Séminaire “Autour de Luhmann”, 1ère séance, perspectives sur l’individu, 19 novembre 2010, Paris Ouest

Soucieux de la méconnaissance – scientifiquement injustifiée – par la recherche française, de l’adversaire et partenaire de dialogue de J. Habermas, ce séminaire veut susciter un travail d’équipe sur la théorie de la société de Niklas Luhmann.

Ce séminaire s’attache à ouvrir un espace de discussion et de réflexion qui accueillera les doctorants et enseignants-chercheurs qui souhaiteraient connaître ou approfondir leur recherche sur N. Luhmann, discuter ses thèses, de façon critique, ou appréhender leur actualité face à des problèmes sociaux contemporains. Pour ce faire, le groupe de travail croisera des éclairages différents sur cet auteur, en s’efforçant de faire dialoguer les points de vue de Luhmann et de chercheurs contemporains sur des problématiques communes. Afin de favoriser la communication scientifique, chaque séance prévoit deux types d’échange (interventions et réponses) suivis d’une discussion.

Cet atelier se penchera, d’une part, sur les notions centrales de la pensée luhmannienne. On s’intéressera ainsi aux concepts, à première vue, déconcertants, de système autopoïétique et de justice comme « formule de contingence », et à la transformation proposée par Luhmann des notions d’individu, de confiance, de communication… Les séances s’attacheront, d’autre part, à mettre en lumière les débats que Luhmann a provoqués : son différend avec J.Habermas, sa confrontation avec E. Husserl, ses convergences et divergences avec les représentants de l’interactionnisme symbolique (G.H. Mead, H. Blumer…).

Le séminaire est organisé par l’Unité de recherche Philosophies contemporaines/équipe Nosophi et le laboratoire Sophiapol, avec le soutien de l’Ecole Doctorale 139, de l’Ecole Doctorale de philosophie de Paris 1 et du Collège des Ecoles Doctorales de Paris 1.
.

La première séance du séminaire sera consacrée à la notion d’individu. Vous trouverez ci-dessous le programme de la séance, une courte présentation des interventions, et également le programme du séminaire pour l’année 2010-11.

Date de la première séance :
Vendredi 19 novembre 2010 de 09h30 à 12h30

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201 b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Isabelle Aubert
Eva Debray
Caterina Gabrielli

Programme de la séance “Perspectives sur l’individu”
.

09h30-11h00 : Isabelle Aubert (Paris 1 Panthéon Sorbonne)
“Sujet et individu : Perspectives sur le débat N. Luhmann- J.Habermas”

11h00-12h30 : Flavien Le Bouter (Paris V-Descartes et Friedrich-Schiller-Universität, Iena)
“La sémantique de l’individu chez Niklas Luhmann et Bernard Lahire. Les conditions socio-historiques de l’unicité et de la pluralité de l’individu”
Discutant : Bernard Lahire (ENS LSH-Lyon)
.

Présentation des interventions :

1. Sujet et individu : Perspectives sur le débat N. Luhmann – J. Habermas
Isabelle Aubert

Le débat qui divise N. Luhmann et J. Habermas dans les années 70 part d’une préoccupation commune : comment une théorie de la société peut-elle prétendre percevoir les mécanismes des sociétés modernes avec un cadre théorique centré sur le sujet (le cadre transcendantal) ? La nécessité d’une rénovation méthodologique de la sociologie suscite des tiraillements, lorsqu’elle touche les notions de sujet et d’individu : sont-elles les traces d’une philosophie caduque dans des sociétés où tout se fait « par-dessus » la tête des agents, ou sont-elles encore porteuses de sens pour la sociologie, même si leur rôle n’est plus central, d’un point de vue méthodologique ? Deux positions sur la définition de la sociologie se font jour à partir de cet échange serré sur les concepts de sujet et d’individu : la sociologie doit-elle être fonctionnaliste ou critique ?

Bibliographie indicative :

  • Pour les germanistes :
    J. Habermas, N. Luhmann, Theorie der Gesellschaft oder Sozialtechnologie, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1971
    ……….– N. Luhmann, „Moderne Systemtheorien als Form gesamtgesellschaftlicher Analyse“.
    ……….– N. Luhmann, „Sinn als Grundbegriff der Soziologie“.
  • Pour les anglicistes:
    N. Luhmann, Social Systems [1984], trad. J. Bednartz, D. Baecker, Stanford, Stanford University Press, 1995 (la traduction française sera très prochainement disponible en librairies)
    ……….
    – „On the Concepts „Subject” and “Action””
    ……….
    –  “The Individuality of Psychic Systems”
    .

2. La sémantique de l’individu chez Niklas Luhmann et Bernard Lahire. Les conditions socio-historiques de l’unicité et de la pluralité de l’individu
Flavien Le Bouter

Une longue tradition sociologique envisage l’individu comme une unité. A partir de perspectives théoriques très différentes et parfois même opposées, Niklas Luhmann et Bernard Lahire avancent qu’une vision homogénéisatrice de l’individu ne permet pas de saisir la complexité des pratiques sociales. Luhmann appelle en ce sens à dépasser ce qu’il nomme la pensée vieille-européenne qui, utilisant une conceptualité héritée de sociétés stratifiées, ne permet pas de saisir la complexité et la contingence de la société moderne. Dans les sociétés peu différenciées, les frontières des couches sociales correspondaient à des modes typiques de vie qui engageaient l’ensemble de la personne. La sémantique de l’individualité héritée de cette société moins différenciée, telle qu’on la trouve encore dans le concept d’habitus chez Bourdieu, n’offre pourtant qu’une vision sommaire et réductrice du comportement de l’individu moderne. Pour les deux penseurs, dans une société moderne différenciée, l’individu se caractérise en effet moins par une homogénéité de ses comportements que par des pratiques qui varient selon le contexte social. Le passage à une société fonctionnellement différenciée vient modifier radicalement les conditions de l’intégration sociale. L’individu n’est plus rivé à une seule position sociale, à un système partiel de la société, qui lui offre de la stabilité et de la sécurité au sujet de son identité.

Les deux sociologues en concluent que l’individualité moderne est étroitement liée à l’exclusion vis-à-vis de la société. Pour Lahire, cette socialisation plurielle est souvent source d’un malaise de l’individu qui peut se sentir décalé ou désajusté avec un monde social qui ne reconnaît pas ses multiples aptitudes. Luhmann forge le concept d’individualité de l’exclusion (Exclusionsindividualität) pour souligner que, ne pouvant plus être conçu comme une partie de la société, l’individu moderne ne peut plus se reconnaître dans un système social partiel et qu’il est donc contraint de situer son identité à l’extérieur des systèmes fonctionnels.

Cette forme moderne de l’individualité est lourde de conséquence : elle remet en question ce que Bernard Lahire définit comme une complicité ontologique entre l’individu et la société. L’identité de l’individu n’étant plus déterminée de l’extérieur, l’individu est alors amené à s’interroger sur sa propre identité et il doit mobiliser des ressources propres pour répondre à la lancinante question moderne : qui suis-je ? Pour le dire en termes luhmanniens, l’individualité ne conçoit plus comme indivisibilité mais comme unicité. Cette individualité de l’exclusion par laquelle l’identité se réfugie dans une intériorité extrasociale explique que la sémantique moderne de l’individu ait constamment recours au désir d’une réalisation d’un moi authentique.  Selon Luhmann, au plan philosophique, ce passage d’une individualité de la pleine inclusion à celle de l’exclusion se manifeste par l’apparition de la notion de « sujet ».

Bibliographie indicative :
Niklas Luhmann, “Individuum,Individualität, Individualismus” in Gesellschaftstruktur und Semantik 3, Francfort, 1993, pp. 149-259
Bernard Lahire, L’homme pluriel, Paris, 2001

Affiche séminaire Autour de Luhmann – perspectives sur l’individu
.

Programme du séminaire 2010-2011 “Autour de Luhmann”
.

mercredi 15 décembre 2010 (14h30-17h30) : Luhmann et le droit (I)
Lieu : Paris 1, salle Nosophi
Intervenants : Hugues Rabault (université de Metz)
……………………Estelle Ferrarese (université de Strasbourg)

mercredi 16 février 2011 (14h30-17h30) : La confiance
Lieu : Paris Ouest Nanterre, salle D 201 b
Intervenants : Laurent Camus (Télécom ParisTech / EHESS)
……………………Patrick Watier (université de Strasbourg)

mercredi 9 mars 2011 (14h30-17h30) : Luhmann et le droit (II)
Lieu : Paris 1, salle Nosophi
Intervenants : Jean-François Kervégan (Nosophi-PhiCo, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne)
……………………Matthieu Amat (Lycée Berthollet., Annecy)

jeudi 7 avril 2011 (à confirmer) : Société et organisation
Lieu : Paris Ouest Nanterre
Intervenants : Thorsten Peetz (Humboldt Universität, Berlin)
……………………Ulrich Oevermann (Goethe Universität, Frankfurt/Main)

mercredi 4 mai 2011 (14h30-17h30) : Différenciation de la société
Lieu : Paris 1, salle Nosophi
Intervenants : Elena Esposito (université de Bologne)
……………………Armin Nassehi (université de München ; à confirmer)

mercredi 18 mai 2011 : Economie et politique
Lieu : Paris Ouest Nanterre
Intervenants : Jean Clam (Freie Universität, Berlin)
……………………Michalis Skomvoulis (Nosophi/PhiCo, université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

mercredi 16 juin 2011 : De l’antihumanisme de N. Luhmann
Lieu : Paris 1, salle Nosophi
Intervenants : Lukas K. Sosoe (université du Luxembourg)
……………………Eva Debray (Sophiapol, université Paris Ouest)

.
Retrouvez (prochainement) une présentation du séminaire sur le site de Nosophi et du Sophiapol.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.