Séminaire “Le libéralisme politique et ses critiques”, 4e séance, 1er mars 2011, Paris

La 4ème séance du séminaire accueillera Christian Laval (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) qui présentera la conférence suivante : “L’homme économique : Essai sur les racines du néolibéralisme » .  A cette occasion, Alexandre Escudier (CEVIPOF) jouera le rôle de discutant.

.
Date
:
Mardi 1er mars 2011
17h00-19h00 (entrée libre)

Lieu :
Centre de recherches politiques de Sciences-Po (CEVIPOF)
98 rue de l’Université,
75007 Paris
Voir le plan

métro : Solférino

Organisation et contact:
Alexandre Escudier (alexandre.escudier@sciences-po.fr)
Christophe Miqueu (cmiqueu@yahoo.fr)
Didier Ottaviani (didier.ottaviani@wanadoo.fr)
Janie Pélabay (janie.pelabay@sciences-po.fr)

.

Présentation de l’ouvrage de Christian Laval

Résumé
Le néolibéralisme entend triompher partout dans le monde comme la norme unique d’existence des êtres et des biens.
Il n’est pourtant que la pointe émergée d’une conception anthropologique globale qu’au fil des siècles l’Occident a élaborée. Celle-ci pose que l’univers social est régi par la préférence que chacun s’accorde à lui-même, par l’intérêt qui l’anime à entretenir les relations avec autrui, voire l’utilité qu’il représente pour tous. La définition de l’homme comme « machine à calculer » s’étend bien au-delà de la sphère étroite de l’économie, elle fonde une conception complète, cohérente, de l’homme intéressé, ambitionnant même un temps de régir jusqu’aux formes correctes de la pensée, à l’expression juste du langage, à l’épanouissement droit des corps.
Cette anthropologie utilitariste, fondement spécifique de la morale et de la politique en Occident, fait retour avec le néolibéralisme contemporain sous des formes nouvelles.
En retraçant, dans un vaste tableau d’histoire et de philosophie, les racines du néolibéralisme, Christian Laval donne à voir la forme, le contenu, la nature de la normativité occidentale moderne telle qu’elle s’affirme aujourd’hui dans sa prétention à être la seule vérité sociale, à se poser en seule réalité possible.

.
Voir aussi:

Les prochaines séances du séminaire Pensée politique et Histoire des idées 2010-11 sur le site de Paris Ouest.

.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Delphine Mondout (27 février 2011). Séminaire “Le libéralisme politique et ses critiques”, 4e séance, 1er mars 2011, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugtf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.