« Chercheurs sans frontières »: Rencontre inaugurale, le 25 février à L’Assemblée Nationale, Paris

Le collectif Chercheurs Sans Frontières – Free Science organise sa première rencontre publique vendredi prochain à l’Assemblée Nationale.

Date :
Vendredi 25 février 2011, de 16h00 à 19h00

Lieu:
Assemblée Nationale,
126 Rue de l’Université
75007 Paris
Itinéraire

01 40 63 60 00

Inscription:
Cette journée est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles, mais les inscriptions préalables sont impératives pour accéder à l’Assemblée nationale. De plus, il vous sera demandé lors de l’accès à l’Assemblée Nationale de présenter une pièce d’identité. Pour s’inscrire, envoyer votre nom, prénom et courriel à l’adresse suivante : conference-join@csf-free-science.org ou bien inscrivez vous sur la liste de diffusion de la conference.

.

Présentation du collectif

Chercheurs Sans Frontières – Free Science – est une association créée et animée par un groupe de chercheurs dʼhorizons disciplinaires divers, désireux de doter la communauté scientifique dʼune ONG lui permettant de faire face collectivement à la multiplication des menaces qui pèsent aujourdʼhui sur la recherche scientifique.
Interdisciplinaire, internationale et pluraliste, elle a vocation à rassembler toutes celles et ceux qui, au-delà de la communauté des chercheurs, sont attachés à la liberté de la recherche.

Plus d’informations sur le collectif

.

Ce sera l’occasion de présenter quatre exemples très actuels des menaces de différentes nature qui pèsent sur des chercheur(e)s en exercice :

  • Pınar Selek, sociologue turque poursuivie depuis 13 ans par les autorités de son pays pour avoir travaillé et publié sur les Kurdes, emprisonnée, torturée, exilée, et dont le prochain procès, qu’on espère le dernier, s’est tenu le 9 février 2011 à Istanbul. Une nouvelle fois acquittée, sa joie n’aura été que de courte durée, le procureur général ayant aussitôt, et une nouvelle fois, fait appel.
  • Karoline Postel-Vinay, spécialiste française du Japon, attaquée en diffamation par la Fondation franco-japonaise Sasakawa, du nom d’un ancien criminel de guerre, pour avoir rappelé ce détail au Quai d’Orsay et fait ainsi capoter un prestigieux colloque en 2009. La Fondation a été déboutée le 25 septembre 2010.
  • Alain Garrigou, politiste français à qui M. Patrick Buisson, directeur du cabinet Publifact et conseiller du Président de la République, réclame 100.000 euros de dommages et intérêts pour des propos prononcés au titre de son expertise comme spécialiste de l’étude des sondages, propos qualifiés de diffamatoires. Le verdict, attendu le 9 février 2011, a été rendu le 16 février 2011.

De “grands témoins” livreront leurs analyses et feront part de leur expérience:

  • Daniel Gaxie, professeur de science politique à l’Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)
  • Bernard Lacroix, professeur de science politique à l’Université Paris ouest Nanterre La Défense, membre senior de l’Institut Universitaire de France (Chaire de sociologie historique de la politique)
  • André Brahic, astrophysicien au CEA, professeur à l’Université de Paris VII
  • Gérard Noiriel, directeur d’études en histoire à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search