Séminaire « Pratique des Idées », séance 2 : “Creuser plus bas que Dante, I”, 24 novembre 2010, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de  présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant  et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Notre deuxième séance du séminaire de méthodologie de la recherche en philosophie (« Pratique des Idées ») pour l’année 2010-11 sera consacrée à la présentation des travaux de Julie Paquette (Université d’Ottawa) sur Sade.
.

Date :
mercredi 24 novembre 2010, de 14h00 à 16h00

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Raphaël Chappé
Aurélien Chastan
Cécile Lavergne
Eva Debray

.
Programme de la séance :

Présentation des travaux de Julie Paquette (Université d’Ottawa)
Sujet traité : « Sade et le descellement du politique : entre moralisme et immoralisme »

Enseignant-chercheur répondant : Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (King’s College, Londres)
Doctorant répondant : Aurélien Chastan
.

Titre de la séance : « Creuser plus bas que Dante, I »

La reprise proposée par Claude Lefort de cette formule de Jules Michelet orientera, en fait, le développement d’un problème commun à deux interventions qui se feront l’une l’autre contrepoint en deux actes et sur deux séances : le 24 novembre 2010, avec Julie Paquette, puis le 19 janvier 2011, avec Aurélien Chastan.

Ces deux interventions suscitées par la philosophie politique critique de Miguel Abensour qui, d’une certaine manière, se situe au croisement des pensées de Lefort et de Deleuze, mais aussi bien conscientes de l’ambiguïté qui « réside dans l’identification du lieu où se réalise la démocratie » dans l’héritage du questionnement de Lefort, sont animées par un problème commun : celui de ne pas réduire la question de la démocratie à la défense « des régimes démocratiques et libéraux tels qu’ils existent », tout en s’efforçant de montrer en quoi elle est peut-être « porteuse d’une promesse qui n’a pas été tenue jusqu’à maintenant », d’une « démocratie sauvage » pour laquelle « le questionnement de la Loi revêt des formes interruptives et intempestives, comme si une “brèche” […] s’ouvrait soudain dans l’institué pour laisser sourdre le mouvement instituant »[1].

Ces deux interventions seront l’occasion de poser le problème d’une réconciliation de deux figures originales dont les pensées de Lefort et Deleuze usèrent pour penser le politique : celles de Sade et de Sacher-Masoch. .

Présentation succincte des travaux de recherche

Julie Paquette, candidate au doctorat en pensée politique, sous la direction de Gilles Labelle.
Titre de la thèse : « Sade ou les caractères du politique, étude d’une destitution des volontés d’absolus biologique et sociologique ».

Avoir présente à l’esprit la formule de Michelet « creuser plus bas que Dante », reprise par Lefort (inspiré alors de La Boétie), lorsqu’on lit Sade, c’est retrouver le sens d’un travail de l’imagination qui descelle ce qu’il y a de plus bas en l’homme pour retirer à tout colosse, le socle de servitude volontaire sur lequel sa souveraineté pourrait s’édifier en se détachant de tous. Paradoxalement, Sade retire le fondement moral sur lequel repose la pensée traditionnelle de la cité juste pour lui en substituer un autre qui n’en est pas vraiment un : « Alors que Platon revenait à l’analyse de la société réelle à partir d’une idée de la noblesse de la nature humaine, Sade revient à la société réelle en décelant ce qu’il y a de plus bas dans la nature humaine. »[2] Ainsi dans La philosophie dans le boudoir, contre l’idée jacobine d’une république une et indivisible, Sade semble nous inviter à re-penser cela même qui échappe à son fondement, et poser l’énigme d’une union politique fédérant par l’équilibre les différents désirs érotico-politiques qui composent une cité.

Notre thèse puise son intuition dans ce qui nous semble l’implicite d’un texte de Lefort, celui qui nous met en garde contre un double écueil à éviter : l’attribution d’un immoralisme ou bien d’un nouveau moralisme à la pensée de Sade. En élargissant cette intuition par un retour à l’ensemble des textes écrits par Sade, sans oublier ceux qui furent dénigrés par ses premiers éditeurs et commentateurs, il s’agira de voir en quoi il est possible, et même souhaitable de penser aujourd’hui, avec lui, le politique : non pas la politique des extrêmes, mais le politique, celui qui préserve l’idée d’une conflictualité qui lui est propre, d’une « division originaire du social ».

Le problème méthodologique que nous voulons poser ici est celui de l’articulation entre une telle pensée de l’union par l’équilibre et le travail de l’imagination théorisé et pratiqué par Sade lui-même plutôt que par ses personnages. Dans ce but, nous parcourrons les textes dans lesquels Sade questionne lui-même son geste d’écriture : « Idée sur les romans », la préface à la pièce de théâtre Le capricieux et « L’auteur des Crimes de l’amour à Villeterque » pour en décrire ensuite les diverses modalités s’exprimant dans ses romans philosophiques. La peinture de caractères que revendique Sade ne nous oblige-t-elle pas à reconsidérer le pluralisme inhérent à son œuvre tout en prenant au sérieux l’ambition qu’il dit être la sienne : « Jamais, enfin, je le répète, jamais je ne peindrai le crime que sous les couleurs de l’enfer; je veux qu’on le voie à nu, qu’on le craigne, qu’on le déteste, et je ne connais point d’autres façon d’en arriver là que de le montrer avec toute l’horreur qui le caractérise.»[3] Cependant, la multiplicité des figures dont Sade use pour penser qui ne peut être ordonnée en deux camps antagonistes – celui des moralistes et celui des immoralistes – sans mener à une caricature simpliste, n’exprime-t-elle pas un acte d’imagination qui ouvre la voie possible d’une modération sans capitulation et par où se fait jour le travail du politique? Par ailleurs, un tel travail prudent de l’imagination n’est-t-il pas ce qui sous-tend aussi la correspondance et les opuscules politiques de Sade ? De sorte qu’à l’attribution à Sade d’un nouveau moralisme, il faudrait préférer celui d’un dialogisme en politique ayant rompu avec le sens politico-théologal qu’il avait encore chez Dante…

.

.Affiche de la séance du 24 novembre 2010

Le texte de la présentation de la séance en PDF

Informations sur les séances du séminaire de méthodologie de la recherche 2009-10 sur le site de Paris Ouest.


[1] Gilles Labelle, « Claude Lefort, penseur du politique » (texte inédit), initialement destiné au journal Le Devoir (Octobre 2010).
[2] Lefort, « Sade, le Boudoir et la Cité », in Écrire à l’épreuve du politique, Calmann-Lévy, coll. « Liberté de l’esprit », 1992, p.111.
[3]
Sade, « Idée sur les romans » in Sade, Les crimes de l’amour, Gallimard, coll. « folio classique », 1987, p.51.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.