Séminaire “L’imaginaire des bibliothèques”, Paris, 4 juin 2011

Séminaire de doctorat organisé par l’École doctorale « Arts et Médias » – Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, l’École doctorale «Connaissance, Langage, Modélisation» – Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense (ED 139), l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib-Université de Lyon) en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France.

Séminaire « Imaginaires des bibliothèques » animé par Anne-Marie Bertrand (Enssib-Université de Lyon), Catherine Bertho Lavenir (Université Paris 3), Denis Bruckmann (BnF), Evelyne Cohen (Enssib-Université de Lyon), Robert Damien (Université Paris 10).

.
Programme de la séance du 4 juin 2011 :

Bibliothèque et littératures avec Robert Damien (Paris ouest Nanterre – Paris 10) et l’écrivain et professeur à l’école d’architecture de Paris, Pierre Bergounioux.

 

Lieu :
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue Sully
75004 Paris
Téléphone : 33(0)1 53 79 39 39
Courriel : arsenal@bnf.fr

 Métro
Lignes 7, (Sully-Morland), 1, 5, et 8 (Bastille)

 Bus
Lignes 67, 86, 87
Stations Vélib’ à proximité de la Bibliothèque de l’Arsenal

Date :
Samedi 4 juin 2011, 9h30 – 12h30

.

Présentation

En 2010 le séminaire s’est penché sur l’imaginaire des bibliothèques, leurs liens à l’Etat, au corps, à l’Eros, à l’inconscient, à la mort, mais aussi au pouvoir, à l’écriture, à la cité, sous un angle interdisciplinaire, associant l’histoire, la philosophie, la littérature, la psychanalyse et l’esthétique.

Cette année, nous souhaitons analyser combien la bibliothèque est un lieu des métamorphoses. La bibliothèque n’est pas ou n’est plus (si elle l’a jamais été) une réserve inerte et morne des livres publiés. Elle est, demeure et devient de plus en plus un réservoir vivant de sources créatrices et de ressources inventives pour qui veut s’en emparer avec tous les instruments possibles et imaginables de la modernité numérique ou traditionnelle afin de penser, d’instaurer et d’imag(ine)er de nouveaux outils, des objets neufs, des formes dissonantes, des langues inédites, des métiers novateurs, etc. Matricielle et motrice, la bibliothèque par ces praticiens multiples et divers transforme le passé en le rendant actif et modifie la mémoire accumulé dans ses stocks en la vitalisant. Le patrimoine y devient un laboratoire où se dessinent les futurs de la nécessité qui nous projette au delà de nos acquis heureusement conservés par la bibliothèque et par là même livrés au pouvoir des créateurs. Le séminaire proposé se chargera d’en faire la démonstration en faisant appel aux plasticiens, aux photographes, aux architectes, aux cinéastes, aux hommes de lettres qui ont su en faire un usage renouvelé et polymorphe.”

 



Citer ce billet
Delphine Mondout (2011, 30 mai). Séminaire “L’imaginaire des bibliothèques”, Paris, 4 juin 2011. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.