Séance du séminaire Lasco/Sophiapol, 16 février 2011, Paris Ouest

Lors de cette séance, Anne Bieber présentera une communication intitulée : « L’objectivation des risques et les déterminants de la confiance en matière d’aménagement de peine »

Cette communication sera suivie de débats scientifiques.

Anne Bieber est doctorante en sociologie et effectue sa thèse à l’Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense (école doctorale EOS (ED395), Laboratoire Sophiapol (EA 3932), équipe LASCO) sous la direction de Philippe Combessie.

.

Date:
Mercredi 16 février 2011, 17h-19h00

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, 2e étage, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Programme de la séance :

1 – Rapide tour de table de présentation des participants (chacun indique son ou ses terrain(s) d’investigation actuel(s)).

2 – Informations sur les dernières actualités de la vie de l’équipe.

3 – présentation de la communication de Anne Bieber, intitulée « L’objectivation des risques et les déterminants de la confiance en matière d’aménagement de peine » – vous en trouverez le canevas ci-dessous en téléchargement (2 pages).

4 – débats scientifiques à partir de cette communication.

5 – questions diverses.

La présentation du séminaire Lasco/Sophiapol de l’année 2010-2011 peut être consultée sur le site de l’Université Paris Ouest Nanterre

.

Présentation de la communication de Anne Bieber, intitulée « L’objectivation des risques et les déterminants de la confiance en matière d’aménagement de peine »

Ma thèse est consacrée aux processus d’individualisation des peines privatives de liberté. Cette recherche, basée sur une enquête de terrain conduite dans les établissements pénitentiaires de la région Alsace Lorraine, vise à mettre au jour les modes de pensée et d’action de détenus et de magistrats à l’oeuvre au cours de la détention, et particulièrement au moment de la décision d’aménagement de peine.
J’aborderai dans cette présentation un double mouvement qui vient s’inscrire en rupture avec les tendances normalisantes de l’institution : d’une part le principe de réinsertion sociale, d’autre part l’injonction fait au détenu1 de s’investir et de se mobiliser. Il s’agit là d’un mécanisme de négociation2 rendu possible par une nouvelle conception de la peine qui fait du détenu un être agissant, conscient de sa faute et prompt au travail sur lui-même.

On peut considérer cette incitation à la mobilisation comme un baromètre de réinsertion sociale dont le Juge de l’Application des Peines dispose pour valider ou invalider un projet de sortie. Je montrerai que l’objectif de « réinsertion » sociale fréquemment réaffirmé par l’administration pénitentiaire connaît aujourd’hui un infléchissement3. La réinsertion sociale, étant davantage perçue comme un moyen de prévention de la récidive, justifie désormais le renforcement, au cours de la détention, de l’évaluation du risque de récidive du détenu4.
De différentes natures, les risques sont à la fois « réels et irréels » pour reprendre les termes de Ulrich Beck5. Ils vont de l’évaluation des capacités à respecter les obligations et à trouver sa place au sein de la société, à l’évaluation des probabilités de réitération de passage à l’acte, jusqu’à celui qui préoccupe au plus haut point les acteurs de l’individualisation de la peine, à savoir l’évaluation de cette « notion mystérieuse »6 qu’est la dangerosité. Le risque et la dangerosité sont des notions récurrentes dans les discours concernant l’enfermement carcéral. Il s’agit, dans un cas comme dans l’autre, de constructions sociales qui vont et viennent « selon les valeurs changeantes de la société »7, et qui sont sensibles aux préoccupations politiques et sociétales quant à la question de la sécurité et surtout, a contrario, de l’insécurité.
Cette présentation tentera de rendre compte de l’enchevêtrement des niveaux d’évaluation au sein du système carcéral ; pour ce faire, on utilise un espace à deux dimensions, l’une orientée selon l’axe « confiance », l’autre selon l’axe « risque ». Mon propos sera d’en démontrer le caractère mouvant et précaire mais essentiel au maintien au calme de la vie en détention. La confiance négociée et/ou donnée complète les éléments plus objectifs que sont les évaluations. Ces évaluations se nourrissent à la fois d’écrits professionnels et de relations sociales qui permettront à l’instance de décision de prononcer ou non un aménagement de peine. D’autres considérations impactent les décisions d’aménagement de peine, elles ne sont pas extérieures au système carcéral, elles sont justes satellitaires.

Télécharger ce texte au format pdf

  1. M. ANCEL, La défense sociale nouvelle, Paris, Ed. Cujas, ed. 1966, p 305. []
  2. W. BARANES, M.-A. FRISON-ROCHE, « L’autorité en droit », in : H.-P. Jeudi (dir.), Tout négocier. Masques et vertiges des compromis, Paris, édition Autrement, collection Mutations, 1996, p. 57. []
  3. A. FRANSSEN, « Le sujet au coeur de la nouvelle question sociales », La revue nouvelle, 117, 12, pp. 10-51. []
  4. G. CLIQUENNOIS, « Vers une gestion des risques légitimante dans les prisons françaises ? », Déviance et Société, 2006-3, Vol. 30, pp. 355-371. []
  5. U. BECK, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Ed. Flammarion, 2001, p 61. []
  6. R. CASTEL, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Ed. de minuit, 1981, p 146-147. []
  7. J. PRATT, « Dangerosité, risque et technologies du pouvoir », Criminologie, 2001-1, vol. 34, p. 106 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search