Colloque “Démocratie radicale : généalogie, actualité, ouvertures“, Université Paris Nanterre, 20, 21 et 22 mars 2024

Argumentaire – On regroupe souvent sous le terme de « démocratie radicale » un ensemble d’auteurs et d’autrices qui semblent présenter un « air de famille » : Claude Lefort, Cornélius Castoriadis, Miguel Abensour, Étienne Balibar, Jacques Rancière et Chantal Mouffe. Ces œuvres, bien que très diverses et issues d’époques et de contextes différents, ont toutefois ouvert dans des termes très proches un dialogue critique avec le marxisme tout autant qu’avec le structuralisme et le post-structuralisme, et proposé la revendication d’une démocratie qui renouerait avec son potentiel critique sinon révolutionnaire – une démocratie ici « radicale », là « insurgeante » ou « sauvage ». Cette revendication d’une radicalité démocratique s’illustre aussi par une interrogation des racines du projet démocratique : la démocratie athénienne, la Révolution française, le mouvement ouvrier. Nous interrogerons à la fois, à travers la notion de « démocratie radicale », une manière de produire une histoire de la philosophie politique française récente, et le contenu d’un concept qui implique une approche singulière du politique. Y a-t-il d’autres scènes de la démocratie radicale, en Italie (Mario Tronti, Antonio Negri), ou aux Etats-Unis (Judith Butler, Wendy Brown, Samuel A. Chambers, Anna Marie Smith) ? Comment la démocratie radicale fait-elle face au renouveau et à l’actualité des pensées critiques ?

Organisation – Adama Ouattara-Sanz, Sarah Talini, Guillaume Plin


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
S. Haber (27 février 2024). . Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwwk