Soutenance de thèse de Daphné Le Roux : «La marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel de mariage catholique», Université Paris Nanterre, vendredi 7 décembre 2018, 14h

Daphné Le Roux soutiendra, vendredi 7 décembre 2018, sa thèse de doctorat réalisée sous la direction de Martine de Gaudemar, et intitulée :

« La marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel de mariage catholique »

Date et lieu :

Vendredi 7 décembre 2018, 14h

Université Paris Nanterre

Bâtiment René Ginouvès, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE) en salle 308
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Nanterre

Membres du jury :

Monsieur Vincent Descombes, Directeur d’études, EHESS, Rapporteur

Monsieur Frédéric Fruteau de Laclos, Maître de conférences, Université Paris 1, Examinateur

Madame Martine de Gaudemar, Professeure des universités, Université Paris Nanterre, Directrice de thèse

Madame Laurence Hérault, Professeure des universités, Université Aix-Marseille, Rapporteure

Monsieur Michel Houseman, Directeur d’études, EPHE, Codirecteur de thèse

Madame Judith Revel, Professeure des universités, Université Paris Nanterre, Examinatrice

Madame Martine Segalen, Professeure des universités, Université Paris Nanterre, Examinatrice

Résumé :

Cette thèse poursuit un double objectif. D’une part, étudier les transformations contemporaines du rituel de mariage catholique en France à partir d’une observation ethnographique de l’ensemble des activités qui composent le rite – de la préparation à la célébration. D’autre part, évaluer la pertinence de la théorie foucaldienne des « techniques de soi » pour rendre compte de ces activités. Cette double dimension, ethnographique et théorique, constitue le fondement d’une « philosophie de terrain » dont on définit les enjeux méthodologiques. La première partie de ce travail est d’ordre épistémologique : elle présente et discute différentes manières d’appréhender la ritualité catholique contemporaine. La deuxième partie se concentre sur la préparation au mariage : on étudie alors les exercices mis en place par les prêtres et les animateurs laïcs de l’association Centres de préparation au mariage (CPM), et on souligne notamment la dimension réflexive de ces dispositifs qui conduit les fiancés à adopter de nouveaux schèmes narratifs et de nouvelles techniques de communication pour s’engager dans leur vie de couple. La troisième partie est centrée sur la célébration de l’union : on montre alors que, dans le contexte du catholicisme contemporain, l’effectivité de ce rite ne se comprend pleinement que si on l’envisage à l’aune de la préparation qui le conditionne. Deux enjeux généraux émergent de ce travail. D’une part, on présente les apports de la théorie de la subjectivation à l’analyse rituelle. D’autre part, les observations ethnographiques permettent d’approfondir de façon critique la théorie foucaldienne. 

Abstract:

This thesis has a twofold objective. On the one hand, to examine the contemporary transformations of the Catholic wedding ritual in France based on an ethnographic observation of all the activities that comprise the rite — from preparation to celebration. On the other hand, to evaluate the relevance of Foucault’s ‘‘technologies of the self’’ to reflect these activities. This dual dimension, ethnographic and theoretical, constitutes the basis of a ‘‘field philosophy’’ whose methodological issues are defined. The first part of this work is of an epistemological nature: it presents and discusses different ways of understanding contemporary Catholic rituality. The second part focuses on marriage preparation: we then explore the exercises set up by priests and lay animators of the association Centres de préparation au mariage (CPM). In particular, the reflective dimension of these devices (dispositifs) is highlighted, leading to the adoption of new narrative patterns and new communication techniques to engage in their couple’s life. The third part focuses on the celebration of union: it is then shown that, in the context of contemporary Catholicism, the effectiveness of this rite can only be fully understood if it is considered in the light of the preparation that conditions it. Two general issues emerge from this work. On the one hand, the contributions of subjectification theory to ritual analysis are presented. On the other hand, ethnographic observations allow us to critically deepen Foucault’s theory.