Séminaire Naturalismes et pragmatismes, “La normativité”, programme 2011, Paris

De même que les lois scientifiques ne se ramènent pas à des successions de faits ou à de simples régularités, de même les conduites humaines ne se réduisent pas à des comportements, à des séquences de mouvements et de gestes, ni les pensées à des événements neuronaux. Cette posture anti-réductionniste est au cœur du courant pragmatiste (inauguré par Peirce, James, Dewey et Mead). Mais les pragmatistes revendiquent également une attitude naturaliste, inspirée des méthodes de la science expérimentale, et ancrée dans la lutte contre les arrière-mondes figés de la métaphysique, de la morale et de la théologie traditionnelles, qui « bloquent le chemin de l’enquête » et légitiment dominations et inégalités sociales. Comment comprendre alors l’émergence, le fonctionnement et le statut des normes, dans une perspective pragmatiste et naturaliste (ou plutôt, pragmatiste donc naturaliste) ?

Le séminaire s’appuiera sur la variété des réponses offertes par les pragmatistes aux redoutables questions que soulève un projet d’explication naturaliste de la genèse des normes, de leur statut ontologique et épistémologique particulier, et de la manière dont elles organisent les formes de vie humaines. La viabilité d’une position naturaliste non-réductionniste, dont les contours ont déjà été esquissé dans ce séminaire en travaillant sur la perception des situations, en dépend pour une part essentielle.  La logique des relations de Peirce et son analyse des sciences normatives, la  « logique naturaliste » et le « naturalisme culturel » de Dewey, la réflexion de Mead sur les « objets sociaux » et les institutions,  le normativisme radical de R. Brandom seront ainsi mobilisés en vue d’une analyse pragmatiste des normes au coeur des pratiques humaines, tant scientifiques que politiques. Le séminaire s’attachera  à déterminer les implications de ces positions pour envisager la possibilité et, le cas échéant, l’élaboration, d’une “philosophie sociale”.

Séminaire animé par Guillaume Garreta, et organisé dans le cadre des activités du Collège international de philosophie.

Entrée libre. Sur consigne de sécurité du Ministère, il vous sera demandé de présenter une pièce d’identité à l’accueil. Il est recommandé d’arriver un peu en avance.
.

Lieu :
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
Salle JA05
Carré des Sciences, Pavillon Joffre (RdC niveau inférieur)
entrée par le 25 rue de la Montagne Ste-Geneviève
Plan du site
75005 Paris
M° Maubert

Programme de l’année 2011 :  La normativité

.

Jeudi 3 mars, 18h30-20h30
Cécile Lavergne (Université Paris Ouest Nanterre, Sophiapol) : “Epistémologie de la violence, pragmatisme et philosophie sociale”

Lundi 7 mars, 18h30-20h30
Roberto Frega (Université de Bologne) : “Qu’est qu’une pratique normative? Le pragmatisme et les sources sociales de la normativité”

Mardi 17 mai, 18h30-20h30
Solange Chavel (ENS, CURAPP) : “La philosophie sociale critique des normes? L’exemple des frontières”

Séances passées :

Jeudi 20 janvier, 18h30-20h30
Christiane  Chauviré (Université Paris-1, PhiCo/Execo) : “L’émergence des normes dans la pratique chez Peirce et chez Wittgenstein”

Lundi 24 janvier, 18h30-20h30
Marc Pavlopoulos (CEA, PhiCo/Execo) : “Normativité et intentionalité dans l’action”


Retrouvez la présentation du séminaire et l’ensemble du programme de l’année 2011 sur le site du Collège international de philosophie.

.



Citer ce billet
Eva Debray (2011, 25 février). Séminaire Naturalismes et pragmatismes, “La normativité”, programme 2011, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugtd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.