1ère séance du séminaire Lasco/Sophiapol, 26 novembre 2010, Paris Ouest

Lors de cette première séance, Sibylla Mayer présentera une communication intitulée : «  ‘Au nom de l’ordre public…’ Lieux de prostitution et pratiques de territorialisation ».

Sibylla Mayer est doctorante en sociologie effectuant sa thèse en cotutelle internationale : à l’Université du Luxembourg [INSIDE] sous la direction de Michèle Baumann et à l’Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense [Soφapol-Lasco] sous la direction de Philippe Combessie.

.

Date :
Vendredi 26 novembre 2010, 17h-19h

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, salle R11 (rez-de-chaussée)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Programme de la séance:

1 – Rapide tour de table de présentation des participants (chacun indique son ou ses terrain(s) d’investigation actuel(s)).

2 – Indication des contrats de recherche nouvellement conclus et des contrats en cours de négociation.

3 – présentation de la communication de Sibylla Mayer, intitulée “« Au nom de l’ordre public… » Lieux de prostitution et pratiques de territorialisation”

4 – débats scientifiques à partir de cette communication.

5 – questions diverses.

.La présentation du séminaire Lasco/Sophiapol de l’année 2010-2011 peut être consultée sur le site de l’Université Paris Ouest Nanterre

.

Présentation  de la communication de Sibylla Mayer:

L’article 48 du règlement général de police adopté par le Conseil Communal de la Ville de Luxembourg en date du 26 mars 2001 interdit « à toute personne de s’exposer sur la voie publique en vue de la prostitution ».
Par dérogation, cet interdit ne s’applique pas entre 20.00 heures et 3.00 heures du matin, dans deux rues – plus précisément une rue et un tronçon de rue adjacent – « à condition que ni la sécurité et la commodité du passage ni la salubrité et la tranquillité publiques ne s’en trouvent affectées ».
Les autorités communales ont ainsi créé sur le territoire de la ville de Luxembourg une « zone d’exception » dans laquelle l’«exposition en vue de la prostitution » est sinon autorisée, du moins tolérée. Si la logique est la même que celle qui sous-tend les arrêtés « anti-prostitution » (tels qu’ils existent dans certaines villes françaises) ou la création d’un « Sperrgebiet » (tel qu’en vigueur dans certaines villes d’Allemagne) – rendre la prostitution de rue moins immédiatement présente et visible en expulsant ceux et celles qui l’exercent de certains espaces –, la démarche est inverse : il s’agit non pas d’interdire des zones urbaines délimitées à la présence « publique » des prostitué-e-s, mais de la circonscrire à un « espace réservé ».

De fait, cette tentative de déplacement et de réassignation territoriale n’est que peu effective : en raison de la marge « de tolérance » temporelle et spatiale très limitée, la présence des prostituées (l’emploi du féminin est délibéré) déborde quotidiennement sur certaines rues du quartier de la Gare, lieu traditionnellement investi et « notoirement » connu comme lieu de prostitution (ou, plus précisément, lieu de « racolage », encore que ce terme appelle des précisions).
A partir d’observations ethnographiques conduites depuis février 2008 en accompagnant des travailleurs sociaux lors du travail « d’outreach »1  et de prévention2  sur les lieux de prostitution, et en nous appuyant sur les analyses développées par Fabien Jobard3 , nous interrogerons le rôle joué par « les forces de l’ordre » et « les faiseurs de bien »4  dans les pratiques et stratégies de « territorialisation ». Nous verrons comment ces deux groupes d’acteurs (la sociologue étant pour l’occasion incluse au second) contribuent, dans des visées divergentes ou convergentes, à rendre le territoire « efficace ».
L’attention sera ensuite focalisée sur une pratique policière en particulier : la verbalisation des « prostituées » présentes sur les « lieux interdits ». A défaut de pouvoir effectuer une ethnographie fine des « manières de faire » (Certeau et al., 1990) des agents d’un « groupe d’intervention » spécialement dédié au quartier de la Gare, à défaut également d’observer « de l’intérieur » les interactions entre policiers et prostituées – de fait, le rôle de bénévole de prévention adopté à des fins d’observation ne permet pas d’être de plusieurs côtés à la fois – nous allons fonder l’analyse d’un côté sur les interactions entre prostituées et travailleurs sociaux (interactions lors desquelles les premières reviennent sur ces interpellations et expriment les réactions et affects suscités par les interactions avec la police qui les ont précédés), et de l’autre côté sur le dépouillement de procès-verbaux transmis au Parquet général (Tribunal d’Arrondissement de la Ville de Luxembourg). Nous verrons alors comment le « protocolage » est effectué par les policiers, et comment ceux-ci s’efforcent de caractériser l’« exposition en vue de la prostitution » dans les procès-verbaux qu’ils rédigent.

Télécharger ce texte au format pdf



Citer ce billet
Delphine Mondout (2010, 24 novembre). 1ère séance du séminaire Lasco/Sophiapol, 26 novembre 2010, Paris Ouest. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugs4

  1. Par « outreach » est désignée une pratique d’intervention sociale qui consiste à aller à la rencontre d’une population marginalisée à l’endroit où elle se trouve, dans le but d’établir un contact, de proposer du matériel de réduction des risques, de faire connaître des services ou une structure à des personnes qui n’y ont pas habituellement recours, etc. []
  2. Afin d’éviter toute méprise, soulignons qu’il s’agit de la prévention des risques IST/VIH dans la prostitution, et non pas de la prévention de la prostitution. []
  3. Jobard, F., « Le banni et l’ennemi. D’une technique de maintien de la tranquillité et de l’ordre publics », Cultures & Conflits, n°43, 2001. []
  4. Cette expression, empruntée à Robert Ezra Park, est utilisée par Laurent Gaissad et Catherine Deschamps pour désigner « ces institutionnels chargés de préventions diverses ». Si la police peut, elle aussi « faire du bien » ou se voir attribué une mission de prévention, nous allons réserver cette expression aux travailleurs sociaux acteurs de prévention en milieu prostitutionnel ; voir : Gaissad L., Deschamps C., « Des sexualités dans l’espace public. Moments « autres » et co-voisinages multiples », Espace population société, 2007/2-3, p. 358. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.