Soutenance de thèse de Jean-Baptiste Vuillerod : «L’anti-hégélianisme de la philosophie française des années 1960», Université Paris Nanterre, lundi 26 novembre 2018, 9h

Jean-Baptiste Vuillerod soutiendra, lundi 26 novembre 2018, sa thèse de doctorat réalisée sous la direction d’Emmanuel Renault, et intitulée :

« L’anti-hégélianisme de la philosophie française des années 1960 »

Date et lieu :

Lundi 26 novembre 2018, 9h-13h

Université Paris Nanterre

Bâtiment B Pierre Grappin, salle René Rémond (B015)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Nanterre

Membres du jury :

Madame Michèle Cohen-Halimi, Professeur des universités, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, membre du jury

Monsieur Franck Fischbach, Professeur des universités, Université de Strasbourg 2 Marc Bloch, rapporteur du jury

Monsieur Emmanuel Renault, Professeur des universités, Université Paris Nanterre, Directeur de thèse

Madame Judith Revel, Professeur des universités, Université Paris Nanterre, membre du jury

Monsieur Philippe Sabot, Professeur des universités, Université Lille 3 Charles de Gaulle, rapporteur du jury

Monsieur Guillaume Sibertin-Blanc, Professeur des universités, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, membre du jury

Résumé :

L’objet de cette thèse est l’anti-hégélianisme des années 1960 en France. À travers l’étude des philosophies de Louis Althusser, de Michel Foucault et de Gilles Deleuze, nous cherchons à comprendre les raisons qui ont poussé une partie des philosophes de l’époque à critiquer Hegel de manière virulente, alors même que sa philosophie avait été fortement valorisée en France des années 1930 aux années 1950. Notre analyse de la constitution de l’anti-hégélianisme de la philosophie française des années 1960 révèle en même temps les limites de ce phénomène, dans le but de dépasser l’opposition entre hégélianisme et anti-hégélianisme et de réfléchir à l’actualité, aujourd’hui, de la pensée de Hegel