1ère séance du séminaire Idéologies d’hier, Idéologies d’aujourd’hui, 16 novembre 2010, Paris Ouest

La première séance du séminaire Idéologies d’hier, idéologies d’aujourd’hui accueillera Bernard Bruneteau qui présentera son ouvrage Le totalitarisme, Origines d’un concept, genèse d’un débat, 1930-1942, paru cette année aux éditions du Cerf. Jean Chaunu jouera le rôle de discutant.

Bernard Bruneteau est historien, professeur en sciences politiques à l’Université Rennes I. Il a   publié, entre autres, Histoire de l’idée européenne en 2 volumes, Paris, Armand Colin, 2006 et 2008

“Discutant”, Jean Chaunu. Enseignant, Jean Chaunu a publié, entre autres, Le paradigme totalitaire, Christianisme et          totalitarismes en France dans l’entre-deux-guerres (1930-1940), Tome III La chrétienté       paradoxale, Paris, éd. de Guibert, 2010. Il a collaboré au Dictionnaire de la France libre, sous la direction de F. broche, G. Caïtucoli et J.F. Muracciole, Paris, Robert Laffont, 2010

.

Date :
mardi 16 novembre 2010, à partir de 14h00

Lieu:
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Quatrième de couverture de l’ouvrage de Bernard Bruneteau, Le totalitarisme, Origines d’un concept, genèse d’un débat, 1930-1942

Le totalitarisme a dominé et écrasé une bonne partie du XXe siècle. Qualifiant une forme de pouvoir « total », le mot désigne aussi un concept (l’idéal-type dudit pouvoir) et une théorie (une catégorie de régime opposé à la démocratie). Utilisé de façon polémique au temps de la Guerre froide, il a constitué un enjeu politique majeur et, aujourd’hui encore, son usage semble sacrilège pour ceux qui refusent tout parallèle entre l’Allemagne nazie et l’URSS stalinienne, entre une idéologie raciste et une utopie universaliste, même dévoyée.

Dans cette anthologie, sont présentés plus de cinquante textes souvent inédits ou oubliés. Ils mettent en lumière l’historicité d’un concept qui, en réalité, doit peu aux affrontements de la Guerre froide. En effet, c’est « à chaud », dans les années 1930, en plein développement du communisme en URSS, du fascisme en Italie, puis du nazisme en Allemagne, que les premières perspectives comparatistes apparurent. Bien avant les analyses canoniques d’Hannah Arendt, des philosophes, des juristes, des historiens et des économistes, européens et américains, ont précisé les mécanismes idéologiques et les structures de pouvoir présidant à une convergence entre les trois régimes. Lieu commun de la réflexion politique dans l’avant-guerre, le totalitarisme est alors au cœur d’un renouvellement des questionnements sur la démocratie, sur sa refondation philosophique, sur la protection que peut lui assurer la loi. Et pour ceux qui définissent une nouvelle catégorie de dictature, fondamentalement différente des formes traditionnelles, le combat contre elle va bien au-delà du seul antifascisme.

Lire en ligne l’introduction en texte intégral sur le site des éditions du Cerf.

Retrouvez sur le site du Sophiapol:
La présentation et le programme  de ce séminaire

.
Organisation
:
Yolène Dilas-Rocherieux
, maître de conférence (Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Sophiapol) et Sylvain Crépon (Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Sophiapol)
.

Contact:

Yolène Dilas-Rocherieux, Sylvain Crépon

.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Delphine Mondout (5 novembre 2010). 1ère séance du séminaire Idéologies d’hier, Idéologies d’aujourd’hui, 16 novembre 2010, Paris Ouest. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugrt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.