Atelier “Philosophie sociale en France au XIXe siècle”, 22 octobre 2010, Besançon

Lors de la Révolution française, des expressions comme « science de la société sociale », et même « sociologie » apparaissent dans le corpus “philosophique”, au sens large du terme. Tout au long du XIXe siècle, la société fait l’objet d’une approche qui cherche son statut théorique et veut accéder au rang de science. Qu’il s’agisse de la physique sociale de Saint-Simon, de la sociologie avec Comte, ou qu’il s’agisse d’écrire l’histoire selon de nouvelles catégories, le XIXe siècle français élabore tout un dispositif théorique autour de la société, dans son rapport au pouvoir, à la religion, et à la science.

L’atelier a pour but de cerner les contours de ce nouveau dispositif, de comprendre son originalité comme ses héritages, ses lignes de force comme failles. Nous partirons de l’expérience révolutionnaire, parce que c’est à partir d’elle et de la rupture qu’elle instaure qu’un nouveau regard apparaît sur la société comme sur l’esprit. Et nous parcourrons le siècle jusqu’à la constitution des sciences sociales dans des champs disciplinaires qui revendiquent leur autonomie et la spécialité de leurs procédures.

L’enjeu de ce programme consiste à montrer comment l’on passe d’un régime général du discours à la spécialisation scientifique. On constate en effet que très tard dans le siècle, jusque dans les années 1850-60 avec les œuvres de Michelet, de Quinet ou de Comte, pour ne prendre que les noms les plus saillants, l’ambition théorique est résolument générale : produire un discours global sur l’homme en société, c’est-à-dire sur le fait que la société ne se réduise justement pas à des rapports sociaux mais soit le lieu même où se développe l’esprit humain dans son intégralité. C’est à partir de ce champ (qui nous apparaît aujourd’hui comme préscientifique), et contre lui, que s’élaborent des positions scientifiques plurielles sur l’homme en société. Il s’agit donc au fond d’étudier l’histoire immédiatement antérieure à la constitution des sciences sociales, en France.

Date de la séance inaugurale :
22 octobre 2010

Lieu :
Faculté des Lettres
Salon Préclin
30 rue Mégevand
25000 Besançon
Télécharger le plan des sites de la faculté (voir site Chifflet)

Organisation et contacts :
Laboratoire de philosophie “Logiques de l’agir” EA-2274 de l’Université de Franche-Comté
Frédéric Brahami – fbrahami@wanadoo.fr ou fbrahami@univ-fcomte.fr

.
Programme :

MATINEE

9h00-9h30  Frédéric Brahami : « La suppression révolutionnaire du temps »

9h30-10h15  Jean-Yves Pranchère : « Histoire et société dans le traditionalisme (Maistre et Bonald) »

10h30-11h15  Edward Castleton : « L’écriture de l’histoire chez Proudhon après 1848 »

11h15-12h00  Benoît Charruaud : « La révolution de Louis Blanc »
.

APRES-MIDI

14h00-14h45  Julien Pasteur : « Une généalogie du spirituel républicain »

14h45-15h15  Gauthier Autin : « Aux sources de l’institution. Durkheim et l’école de la Révolution »

15h30-16h15  Robert Damien : « La question de l’autorité en contexte républicain ou concurrence, compétition, concours dans la hiérarchie des meilleurs ».

16h15 : conclusions de travaux

.



Citer ce billet
Eva Debray (2010, 20 octobre). Atelier “Philosophie sociale en France au XIXe siècle”, 22 octobre 2010, Besançon. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugrl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.