Saba Mahmood à l’ENS, le 23 novembre 2010

Saba Mahmood donnera une conférence à l’ENS (Jourdan) où elle présentera son ouvrage The Politics of Piety/Politique de la piété (La Découverte, coll. Genre &  Sexualité, 2009)

Discutants : Eric Fassin (ENS/Iris) & Nilüfer Göle (EHESS/Cespra)

Ce séminaire est ouvert à toutes et tous.

NB: séminaire en anglais (traduction partielle en français)

Avec le soutien des éditions La Découverte, de l’IRIS et de l’EHESS

.

Politics of Piety. The Islamic Revival and the Feminist Subject (Princeton U.P., 2005), a été traduit en français aux éditions La Découverte en 2009 par Nadia Marzouki (avec la relecture de Fabienne Boursiquot), sous le titre Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique.

Le travail de Saba Mahmood porte sur les questions de genre, de religion et de sécularisme, dans le cadre postcolonial des sociétés musulmanes. Cette anthropologue a récemment publié (avec Talal Asad, Wendy Brown et Judith Butler) Is Critique Secular ? Blasphemy, Injury, and Free Speech (U.of California P., 2009). Elle prépare un ouvrage sur le Moyen-Orient et l’Europe intitulé Politics of Religious Freedom : Geopolitics, Sexuality, and the Minority Question.

.

Date:
Mardi 23 novembre 2010, de 18h00 à 20h00

.

Lieu:

École Normale Supérieure
Grande salle – bâtiment principal (rez-de-chaussée)
48, Boulevard Jourdan
75014 Paris
Voir le plan

.

Quatrième de couverture de son ouvrage Politique de la piété:

Depuis les années 1970, la société égyptienne est le théâtre d’un renouveau islamique dont le « mouvement de piété » est une composante essentielle. L’enquête ethnographique minutieuse menée en Égypte par Saba Mahmood vise à comprendre la pratique religieuse des femmes, prédicatrices ou participantes, engagées dans ce mouvement. Montrant qu’éthique et politique sont étroitement imbriquées dans ces nouvelles pratiques de piété, elle propose une analyse rigoureuse des formes corporelles des rituels religieux, pour préciser le lien conceptuel entre le corps et l’imaginaire politique.
Repenser la « politique de la piété » permet à l’anthropologue, à partir de ce matériau empirique d’une grande richesse, d’engager une critique théorique de la laïcité libérale, dont elle montre les présupposés normatifs. La discussion théorique des travaux de Judith Butler, de Michel Foucault, de Talal Asad et de Pierre Bourdieu débouche sur une réévaluation de la notion d’agency (capacité d’agir) : dans quelle mesure l’adhésion de ces femmes à des normes patriarcales remet-elle en question l’universalité des présupposés concernant la liberté individuelle, l’autorité et la définition même du sujet dans la perspective du féminisme libéral ? Répondre à cette question, c’est ouvrir la possibilité d’une articulation entre un féminisme nourri des théories du genre et la théorie postcoloniale. C’est aussi une manière de revisiter, à travers le cas de l’islam, les formes contemporaines de religiosité.

Voir aussi la table des matières

.

Contact:

Éric Fassin (Eric.Fassin@ens.fr)

.

Presse:

Pascale Iltis ( p.iltis@editionsladecouverte.com)

.



Citer ce billet
Delphine Mondout (2010, 17 novembre). Saba Mahmood à l’ENS, le 23 novembre 2010. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugs2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.