Appel à contribution revue Tracés : “Ecologiques, Enquêtes sur les milieux humains”

La revue Tracés consacre son numéro 22 aux approches écologiques en sciences humaines. Ce numéro entend traiter de l’écologie du point de vue des sciences humaines, en articulant une réflexion sur les reconfigurations disciplinaires induites par le questionnement écologique et la diversité des objets couverts par de telles approches. À ces fins, nous serons particulièrement attentifs aux travaux mobilisant les divers modèles écologiques à travers des démarches empiriques.

date limite d’envoi : 6 juin 2011.
contactredactraces@listes.ens-lyon.fr

Argumentaire

Les questions écologiques semblent constituer aujourd’hui un incontournable de la recherche en sciences humaines, faisant directement écho à un ensemble de préoccupations collectives qui animent la vie sociale, politique et médiatique, et, du point de vue de l’histoire des idées, redonnant de l’actualité à des travaux déjà anciens. En effet, dans son acception à la fois initiale et usuelle, que l’on doit au biologiste allemand Ernst Haeckel, l’écologie est la science des relations entre les vivants et leur milieu. Son domaine d’enquête a donc pour centre de gravité principal les sciences naturelles (Acot, 1988). Mais les sciences de l’homme se sont d’emblée emparées du potentiel explicatif de cette notion – tout en la modifiant par là même : c’est ce que montre une démarche comme celle de l’Anthropogeographie de Ratzel (1881-1891), qui est une des premières tentatives d’analyse des formations culturelles dans leur rapport au milieu naturel, ou, plus proche de nous, le projet d’une « écologie de l’esprit » comme celle de Bateson (2008), qui cherche à analyser la vie de l’esprit comme un milieu. Ces recherches montrent bien la diffusion des approches écologiques au-delà du seul monde naturel : la ville dont nous parle l’École de Chicago de sociologie (Joseph et Grafmeyer, 1984), ou la perception, dans le cadre du « réalisme écologique » de Gibson (1979), sont historiquement et de plein droit des problèmes écologiques.

Du point de vue de l’actualité de la recherche, le vocable « écologie » se diffuse dans de nombreuses publications, qui dessinent un objet résolument présent mais dont les contours restent souvent difficiles à cerner, selon que ces travaux en proposent un point de vue résolument partiel, dans un bilan produit par une discipline à propos de son rapport à l’écologie (voir Afeissa éd., 2009, dans le cas de la philosophie), ou qu’ils procèdent par un croisement de perspectives rendant compte d’un usage très spécifique de la notion (voir le dossier du n°10 de la revue Vacarmes, « Ce que l’écologie change à la politique »), voire qu’ils emploient la notion de manière relativement flottante ou métaphorique. Les usages du terme se recouvrent-ils ? Que partagent ces approches et que nous disent-elles de la pertinence d’un questionnement écologique, qui excède manifestement la sphère de la recherche scientifique ?

Pour éclairer ces enjeux, nous partirons d’une acception de l’écologie à la fois plus large d’un point de vue thématique, en excédant la stricte acception environnementale, mais néanmoins plus spécifique, en abordant l’écologie du point de vue des sciences humaines. Sans céder au rêve d’un « tournant » écologique – qui reviendrait à faire un contresens historique, compte tenu de l’ancienneté de certaines approches fondatrices –, ou d’un « paradigme » idéal unifiant l’ensemble des savoirs actuels – qui réifierait assurément la diversité du champ –, nous proposons d’adopter une démarche résolument pluraliste, qui permet de questionner la possible unité de ces recherches derrière la diversité des objets. On parlera donc plus généralement d’un mode de connaissance écologique qui déborde immédiatement les prétendues frontières des sciences naturelles, et qui se structure sous la forme d’emprunts, d’importations et de transferts conceptuels. Dans leur constitution même, ces savoirs sont rétifs à un enracinement disciplinaire et thématique, et la façon dont ils se sont développés confirme ce pluralisme inhérent à l’enquête écologique, pluralisme dont ce numéro voudrait assumer la filiation. À partir de ce constat de la diversité et de la conflictualité des usages, et en tenant compte de l’ampleur et de l’épaisseur historique des débats sur la question, ce numéro souhaiterait donc prendre le parti des conséquences de l’écologie ou, pour le dire autrement, voir ce que fait l’écologie à l’ordre des savoirs et quels usages elle en permet. Ces conséquences sont ainsi de deux ordres : d’une part, d’un point de vue scientifique, il s’agit pour une discipline de respécifier ses objets et/ou ses méthodes au contact des apports distinctifs de l’écologique ; d’autre part, ces pratiques excèdent largement la sphère scientifique, car de nouveaux régimes d’action peuvent s’appuyer sur des savoirs écologiques pour intervenir dans la sphère publique. Dès lors, un certain nombre de questions peuvent être soulevées. Y a-t-il des objets strictement écologiques ou s’agit-il plutôt de repositionnements épistémologiques et méthodologiques ? Les méthodes d’enquête sont-elles les mêmes ? Quelles échelles d’analyse se donne-t-on ? Quelles sont les résonances de ces reconfigurations théoriques dans le champ des pratiques (politiques, économiques, urbanistiques, artistiques) ?

Du geste théorique de l’écologie, nous retiendrons trois propriétés principales qui permettent de penser la façon dont se constituent réciproquement un objet, une approche et une pratique écologiques. Ces critères sont établis à toutes fins pratiques et leur pertinence ou articulation ont naturellement vocation à être discutés. Premier aspect, une pensée écologique est intégratrice. Quelle que soit l’échelle à laquelle on se place, l’approche est relationnelle, voire holiste, cherchant à rendre compte de phénomènes d’organisation d’ordre systémique, et susceptible d’intégrer une gamme d’objets plus riche et variée que celle traditionnellement admise par la discipline. C’est par exemple le cas quand l’anthropologie sort du strict domaine des relations humaines – qui en principe la définit comme telle – pour accueillir des animaux, des espaces, des esprits (voir Ingold, 2000). Il s’agit alors aussi bien de se demander comment, empiriquement, les disciplines s’emparent de nouveaux objets et adaptent leurs méthodes, que de poser la question de l’extension possible d’une théorie écologique. Deuxième aspect, qui est une conséquence du premier : ces approches introduisent une forme de décentrement. Par rapport à des oppositions conceptuelles classiques, elles adoptent le point de vue des interactions entre des entités auxquelles elles accordent une importance égale, si ce n’est ontologiquement, au moins méthodologiquement. On renverra par exemple aux travaux menés à la suite de l’écologie de la perception de Gibson et dans le domaine de la cognition distribuée (Hutchins, 1996), qui montrent comment la psychologie fait sortir l’activité de l’esprit du strict confinement neuronal pour l’aborder comme un phénomène situé dans un environnement spécifique. La portée critique des approches écologiques constitue un troisième élément de définition. Sur un plan strictement scientifique, l’adjonction du qualificatif « écologique » reconfigure les objets et méthodes d’une discipline donnée. En économie, par exemple, l’approche écologique réenvisage les fondements de la discipline à partir d’une réflexion sur l’homme et son milieu. Alors que l’économie environnementale se contente d’ajouter à une conception ordinaire des marchés des paramètres ou des produits environnementaux (marché des droits à polluer par exemple), l’économie écologique tente de reconstruire toute la théorie classique de la valeur en substituant à la valeur marginale des facteurs de production une notion de la valeur ordinale liée aux services rendus par le capital naturel (Costanza et al., 1997). Au-delà de cette dimension critique « interne » aux disciplines, on peut penser à la portée politique de la critique souvent induite par la réflexion écologique. Ainsi, l’écoféminisme illustre cette autre dimension possible : pour prolonger dans un registre politique le geste de l’écologie, il s’appuie sur une convergence des critiques féministe et environnementale, radicalisant la deuxième par l’adjonction de la première (pour une présentation de ces enjeux, voir Maris, 2009).

On attend donc des contributions du numéro qu’elles rendent compte de ces écologies, dans ce qu’elles ont de multiple et d’actuel. On aimerait ainsi non seulement voir clarifiés des positionnements spécifiques dans le champ des théories écologiques à travers l’analyse d’objets empiriques, dont la variété peut s’exprimer à la fois par des différences de nature (paysages, environnements techniques, contextes historiques, etc.) et d’échelle (tant spatiale que temporelle), mais aussi exemplifiée et explicitée l’extension possible de ces approches, qui peuvent être des supports d’action ou de création – et être par là redéfinies par les usages qui en sont faits. Ces aspects pourront être déclinés à l’aune des questionnements suivants, qui proposent des pistes (non exclusives) de réflexion.

Vous trouverez l’intégralité de l’argumentaire et les recommandations du comité de rédaction dans le PDF suivant.

Consignes :

Les rédacteurs doivent informer préalablement le comité de rédaction de Tracés de leur projet par courrier électronique en indiquant le titre de leur contribution, la rubrique dans laquelle ils le proposent, ainsi qu’un bref résumé du propos.

Une réponse motivée, argumentée quant à l’acceptation ou non pour publication est envoyée à l’auteur après le travail de lecture et la délibération des membres du comité de lecture. En cas de réponse positive, l’auteur peut être invité à amender et à retravailler son texte en fonction des remarques suggérées par les lecteurs.

Le comité de rédaction demande également aux contributeurs de tenir compte des recommandations en matière de présentation indiquées sur la page suivante du site de la revue.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search