Journées d’études : « Créer sans nouveauté : l’art et la politique aujourd’hui », 28 mars 2011, Paris Ouest

Ces journées d’étude ont pour vocation à constituer un groupe de réflexion autour du devenir de la notion de création en art et en politique.

Si le mot de création jouit sans conteste d’une actualité dans le débat public, il ne fait pour autant pas signe vers une urgence de créativité, une nécessité pour chaque époque de se créer des formes radicalement nouvelles. La « thématique de la fin », devenue lancinante à la fois en art et en politique, participe d’un sentiment d’épuisement formel qui semble aujourd’hui confronter les projets d’action à l’aveu de leur impuissance. En ce sens, le diagnostic de la fin des utopies, des idéologies ou des grands récits en politique, et la proclamation de la fin des avant-gardes, et d’une « ère post-historique » de l’art nous amènent à repenser le rapport entre création et nouveauté. Au-delà d’une conception de la fabrication ex nihilo, devenue stérile pour penser les phénomènes contemporains, la création comme moment originel s’évalue à nouveaux frais. Aussi, qu’est-ce que créer aujourd’hui ?

L’effacement des représentations révolutionnaires et des projets de critique radicale a profondément renouvelé la conception des formes possibles de l’action politique. Et les sociétés démocratiques modernes, complexes et globalisées, posent encore autrement la question des modalités du geste créateur. Si la figure du décideur politique en vient souvent aujourd’hui à se confondre avec celle d’un gestionnaire avisé du présent, qu’en est-il de la possibilité de créer du nouveau ?

Les ruptures induites par l’art contemporain, la multiplication des pratiques et des lieux, des matériaux et des sujets, ont permis une prolifération de formes auxquelles l’actuel désengagement des artistes dans la recherche du nouveau semble faire écho. Depuis deux décennies s’officialise une pratique du remake et de la parodie, de la reprise et de la référence, qui fait de chaque oeuvre une sorte de postproduction. Il convient d’apprécier la pertinence du critère d’innovation dans l’art actuel. Quelle redéfinition du « créateur » peut-on en tirer ? Quel est le potentiel plastique de la répétition ?

Une approche généalogique du terme de création et de ses usages contemporains nous semble pouvoir constituer un levier critique intéressant pour interroger les dynamiques à l’œuvre en art et en politique. Les deux premières journées seront centrées plus spécifiquement sur un champ d’étude (l’art puis la politique) et la troisième travaillera au croisement de ces deux approches. Il s’agirait en effet de ne pas forcer d’emblée le parallèle ou le passage entre la création politique et la création artistique. Le croisement n’est pas un postulat ni un point de départ à ces matinées ; l’intérêt étant qu’il se constitue au fil de la réflexion.

.

Organisation et contact:
Pauline Colonna d’Istria (Université de Poitiers)
Florian Gaité (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Sophiapol)

Dates :
Lundi 14, 28 mars et 11 avril de 9h à 12h30

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

PROGRAMME

JOURNÉE 1 (lundi 14 mars)

9h00 : Accueil
9 h 30 – 9 h 55:
Elise Derroitte (Université catholique de Louvain) : La critique comme théorie de la créativité chez Walter Benjamin.
10 h – 10 h 25 : Fabienne Boissieras (Université Jean Moulin Lyon 3) : De la création de formes : détour ou retour du politique ?
10 h 30 – 10 h 55 : Florian Gaité (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : L’art de la reprise : mémoire et  plasticité dans la création contemporaine.
11 h – 11 h 25 : Gabrielle Reiner (Université Paris III) : Satyagraha de Jacques Perconte : du found-footage comme outil d’élaboration d’une plasticité critique des images en mouvement.
11 h 25- 11 h 40
: pause
11 h 40 – 12 h 30
: discussion générale

JOURNÉE 2 (lundi 28 mars)

9 h 30 – 9 h 55: Vincent Chanson (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : Rationalité émancipatrice et postmodernité.
10 h – 10 h 25 : Fabien Delmotte (Université paris Ouest Nanterre La Défense) : Création et critique sociale à partir de Castoriadis.
10 h 30 – 10 h 55 : Pauline Colonna d’Istria (Université de Poitiers) : L’art politique au temps du consensus.
11 h – 11 h 30 :
pause
11 h 30 – 12 h 30
: discussion générale

JOURNÉE 3 (lundi 11 avril)

9 h 30 – 9 h 55: Maxence Alcalde (Université Paris VIII) : Entre postures et principe de réalité(s) : de la nécessité de naviguer à vue.
10 h – 10 h 25 :
Mattia Scarpulla (Université de Nice) : Danse contemporaine et politique culturelle française. Quand la danse est dite politique, est-elle aussi innovante ?
10 h 30 – 10 h 55 :
Jean-Paul Fourmentraux (Université de Lille 3) : L’art à l’épreuve de l’intérêt général.
11 h 00- 11 h 30 : pause
11 h 30 – 12 h 30 : discussion générale

.

Télécharger l’affiche « Créer sans nouveauté »

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.