Séance du séminaire Lasco/Sophiapol, 14 janvier 2011, Paris Ouest Nanterre

Lors de cette seconde séance, Julien Bernard donnera une communication intitulée « Quelques théories sociologiques des émotions à l’épreuve des rituels funéraires français contemporains »

Julien Bernard est maître de Conférences en sociologie à l’Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, chercheur au sein de l’équipe Lasco du Soφapol dont il dirige le groupe de travail « Socio-anthropologie des émotions ».

.

Date:
Vendredi 14 janvier 2011, 17h-19h00

Lieu:
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, 2e étage, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Programme de la séance :

1 – Rapide tour de table de présentation des participants (chacun indique son ou ses terrain(s) d’investigation actuel(s)).

2 – Indication des contrats de recherche nouvellement conclus et des contrats en cours de négociation

3 – présentation de la communication de Julien Bernard, intitulée « Quelques théories sociologiques des émotions à l’épreuve des rituels funéraires français contemporains » – vous en trouverez le canevas ci-dessous que vous pouvez télécharger (2 pages).

4 – débats scientifiques à partir de cette communication.

5 – questions diverses.

La présentation du séminaire Lasco/Sophiapol de l’année 2010-2011 peut être consultée sur le site de l’Université Paris Ouest Nanterre

.

Présentation de la communication de Julien Bernard intitulée : « Quelques théories sociologiques des émotions à l’épreuve des rituels funéraires français contemporains »

Je développerai quelques éléments tirés de la recherche qui a servi de base à ma thèse de doctorat intitulée Emotions et rituels dans le travail des pompes funèbres. Contribution à une sociologie des émotions1 ,  préparée sous la direction d’Annie Guédez et soutenue en 2007 à l’université de Poitiers.
J’aborderai d’abord les circonstances d’entrée sur le terrain, le recueil de données (observation participante en tant que porteur de cercueil pendant douze mois dans deux entreprises), les lieux de l’action (morgues, cimetières, entrepôts de cercueils, domiciles, hôpital, maison de retraite, local commercial, chambres funéraires, etc.), les pratiques professionnelles des opérateurs au moment de la contraction des prestations (devis, vente) et de l’exécution de celles-ci (transports de corps, préparation des cercueils, mises en bière, préparation des cérémonies, condoléances, etc.) afin de donner à voir le processus funéraire dans son ensemble.

Sur cette base empirique, je montrerai comment j’ai essayé de construire de manière inductive l’objet de ma thèse en référence aux émotions exprimées (ou contenues) dans les circonstances du quotidien de travail des pompes funèbres. Je présenterai un positionnement méthodologique qui encourage à distinguer les émotions « en première personne » (celles du chercheur), « en deuxième personne » (celles des employés de pompes funèbres, qui étaient la population enquêtée) et « en troisième personne » (à la fois description aussi neutre que possible des scènes d’action et interrogation sur la manière dont sont identifiées et évaluées les émotions d’autrui dans une situation)2.

A mi-chemin entre les positions « en deuxième personne » et « en troisième personne », je me suis interrogé sur les émotions qui émergeaient de la relation entre les pompes funèbres et les familles endeuillées dans le cadre des entretiens funéraires (moment de co-construction du rituel entre les pompes funèbres et les familles) et, surtout, de manière plus diffuse, le jour des cérémonies. On posera comme problématique l’influence des pompes funèbres sur les dispositions affectives des familles (canalisation ou au contraire activation) qu’on élargira à la question de la dynamique des émotions (observée « de l’extérieur ») dans les rituels funéraires. Pour analyser cette dynamique et les émotions dans les rituels funéraires (ou face aux rituels funéraires), on finira par une présentation de différentes façons sociologiques ou anthropologiques de concevoir les émotions qui m’ont inspiré dans l’analyse des données, avec notamment une discussion des travaux de Durkheim (à partir des Formes élémentaires de la vie religieuse) et Mauss (à partir de sa conférence « Rapports réels et pratique de la sociologie et de la psychologie »).

Télécharger ce texte au format pdf

  1. Un ouvrage en a été tiré, publié en 2009 sous le titre Croquemort. Une anthropologie des émotions, Paris : Ed. Métailié, coll. Traversées []
  2. Pour plus d’éléments sur ces distinctions, je me permets de renvoyer à Bernard, J., « Objectiver les émotions dans l’enquête de terrain. Réflexions à partir d’une enquête dans les pompes funèbres » in : Leservoisier O. et Vidal L. (dir.), L’anthropologie face à ses objets. Nouveaux contextes ethnographiques, Paris : Ed. des Archives contemporaines, 2008 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search