Colloque international : « Traditions théoriques et nouvelles technologies », 20-21 juin 2018, Université Paris Nanterre

Argumentaire

Le développement des technologies de l’information et de la communication, depuis la naissance de la cybernétique jusqu’à la régulation algorithmique des rapports sociaux, a rendu possible le traitement presque instantané de quantités d’information colossales, et affranchi leur transmission des pesanteurs de l’espace. L’émergence de réseaux sociaux à l’échelle mondiale ou de vastes communautés d’échange de pairs-à-pairs, le profilage et la surveillance de masse des populations, la coordination numérique à grande distance des échanges marchands – et financiers – et du travail, tous ces phénomènes marquants n’ont pas manqué d’interroger les catégories par lesquelles sont pensés la technique, l’expérience qu’on en a et les rapports sociaux qu’elle médiatise.

Ainsi par exemple, la phénoménologie a récemment été le cadre d’élaboration d’outils philosophiques adaptés à l’appréhension de l’expérience perceptive ou des interactions constituées par les médiations techniques contemporaines (Don Ihde, 1990 ; Albert Borgmann, 1988 ; Peter-Paul Verbeek, 2005). La pensée de Marx, quant à elle, a constitué le socle d’une théorie de la subsomption renouvelée des interactions sociales dans la sphère du travail, d’une part via la tradition marxiste  de la sociologie mais aussi des sciences de l’information et de la communication anglosaxones, avec le concept de digital labour (Christian Fuchs, 2014 ; Antonio Casilli et Dominique Cardon, 2015 ; Ursula Huws, 2014), parfois enrichi des apports du féminisme matérialiste (Kylie Jarrett, 2016), d’autre part via le post-opéraïsme franco-italien, avec la théorie du capitalisme cognitif et de l’exploitation du travail immatériel (Antonio Negri & Michael Hardt, 2000 ; Yann Moulier-Boutang, 2007 ; Carlo Vercellone, 2014). Suivant une voie différente, ce sont tantôt les intuitions théoriques de la première génération de l’Ecole de Francfort (Lukacs, Adorno et Marcuse en particulier) qui ont été ressaisies dans une nouvelle dialectique de la réification et de la libération technologiques (Andrew Feenberg, 2002), tantôt les théories de l’espace public (Jürgen Habermas, 2012 ; Robin Celikates, 2015) ou de la reconnaissance (Olivier Voirol, 2010) qui ont été mobilisées pour appréhender les transformations structurelles à l’oeuvre. Enfin, la pensée foucaldienne du sujet et du pouvoir a nourri une bonne part des travaux sociologiques relatifs aux dispositifs de surveillance (David Lyon, 2006) ainsi que le récent programme de recherche sur la gouvernementalité algorithmique (Antoinette Rouvroy et Thomas Berns, 2013).

Il ne s’agit plus simplement d’opposer la thèse du progrès technologique à celle de l’aliénation unilatérale, mais de se donner des cadres conceptuels pour saisir des réalités complexes et plurielles. Toutes ces entreprises théoriques ont pour ambition de rendre intelligibles une constellation de phénomènes apparentés (réseaux, échanges symboliques et économiques, travail et surveillance numériques) mais dont la compréhension systématique pose problème. C’est la constitution de l’objet même de la recherche, et de la totalité dans laquelle il s’inscrit, qui dépend des choix théoriques opérés en amont. Cette rencontre visera moins à présenter de nouveaux résultats empiriques qu’à travailler les concepts que la recherche empirique a rendu problématiques. Nous nous proposons ainsi de discuter la pertinence et les limites de la réélaboration de ces différentes traditions, de leur complémentarité ou de leur antagonisme, et d’essayer, à partir de là, de dégager des outils qui nous permettent de comprendre et d’intervenir dans l’évolution technique des sociétés contemporaines.

1) Sujet

En suivant un premier axe, on pourra interroger la constitution des sujets dans les sociétés numériques, et ce selon plusieurs perspectives. Tout d’abord, les médiations numériques, omniprésentes et pas toujours visibles, représentent autant de potentiels dispositifs de pouvoir, orientant, canalisant ou limitant l’activité, ou de dispositifs de surveillance, mesurant et comparant les préférences et les conduites individuelles jusque dans l’intimité. Que devient le sujet, dès lors qu’il est pris dans des réseaux de pouvoir et de surveillance d’une étendue et d’une finesse inédite ? Ensuite, comment se caractérise le rapport du sujet à lui-même, au monde et aux autres, comment en fait-il l’expérience, dans un contexte où tout ceci lui apparaît de plus en plus à travers des dispositifs techniques ? Y a-t-il lieu de voir là des formes nouvelles d’aliénation, de perte de soi, ou des occasions de subjectivation inédites ?

2) Travail

Un deuxième axe, incontournable, est celui du travail et des rapports de production. Des formes de travail d’une nature radicalement nouvelle ont-elles émergé avec les technologies de l’information ? Faut-il reconnaître l’existence d’un digital labour indistinct du loisir, travail du consommateur, immatériel, relationnel, affectif, directement productif ou indirectement reproductif, suscité et exploité par les réseaux sociaux numériques ? Comment comprendre par ailleurs la socialisation du travail par les plateformes – travail désormais coordonné, distribué et surveillé à distance –, qui a permis aussi bien l’exploitation brutale des travailleurs les plus précaires via Uber ou Amazon Mechanical Turk, que l’organisation démocratique du travail de programmation dans le cas de certains logiciels libres ? Plus généralement, quelle signification donner à l’avancée de l’automatisation portée par l’informatique ?

3) Institutions, propriété, communs

Enfin, on envisagera les aspects juridico-institutionnels du changement technique. D’une part, la possibilité nouvelle de copier et faire circuler les contenus et les œuvres informationnels presque sans limite tend à redéfinir les formes de propriété. Doit-on alors parler de nouvelles enclosures, étant donné le rôle crucial des brevets pour le capitalisme contemporain, voire même d’un mode d’accumulation spécifique ? Quelle portée attribuer aux communs de la connaissance, et en particulier au logiciel libre ? D’autre part, l’accroissement exponentiel du flux d’information et la généralisation de la communication décentralisée représentent-ils une nouvelle transformation structurelle de l’espace public, ou bien au contraire sa liquidation dans les rapports marchands ou sa réduction à un voile idéologique jeté sur les formes de pouvoir et d’exploitation évoquées plus haut ?

Date et lieu

Mercredi 20 juin et jeudi 21 juillet 2018
Bâtiment Max Weber – Salle de séminaire 2
Max Weber building, Seminar room 2
Université Paris Nanterre
200 Avenue de la République, 92000 Nanterre
Comment venir ?

 

Programme

Wednesday 20th June 2018

9h – Breakfast

10h – 12h: Limits of the Digital

Susanna Lindberg – “On Prosthetic Existence: Why Poststructuralism is not a Transhumanism”

Fabrice Flipo – “Theoretical positions around the ecological implications of ICTs”

Coline Ferrarato – “Les limites du numérique. Dialogue entre Gilbert Simondon et Andrew Feenberg”

12h – 13h20: Lunch

 

13h20 – 15h20: Digital Technologies of the Subject

Peter-Paul Verbeek – “Existentializing Technology: on digital subjectivity and the technologies of the self”

Paulan Korenhof & Arij Gorzeman – “Interfacing the self: an analysis of changes in interfaces and the construction of the subject”

Frederico Lyra de Carvalho – “Rethinking Adorno’s critique of music: production, distribution and ideology in digital era”

15h20 – 15h30: Coffee Break

15h30 – 18h40: Digital Labours

Ursula Huws – “New technologies, new forms of primitive accumulation”

Antonio Casilli – “Waiting for Robot: bridging the gap between AI’s ‘manifest destiny’ and digital labor”

Sébastien Broca – “Unity and plurality of digital labour”

Kylie Jarrett – “The Work of Not-Labour”

 

Thursday 21 June 2018

 

9h – Breakfast

9h30 – 10h50: Governing Algorithms (1)

Kevin Morin – “Artificial innovation. Machine agentivity in the era of Algorithmic Governmentality”

Tobias Matzner – “Algorithmic subjectivation”

(Antoinette Rouvroy – cancelled)

10h50 – 11h: Coffee Break

11h – 12h20: Governing Algorithms (2)

Luca Paltrinieri & Olivier Sarrouy – “Crowds governmentality and new political subjects” (cancelled)

Peter Polack – “Data Debt, Discourse, and Defection: Traces of Subjectivation and Critique in Algorithmic Governmentality”

12h20 – 14h: Lunch

 

14h – 16h: Digital Labours (2)

Ilios Willemars – “Exposing Placeholders: Implications of Virtual-Reality Pornography on the Logic of Sex-Work”

Anne Alombert – “Work, knowledge and technical externalisation: Stiegler’s reading of Marx at the time of digital automation”

Eric Arrivé – “Commentary on the notion of digital labor”

16h – 16h10: Coffee Break

16h10 – 18h10: Critical Theories of Technology

Olivier Voirol – “Digital machines and the second mimesis

Camilla Brenni – “Reassessing the concept of « Totality » in the Age of Big Data”

Andrew Feenberg – “The internet as Network, world and co-construction”

 

Plus d’information sur le site : https://icttheoryconference.wordpress.com/