Sortie du numéro 19 de la revue Tracés “Décrire la violence”

Décrire la violence, un impératif paradoxal dont se saisissent, pour ce numéro de Tracés, les contributions issues de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie visuelle et de la philosophie : saisir non pas les causes ou les motivations de la violence, mais plutôt la mise en récit des phénomènes violents, la manière dont les acteurs sociaux les qualifient et dont les sciences sociales les catégorisent.

Ce numéro de Tracés offre pour la première fois au public français la traduction d’un texte séminal de Charles Tilly, fondateur des études sociologiques, historiques et en sciences politiques de la violence collective, ainsi que deux entretiens avec des figures intellectuelles majeures : le sociologue américain Randall Collins et le philosophe Etienne Balibar. Les articles abordent des objets aussi divers que les violences de guerre (Raphaëlle Branche, Juliette Denis), les violences maritales (Martine Charageat), les violences féminines (Diane Roussel), les violences en prison (Corinne Rostaing), ou encore les traces de la violence dans le quotidien après un épisode de terreur (Juan Orrantia).

Des interrogations communes émergent alors : comment les chercheurs en sciences sociales enquêtent-ils sur cet objet, tout à la fois fascinant et repoussant, qu’est la violence ? De quels outils et méthodes disposent-ils pour la décrire, et quelle est la bonne distance de l’écriture ? Comment enquêter sur des formes de violences qui sont partiellement ou complètement invisibilisées ? Autant de questions ressaisies de manière transversale dans ce numéro, qui essaie de donner à penser la violence au travers de questionnements épistémologiques renouvelés.

Numéro coordonné par Cécile Lavergne et Anton Perdoncin

.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

La violence à l’épreuve de la description Cécile Lavergne et Anton Perdoncin

ARTICLES

La violence coloniale. Enjeux d’une description et choix d’écriture par Raphaëlle Branche
Décrire la violence maritale au Moyen Âge. Exemples aragonais et anglais (XIV e-XVI e siècles) par Martine Charageat
La description des violences féminines dans les archives criminelles au XVI e siècle par Diane Roussel
Hiérarchie des légitimités. Obstacle et défi à la connaissance des violences carcérales par Corinne Rostaing
Violences dans l’oeuvre de Kara Walker par Vanina Géré
Looking back – Looking in
. Les conséquences de la terreur et l’intimité du souvenir (essai d’anthropologie visuelle) par Juan Orrantia – (traduction : Anaïs Albert)

NOTES

Violences en URSS : chantiers historiographiques et enjeux mémoriels par Juliette Denis
Sophie Wahnich, la violence révolutionnaire et la Terreur. Note critique sur l’approche émotionnelle par Philippe Münch

TRADUCTION

Charles Tilly et la violence collective : moment critique et formation conceptuelle, 1968-1979 par Boris Gobille
La violence collective dans une perspective européenne par Charles Tilly – (traduction : Anton Perdoncin)

ENTRETIENS

Pour une phénoménologie de la cruauté. Entretien avec Étienne Balibar par Cécile Lavergne et Pierre Sauvêtre
La violence en situations. Entretien avec Randall Collins par Gérôme Truc

.

Informations pratiques
Novembre 2010 • 270 pages • ISBN 978-2-84788-234-6 • ISSN 1763-0061 15 € le numéro
Revue éditée chez ENS ÉDITIONS
Informations et abonnements Julie Rambaud Julie.Rambaud@ens-lyon.fr
Revue disponible  en commande en ligne au Comptoir des presses d’université

Site de la revue Tracés

Présentation du numéro 19 en format PDF

Bulletin d’abonnement 2010 à la revue TRACES

Le nouveau hors-série “A quoi servent les sciences humaines (II)?”




Citer ce billet
Cécile Lavergne (2010, 3 décembre). Sortie du numéro 19 de la revue Tracés “Décrire la violence” Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugsd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.