5ème séance du séminaire « Pratique des Idées », 7 avril 2011, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de  présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant  et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Vincent Chanson et Fabien Delmotte, tous deux doctorants au Sophiapol, présenteront leurs travaux de recherche lors de cette cinquième séance. Vincent Chanson est en thèse sous la direction de Stéphane Haber. Il travaille sur le sujet : “Aux fondements de la dialectique négative : T.W. Adorno et la notion d’aliénation”. Fabien Delmotte travaille quant à lui sous la direction de Christian Lazzeri et d’Alain Caillé, sur le sujet : “La pertinence critique de la perspective d’émancipation”.

Emmanuel Renault (ENS Lyon, CERPHI, UMR 5037) et Stéphane Dufoix (Paris Ouest, Sophiapol) seront leurs répondants respectifs.

;
Date:
Jeudi 7 avril 2011, de 15h00 à 18h00.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment E, salle 101
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Raphaël Chappé
Aurélien Chastan
Cécile Lavergne
Eva Debray

.

PROGRAMME

.
15h00-16h30
: Présentation des travaux de Vincent Chanson
Sujet traité : « “Le rébus  devint le modèle de sa philosophie” (in Portrait de Walter Benjamin) : la notion adornienne d’interprétation comme principe “épistémo-critique” »
Enseignant-chercheur répondant : Emmanuel Renault (ENS Lyon, CERPHI)

16h30-18h00 : Présentation des travaux de Fabien Delmotte
Sujet traité : « Assumer une perspective de “critique sociale” : enjeux   épistémologiques. »
Enseignant-chercheur répondant : Stéphane Dufoix (Paris Ouest, Sophiapol)

Présentation succincte des interventions :

1) Vincent Chanson
Titre de la thèse : “Aux fondements de la dialectique négative : T.W. Adorno et la notion d’aliénation”.

Cette intervention portera sur une notion à notre avis centrale quant à la compréhension de la pensée de T.W. Adorno : celle d’interprétation (Deutung), considérée comme principe “épistémo-critique” d’appréhension de la totalité sociale. Présente surtout dans les premiers développements de l’œuvre adornienne – notamment dans deux textes de jeunesse, L’actualité de la philosophie et L’idée d’histoire de la nature qui datent respectivement de 1931 et de 1932 – , elle nous semble caractéristique d’une conceptualité qui se déploiera des années plus tard sous le nom de Dialectique négative. Seule réponse à la réification totale, “l’utopie de la connaissance” adornienne est celle d’un “concept renouvelé de dialectique” susceptible de se déployer par-delà l’arbitraire du principe d’identité. Dans ce dispositif, l’idée d’interprétation occupe un rôle stratégique. Elle renvoie à ce qu’Axel Honneth, dans Eine Physiognomie der Kapitalistischen Lebensform. Skizze der Gesellschaftstheorie Adornos,  appelle l'”herméneutique d’une forme de vie manquée”. C’est une telle hypothèse exégétique que nous voudrions plus particulièrement interroger ici.

Surtout, il nous faudra rapporter cette perspective aux exigences formulées par Horkheimer dans Théorie traditionnelle et théorie critique, à savoir celles d’une théorie qui se pose la question de son rapport à la praxis sociale. Pour reprendre une problématique de Gilles Moutot dans Adorno, langage et réification, nous voudrions montrer qu’une telle théorie, qui en vient à considérer l’extension de la “forme-marchandise” (cf. Réification) comme la principale menace pesant sur la possibilité même de son énonciation, présente une difficulté pour l’interprète et sa manière d’en rendre compte. Comment éviter l’énoncé aporétique, écueil vers lequel tend toute tentative d’exposition et de reconstruction du dispositif adornien ? Ainsi, notre propos sera d’examiner la possibilité même d’une Théorie critique ayant pour fondement l’hypothèse d’une réification généralisée à l’époque du capitalisme tardif. Les difficultés spécifiquement méthodologiques sont donc celles posées par le statut du référent Théorie critique lorsque celui-ci renvoie à une forme de réflexivité problématique. Comment rendre compte de la pensée adornienne sans en trahir l’esprit, c’est à dire en évitant sa réinscription dans le champ de la pensée identifiante, dans celui de l’idéalisme dogmatique et de l’hypostase arbitraire ?  D’où l’image du rébus, comme ce qui caractérise une pensée orientée vers un donné socio-historique assimilé à un signe à déchiffrer, seule voie possible pour une dialectique qui refuse la domination de la rationalité instrumentale.

Orientation générale des travaux :
Notre travail se donne pour perspective d’interpréter la pensée de T.W. Adorno comme une Théorie critique faisant intervenir une conceptualisation singulière du capitalisme. Celle d’une pathogenèse de la totalité sociale qui renvoie à une théorie des formes de vie réifiées. Dès lors, la question du statut d’une rationalité émancipatrice susceptible de rendre compte du phénomène de la réification est ce qui vient fonder la méthodologie “épistémo-critique” adornienne. Une méthodologie dont nous voudrions montrer l’actualité intempestive.

.

2) Fabien Delmotte
Titre de la thèse “La pertinence critique de la perspective d’émancipation”.

Cette thèse cherche à cerner les difficultés qui affectent la critique sociale et le projet d’émancipation, pour en interroger les conditions de pertinence aujourd’hui. L’articulation des approches sociologiques et philosophiques se fait autour de leur enjeu critique, et doit en particulier permettre de penser les ambiguités (notionnelles, idéologiques…) de la notion d’émancipation et la possibilité de son usage pertinent, au regard des enjeux sociaux contemporains. Retour de la “question sociale”, postmodernisme, “individualisme” contemporain, “concurrence” des revendications à vocation émancipatrices, récupération par le management ou le capitalisme du langage de l’émancipation… forment un contexte qui exige un éclaircissement conceptuel explicitement lié aux enjeux de la critique sociale. Outre la prise en compte des références incontournables afférentes au sujet (Bourdieu, Boltanski, Castel, Honneth, etc), une attention particulière est portée aux réflexions développées en relation plus ou moins directe avec la revue Socialisme ou Barbarie, Castoriadis, Lefort, etc (auteurs auxquels j’ai déjà consacré un travail universitaire sous la direction de Vincent Descombes)
.

Informations sur les séances du séminaire Pratique des Idées 2010-11 sur le site de Paris Ouest.

Affiche de la séance du 7 avril 2011

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.