Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Catherine Deschamps, 14 février, Paris Nanterre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logosefx1.jpg.

La première séance du séminaire du GDR Lasco de l’année 2019, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Catherine Deschamps, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine (Evcau).

Elle nous présentera une communication qu’elle propose d’intituler :

Sexualité et architecture : les agendas cachés

Date :
Jeudi 14 février 2019, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Certains objets de recherche, considérés peu légitimes à un moment donné de l’histoire d’une discipline, s’adossent à des champs de recherches reconnus pour forcer la porte de l’académie. Ainsi, les recherches sur la sexualité ont trouvé dans le VIH-sida l’occasion de leur développement. Le champ de la sociologie ou de l’anthropologie de la santé a en quelque sorte été leur cheval de Troie. Mais cet adossement dirige et réduit dans le même temps l’angle d’attaque de l’objet sous tutelle. Ce d’autant qu’avec le sida, dans les années 1980, l’urgence se mêle de l’affaire, une urgence dont il faut questionner les effets sur la production de connaissance. D’abord avec un effet d’entrainement moindre, les travaux sur la sexualité se sont aussi appuyés sur le développement des gender studies. Ces dernières étaient elles-mêmes fragiles dans les années 1980, lorsqu’elles sont souvent devenues un incontournable des sciences sociales quarante ans plus tard. En même temps que les remèdes au virus devenaient plus opérants et que les gender studies gagnaient en reconnaissance dans la dernière
partie des années 1990 et au début des années 2000, les travaux sur la sexualité se transformaient et les deux “canaux historiques” de ces travaux se mixaient davantage. D’autres champs de recherche reconnus sont venus à la rescousse, contribuant à élargir les possibilités d’analyse. Dans mon cas, la sociologie urbaine, bien installée en France depuis les années 1980, a été mobilisée. Une enquête sur la prostitution de rue au début des années 2000 permet la rencontre, autour de la sexualité, de questions de santé, de genre et d’espaces publics. Une deuxième ethnographie portant sur les femmes multipartenaires et hétérosexuelles abandonne peu à peu le champ de la santé pour affermir la place du genre et des analyses spatiales. Ces deux dernières recherches ont presque étonnamment permis ma titularisation en école d’architecture. Elles ont été un autre cheval de Troie. Le problème devient alors celui d’une adaptation : comment passer, via la sexualité et le genre, des recherches sur le champ de l’urbain à l’architecture ?
Mon exposé, fondé sur mon itinéraire dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, tentera d’interroger les moteurs de l’illégitimité (ou du sentiment d’illégitimité), les glissements auxquels ils conduisent et les instabilités, parfois salutaires, qui les constituent.