Emilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique.

Avec la crise écologique, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, les forêts qui nous entourent ne sont plus des choses qui vont de soi et que l’on peut traiter avec indifférence. Nous découvrons qu’elles ne sont plus des ressources inépuisables, ni des ressources tout court au sens de simples moyens au service de nos propres fins.

Nous n’en avons donc pas fini avec la morale. Mais fabriquer une morale qui inclue les relations que les humains entretiennent avec les animaux, les montagnes, les océans, le climat, etc., implique de nouvelles propositions. Celles-ci ne peuvent pas être la simple déclinaison de principes universels fondés a priori : elles doivent s’appuyer sur les multiples expérimentations en cours, engagées aussi bien par des scientifiques que des éleveurs, des économistes, des patients ou encore des activistes se mêlant souvent de ce qui n’est pas censé les regarder.

En s’attachant à décrire au plus près ceà quoi nous tenons et non à prescrire ce qu’il faudrait faire, sans jamais séparer ce souci moral de ses conséquences politiques, Émilie Hache explore de nouvelles façons de prendre en compte ces différents êtres. Elle propose ainsi une approche pragmatiste des questions écologiques : il s’agit en effet d’apprendre à élaborer des compromis afin de se donner une chance de construire un monde commun, exigeant de ne pas s’arrêter à la question « Qui est responsable ? », mais d’en accepter une autre, bien plus difficile : « Comment répondre ? ».

Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Emilie Hache
Prix : 19,50 €
ISBN : 9782359250381
Dimensions : 140 * 205 mm
252 pages

.

TABLE DES MATIERES

.
Introduction
Crises écologiques
Hériter d’une histoire européenne
Une responsabilité écologique pragmatique

I / Faire une différence
1. Changer de question
Une responsabilité morale « écologisée » – Réouvrir la question des fins – Répondre à des appels – Changer de question
2. Comment répondre ?
Une nouvelle figure du philosophe moral – Relativiser – Faire appel à l’expérience – Élaborer des compromis
Maintenir « portes et fenêtres ouvertes »

II / Se mêler de ce qui n’est pas censé nous regarder
3. « Crise des valeurs ? Non, crise des faits ! »
Qui compose notre collectif ? – Un compromis moral à inventer – Une figure de la nature imprévisible et indifférente : Gaïa – Une insurmontable faute logique ?
4. Moraliser l’économie ?
« Pas en son nom », mais pas sans elle – Internaliser l’écologie = moraliser l’économie ? – Évaluer le « prix juste » – Le calcul de la surpopulation – Annexe. Shallow /deep ecology : une polémique française
Une situation tragique

III / Composer un monde commun
5. Changer de temporalité : (re)faire attention à l’avenir
Éthique de la responsabilité versus éthique du progrès – Réexpérimenter un souci pour l’avenir – Les scénarios : un lieu de cohabitation entre les générations ? – Une responsabilité morale hyperbolique
6. Écologies politiques
Réarticuler la politique et la morale – L’émergence de nouveaux publics – La proposition de responsabilité partagée face à l’épidémie de sida – Cultiver une intelligence collective – Reclaiming Commons

Ralentir
Dogville, ou le récit d’une hospitalité ratée

Bibliographie

.

Lire un extrait du livre
.

..Retrouvez une présentation de l’ouvrage sur le site des Editions La Découverte

Retrouvez une recension de cet ouvrage sur Liens socio (portail francophone généraliste d’informations en sciences sociales)

.

.



Citer ce billet
Eva Debray (2011, 29 mars). Emilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugtt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.