Séminaire du Groupe d’études sur le néolibéralisme et les alternatives (GENA), programmation 2018-2019



Présentation du séminaire 2018-2019

  

Thème de recherche 2018-2019 : Nouveau néolibéralisme et crise mondiale de la démocratie

La situation de l’Italie, de la Turquie et du Brésil aujourd’hui, comme celle de la Pologne, de la Hongrie et de beaucoup d’autres pays, doivent alerter tous ceux qui cherchent à comprendre le moment historique que nous vivons. Nous assistons, à côté d’autres formes de crise, à la crise de la démocratie à l’échelle européenne et mondiale. De multiples signes le montrent, notamment l’arrivée au pouvoir dans des pays de plus en plus nombreux de l’extrême droite ou d’une droite extrême pour lesquelles les formes mêmes de la démocratie libérale et de l’État de droit sont devenues des obstacles à l’exercice d’un pouvoir hyperautoritaire. Cette montée en puissance des forces anti-démocratiques reçoit aujourd’hui l’appui des puissances économiques privées et des gouvernements de certains États capitalistes, notamment des Etats-Unis et de la Russie. Mais elle n’est possible que par l’adhésion d’une  partie de la population à un  type de « pouvoir fort ». De nombreux signaux et depuis plusieurs décennies permettaient de pressentir untel moment politique. Il suffisait pour l’anticiper d’être attentif au sentiment d’exclusion ou de marginalisation d’une grande partie de la population, à la montée d’une colère « anti-système » comme à la haine croissante envers des minorités, des étrangers ou des« ennemis de l’intérieur ».

Ce moment critique vient donc de loin. Il n’a certes pas une cause unique, mais son principal facteur est la mise en œuvre depuis plusieurs décennies d’un type de gouvernement  néolibéral  qui s’est soustrait au contrôle des citoyens pour imposer des transformations profondes des sociétés et des subjectivités. Cette érosion progressive des bases mêmes de la démocratie a atteint aujourd’hui une phase aiguë. Nous entrons dans une nouvelle période marquée par l’antinomie de plus en plus flagrante entre les principes de la démocratie libérale et la logique du néolibéralisme.

On parle parfois d’un « nouveau fascisme ». Les rapports ne manquent pas entre fascisme ou nazisme d’hier et les forces d’extrême droite aujourd’hui.Filiations historiques, mais aussi identité des ressorts passionnels et pulsionnels mobilisés. La haine et la pulsion meurtrière sont au cœur de leur expansion, comme le montre tragiquement le cas du Brésil aujourd’hui. Pourtant,ces forces présentent des différences importantes avec le fascisme classique.Les ignorer conduirait à se tromper de diagnostic. A la différence des années 1930qui avaient vu l’émergence des fascismes en réaction au « laisser faire » du libéralisme économique et à ses conséquences, les nationalismes autoritaires et xénophobes d’aujourd’hui ne cherchent pas à « réencastrer le marché » dans l’État total, ni même, plus simplement,  à « encadrer les marchés », ils visent au contraire à accélérer l’extension de la rationalité capitaliste et à accroître les inégalités économiques, conséquence inévitable du« libre » jeu de la concurrence et des privatisations. Ils sont en réalité les porteurs d’un nouveau néolibéralisme agressif, et tellement violent à l’égard des populations qu’il ne peut être mis en œuvre qu’en dehors du cadre libéral classique. Ces forces n’obtiennent un appui populaire qu’en déplaçant les enjeux politiques du terrain de l’injustice sociale vers le terrain des« valeurs » et en détournant et canalisant la colère, la frustration et les peurs sociales vers un ensemble de cibles considérées comme autant de« déviants » et de « menaces », immigrés, noirs, femmes,homosexuels, syndicalistes, militants, intellectuels, et toutes les forces démocratiques qui s’opposent à cette mise au pas de la société.  En tant que porteuses du nouveau néolibéralisme, ces formes néolibérales d’un nouveau genre  conservent un minimum d’apparences de la démocratie formelle, du respect des lois et du cadre électoral. Derrière une forme de légalité dont il faut aussi penser la nouveauté, elles n’en mènent pas moins d’une manière radicale la guerre contre la démocratie.La situation au niveau mondial se caractérise donc par une fusion entre logique néolibérale, gouvernements hyperautoritaires et pulsions fascistes.Inédite, elle impose un travail de réflexion approfondi, interdisciplinaire et international. C’est le but de la création du Groupe d’études sur le néolibéralisme et les alternatives (GENA),qui se donne pour but d’élaborer collectivement un diagnostic sur la période et d’analyser les conditions historiques, les principes et les modalités de la résistance et des alternatives possibles. Il se réunira régulièrement sous la forme d’un séminaire de recherche ouvert et pluriel et il sera en contact permanent avec d’autres groupes et réseaux de recherche au niveau international.

     

Calendrier des séances

Toutes les séances ont lieu au Conservatoire national des arts et métiers(CNAM),  292 rue Saint-Martin, Paris 75003, Métro Réaumur-Sébastopol, accès17, 2ème étage.

Pour trouver l’accès 117 : plan des sites du CNAM

  

Lundi 19 novembre 16-18h. En salle : 17.02.15

  • Christian Laval : Présentation du GENA et du séminaire 2018-2019
  • Pierre Dardot : « Anatomie du nouveau néolibéralisme »


Mercredi 5 décembre 16-18h. En salle : 17.02.14

  • Pierre Sauvêtre : « Libéralisme et fascisme : assiste-t-on à un moment polanyen ? »
  • André d’Albo« Mouvements sociaux et droit au logement au Brésil »

 

Lundi 7 janvier 16h-18h. En salle : 17.01.14

  • Pierre Dardot : « Anatomie du concept de populisme. Sur la situation italienne »
  • Massimiliano Nicoli et Roberto Cicarelli : « L’alliance Lega-Cinque Stelle »

  

Lundi 11 février 16-18h. En salle : 17.02.14

  • Haud Gueguen : « Repenser le diagnostic de la  »personnalité autoritaire » et du  »moi faible » à l’aune de l’individualisme expressif contemporain » »

  

Mercredi 20 mars – Jeudi 21 mars, Université Paris Nanterre : colloque international « Le nouveau néolibéralisme global à la lumière de l’expérience brésilienne »

  

Lundi 15 avril 16-18h. En salle : 31.02.85 (Attention, cette salle se trouve au Cnam de la rue Conté – métro Arts et Métiers)

  • Christophe Voilliot : « Pour une analyse configurationnelle des élections en contexte néolibéral autoritaire »

  

Lundi 13 mai 16-18h. En salle : 21.02.28