 20 juin 2011, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uguw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.